LA TUNISIE OUVRE SES PORTES AUX ALGÉRIENS

«Nous sommes prêts à vous accueillir»

Sidi Bou Saïd toujours aussi grouillante de touristes
Sidi Bou Saïd toujours aussi grouillante de touristes

«Djazaïri? Marhbine, marhbine», telle est la phrase pleine de joie avec laquelle les Tunisiens accueillent les Algériens.

Si vous n´avez pas encore programmé vos vacances, c´est le moment pour visiter la Tunisie, ce pays paradisiaque.
La Révolution du jasmin n´a en rien affecté les valeurs et le sens de l´hospitalité des Tunisiens. La Tunisie post-Ben Ali n´a rien perdu de son charme.
Les millions d´Algériens qui s´y rendent chaque année peuvent y retourner et trouver le même accueil. Les sites touristiques sont tout aussi féériques et le service toujours aussi impeccable. Le civisme des Tunisiens est resté intact. Cerise sur le gâteau, les tarifs ont chuté. Ils sont imbattables et accessibles à pratiquement toutes les bourses. C´est du moins le constat que nous avons fait lors d´un voyage de presse organisé par l´Office national tunisien du tourisme, la semaine dernière. Au total, 25 journalistes algériens ont pris part à ce voyage. Ils ont visité des sites appelés à accueillir les touristes algériens. Dans l´avion qui nous transportait vers Tunis, il y avait de l´inquiétude à propos de ce qui se disait sur la situation sécuritaire qui prévalait en Tunisie. Mais à notre arrivée à l´aéroport Tunis-Carthage, la crainte s´est rapidement dissipée. Des touristes venus des quatre coins du monde, parmi lesquels des Européens, attendaient leurs bagages avec nous.
Un vieux couple de Suisses affirme: «C´est la deuxième fois depuis la Révolution du jasmin que nous revenons dans ce pays. On a été très satisfaits et notre voyage nous a coûté la moitié de ce qu´on paye d´habitude. On s´est donc permis un deuxième voyage pour profiter du soleil», racontent-ils. «Tout est tranquille et il n´y a aucune inquiétude», ajoutent-ils.

Tout est tranquille
Rassurés, nous prenons alors le chemin de Sousse, plus exactement au Port El Kentaoui: deux longues heures par route. La circulation est très fluide. Les Tunisiens vaquaient à leurs occupations et ils étaient plutôt préoccupés par les contraintes de la vie quotidienne.
A Hammam Sousse, Port El Kentaoui, nous avons posé nos valises à l´hôtel Hasdrubal-Thalassa & SPA. «Marhbine, Marhbine nos frères algériens», lance tout content un des employés de l´hôtel. Un hôtel qui, faut-il le signaler, est un bijou. Il dispose de toutes les commodités pour le repos et la détente dont vous avez besoin. Cet hôtel, qui se trouve à deux pas de la Marina d´El Kentaoui, n´affiche pas complet comme lors des précédentes années. Mais les touristes, notamment européens ne l´ont pas complètement déserté. Diverses nationalités étaient représentées: Suisses, Belges, Allemands, Français, Suédois et Hollandais y séjournent. Parmi eux, Thorns Henri Michel, un retraité habitant à Bâle, en Suisse. «Je suis en Tunisie depuis 5 jours, tout se passe bien. Beaucoup de choses ont été dites par les médias mais la vérité est tout autre», affirme-t-il.
«La preuve est qu´on est là. On sort à n´importe quelle heure, on danse, on fait bronzette comme d´habitude. Nos vacances sont merveilleuses comme on dit ici Hamdou lillah», ajoute-t-il. Les vacances d´Henri et sa femme leur ont été réservées par leur fille après que celle-ci eut passé une semaine dans ce même paradis qu´est le Hasdrubal hôtel. «Ce n´est pas notre premier voyage en Tunisie, on y a déjà séjourné à plusieurs reprises. C´est vrai qu´on a été un peu réticents. Pour cet été, l´idée d´annuler la Tunisie nous a même effleuré l´esprit. Cependant, notre fille nous a rassurés, et pour vous dire, heureusement qu´on est venus...», relate-t-il.
Les dires de Henri, nous allons les confirmer de visu tout au long du séjour. Fawzi Basely, responsable de l´Ontt en Algérie, est interrogé sur les conditions d´accueil des touristes.. «Je ne peux rien vous dire, je ne veux pas influencer votre jugement. En Tunisie, on respecte la liberté de la presse. Donc, c´est à vous de juger, n´écrivez que ce que vous constatez», nous a-t-il recommandé.
Ce que nous avons constaté, c´est qu´on pouvait se balader après minuit dans les rues de Hammam Sousse et sur les quais du port sans aucun problème.
On a même perdu notre chemin en ville et ce sont de très sympathiques jeunes qui nous ont servi de guides. «Vous les Algériens, vous nous avez manqué», nous explique l´un d´entre eux.
D´ailleurs, nous avons senti que les relations avec les Algériens sont fraternelles.
Le lendemain, Wassim, un jeune étudiant, confirme cette impression. Il nous a conduits à travers les allées de Sousse-ville et Monastir. On a eu l´occasion de visiter ces deux stations balnéaires qui sont idéales pour les vacances des Algériens. Sur place, on a rencontré des Tunisiens très ouverts. Néanmoins, ils s´inquiètent de ne pas voir beaucoup de nos compatriotes pavaner comme ils ont l´habitude de le faire dans les ruelles des villes tunisiennes.
Une autre étape de notre séjour nous a conduits à la ville préférée des Algériens, Hammamet, la ville qui ne dort jamais. Hammamet et ses hôtels sont toujours aussi merveilleux. On est accueillis dans un hôtel merveilleux. Le Royal Hammamet Yasmine, un 5 étoiles, est à la portée d´une certaine catégorie de touristes algériens.

C´est l´idéal pour les petits budgets
A Hammamet, qui est une ville particulièrement appréciée par les jeunes pour la qualité de ses espaces de divertissement, on a rencontré beaucoup de jeunes Européens. En solo, en couple ou en famille, ces jeunes profitent de leurs vacances. «Il n´y a pas trop de monde, mais on passe de supervacances», s´enthousiasme Cyndie, jeune employée d´une banque parisienne. Pour Gaél, étudiant à Lyon, «c´est l´endroit idéal pour les petit budgets. Je profite de l´offre de l´hôtel 5 étoiles pour des prix très abordables», affirme-t-il. «Le luxe, le soleil...Dès que j´aurai les moyens je reviendrai et j´espère que ce sera le plus tôt possible», concède-t-il.
Nous avons également côtoyé un couple de Savoyards:
M. et Mme Géarad Lambien. Ils considèrent leur voyage comme un acte militant. Cela fait plus de 10 ans qu´ils y viennent régulièrement. «Mais on n´a jamais été aussi contents qu´en ce moment. On était impatients de revenir en Tunisie. J´étais curieux de voir qu´est devenue la Tunisie. Finalement, rien n´a changé. La qualité est toujours aussi impeccable. Les Tunisiens toujours aussi sympathiques. Si l´on est encore en vie on reviendra à coup sûr l´an prochain», espère-t-il.
Et la capitale Tunis? A notre arrivée là-bas, les blindés postés devant les institutions clés telles que le ministère de la Défense ou l´ambassade de France étaient les seules traces encore visibles de la Révolution du jasmin. La plaie est bel et bien fermée. Les Tunisiens ont repris une vie normale.
L´hôtel Africa de groupe hôtelier El Mouradi, se trouve en plein boulevard Bourguiba. C´est un hôtel d´affaires sobre et classe qui a la particularité de se situer en centre de la capitale. C´est un observatoire idéal pour déceler l´état de l´opinion de certains milieux. Et c´est plutôt rassurant.
A Tunis, on a également été invités au ministère du Tourisme où une conférence de presse a été organisée par le directeur général-adjoint du tourisme, Si Affif Maherzi. Lors de cette conférence, Si Affif nous a avoué que la Tunisie ne néglige pas le marché algérien même si le reproche lui a été fait de se concentrer sur les marchés européens. «Notre stratégie est désormais tournée vers l´Algérie», affirme-t-il. Il souhaite à cet effet, un partenariat. Les Tunisiens sont invités à se rendre dans notre pays.
Notre hôte parle aussi de sécurité au niveau des frontières. Il assure que toutes les dispositions sécuritaires ont été prises.
Un programme a été instauré par les ministères de l´Intérieur et du Tourisme pour que les routes soient sécurisées.