Accueil |Autres | Dossiers |

MOHAMED BELAL, PRÉSIDENT DE L'UNAT

«Une grève nationale est envisagée»

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

le débrayage des transporteurs de la wilaya de Tizi Ouzou risque de prendre de l'ampleur.

L'Union nationale des transporteurs algériens (Unat) menace de recourir à une grève nationale des transporteurs si les revendications des transporteurs de la wilaya de Tizi Ouzou ne sont pas satisfaites.
«Nous avons prôné le dialogue mais au rythme où vont les choses, on a envisagé une journée de protestation nationale des transporteurs en guise de soutien et de solidarité avec nos collègues de Tizi Ouzou», nous a annoncé, hier, le président de l'Unat, Mohamed Belal. Rencontré au niveau du siège de l'association à Alger, M. Belal a indiqué que son Union va durcir le ton si jamais les autorités restent muettes par rapport aux cris de détresse des transporteurs de la capitale du Djurdjura. Notre interlocuteur a expliqué que son organisation a demandé la réouverture de l'ancienne gare, fermée le 24 juin dernier, et ce jusqu'à la construction d'une nouvelle gare routière moderne et répondant aux exigences des professionnels et des usagers.
M.Belal nous a informé, au cours de la discussion, qu'une rencontre a été tenue avec l'inspecteur général du ministère des Transports pour trouver une solution à la crise qui secoue le secteur des transports dans la wilaya de Tizi Ouzou mais en vain.
«On veut que l'Etat prenne en charge ce problème pour éviter tout débordement ou dérapage», a insisté notre interlocuteur, conviant les autorités à l'ouverture des portes du dialogue. «La balle est dans leur camp», a-t-il conclu. Ainsi, la grève des transporteurs de la wilaya de Tizi Ouzou risque de prendre de l'ampleur et avoir des conséquences désastreuses. Les citoyens sont déjà exaspérés par cette situation qui dure depuis le 24 juin dernier. Et au rythme où vont les choses, ce conflit est appelé à perdurer puisque les deux parties (transporteurs, direction des transports de la wilaya de Tizi Ouzou) sont intransigeantes et ne veulent rien céder. La direction des transports appelle les transporteurs au débat mais en évacuant toute éventualité de satisfaire leur revendication. Dialogue de sourds. Les transporteurs ne veulent rien moins que la satisfaction de leur doléance: la réouverture de l'ancienne gare routière, délocalisée à la nouvelle gare routière de Kaf Naâdja sise à Bouhinoune.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha