Prévisions pour le 17 Juillet 2018

 Adrar Min 30 °C Max 45 °C
30
 Laghouat Min 24 °C Max 41 °C
34
 Batna Min 16 °C Max 35 °C
32
 Biskra Min 27 °C Max 43 °C
32
 Tamanrasset Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tlemcen Min 21 °C Max 32 °C
30
 Alger Min 19 °C Max 31 °C
32
 Saïda Min 20 °C Max 38 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
32
 Mascara Min 16 °C Max 35 °C
34
 Ouargla Min 30 °C Max 44 °C
32
 Oran Min 22 °C Max 29 °C
34
 Illizi Min 27 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 25 °C Max 43 °C
34
 Khenchela Min 17 °C Max 35 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 33 °C
32
 Ghardaïa Min 28 °C Max 42 °C
34
Accueil |Autres | Dossiers |

À LA DÉCOUVERTE DE L'ALGÉRIE

Le tourisme se lève à l'est... (2e partie et fin)

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Hammam Dbegh et anciennement Hammam MeskhoutineHammam Dbegh et anciennement Hammam Meskhoutine

A Guelma il n' y a pas que des vélos et des motocycles. A Guelma ce sont aussi les sources thermales qui jaillissent des entrailles de la terre. La plus connue de ces sources n'est autre que Hammam Chellala (bain de la Cascade) ou encore appelée Hammam Dbegh et anciennement Hammam Meskhoutine. La température de l'eau de Hammam Meskhoutine est la plus élevée après celle des geysers d'Islande. Elle atteint effectivement une température de 97°C, son débit est de 1650 litres/seconde: près de 100.000 l par minute. Au cours des millénaires, l'eau a édifié une majestueuse cascade en calcaire, riche en couleurs et en formes. Sur le site du hammam, on trouve également de nombreuses formations en forme conoïde. Un bain à Hammam Meskhoutine équivaut à une véritable cure de jouvence. Ses eaux riches en arsenic redonnent une seconde jeunesse à la peau et...à l'être humain. D'ailleurs, les journalistes ont pu le constater d'eux-mêmes puisque Nacéra a concocté une séance de Hammam. «Arriver à Hammam Meskhoutine et ne pas prendre de bain, c'est impensable!», atteste Nacera avec sa bonne humeur légendaire. On a donc eu droit à notre séance hammam qui nous a fait oublier quelque peu le stress du travail. Sur ce site unique au monde, on a également eu à admirer une grande cascade formée de calcaire avec de l'eau jaillissant de son sommet, une eau venue des entrailles de la terre, accompagnée de vapeur qui se diffuse à l'air libre. Ce qui donne un spectacle inoubliable. Côté infrastructurel Hammam Meskhoutine est doté d'un complexe thermal céleste qui est l'oeuvre de l'incontournable Pouillon. Comme l'a dit un Guelmi rencontré sur place, «heureusement que Pouillon est passé en Algérie, sinon la seule infrastructure de la région serait une grotte derrière la cascade de Hammam Meskhoutine...». Cependant, il n y a pas que Pouillon qui a fait des merveilles avec les eaux thermales de Guelma. Un entrepreneur privé s'est également mis au service du tourisme local en érigeant une oasis au milieu des montagnes. Il s'agit du nouveau complexe thermal Hammam Bouchahrine à Heliopolis (Ouled Ali). Guelma est donc une destination thérapeutique par excellence. Mais pas seulement. Guelma d'ailleurs, mais pratiquement tout l'Est algérien est une région riche du point de vue patrimoine historique. Appelée autrefois Calama ou encore Malaca, cette ville dispose d'un théâtre romain magnifique adossé à une assise de remblais parée de pierres de taille. Il est dû à l'évergétisme d'une certaine «Annia Aelia Restituta» dont une inscription nous rappelle qu'elle dépensa 400.000 sesterces pour le plaisir de ses concitoyens.

Les Japonais apprécient les mobylettes de Guelma
Ces derniers honorèrent la généreuse donatrice en lui élevant cinq statues. Servant de carrière, le monument avait été totalement démantelé. Il a été reconstruit entre 1902 et 1918. Le théâtre abrite aussi le musée romain de la ville de Guelma. Après la visite du théâtre romain et une séance de hammam, il ne nous restait qu'une seule chose à faire à Guelma, à savoir enfourcher un vélo ou une motocyclette...Ainsi, les journalistes n'ont pas cessé de supplier Nounou, un natif de la région, pour leur trouver un vélo Guelma. Ne pouvant répondre à leurs doléances, Nounou a affirmé que les vélos made in Guelma ont été vendus aux Japonais qui les exposent dans les cours de recréation des écoles pour faire peur aux enfants. «Si vous ne travaillez pas bien à l'école voilà ce que vous allez produire», nous a-t-il expliqué avec beaucoup d'humour. Par contre, on a rencontré au centre-ville de Guelma une pâtisserie des plus originales. Il s'agit de la pâtisserie du 1er-Novembre ou plus connue à «Calama» sous le nom de Boné. Le patron, Hadj Goum Mohamed, n'a rien changé de cette pâtisserie qui date de l'époque coloniale, ni les meubles ni la vitrine. Mêmes les gâteaux sont les mêmes que ceux qui étaient préparés avant l'Indépendance. Une originalité qui pourrait être utilisée pour le tourisme...C'est donc après un bon bain, des souvenirs plein la tête mais sans avoir fait un tour de bicyclette que les «pèlerins» de l'Est quittent «Malaca» pour Souk Ahras.

Bouillon de culture à Souk Ahras
Selon l'artiste, écrivain et philosophe américain, Elbert Green Hubbard, Tagaste (Souk Ahras) est une «ville de haute classe et de grande culture, où les livres étaient abondants, au point que la municipalité les distribuait gratuitement aux enfants et que pour l'achat d'une brosse à dents, le vendeur offrirait un livre avec». Sou-Ahras est la ville qui a vu naître le célèbre philosophe, écrivain et théologien Aurélien Augustin ou encore saint Augustin qui fut ensuite évêque à Annaba pendant 39 ans. Et même si ce n'est plus le cas maintenant, les cités romaines de Souk Ahras et l'olivier dit de saint Augustin, témoignent de la richesse culturelle de Tagaste. En effet, l'olivier de saint Augustin est devenu un lieu de pèlerinage pour les chrétiens du monde entier. C'est également devenu une des destinations les plus prisées par les agences de voyages européennes. En témoignent les touristes rencontrés sur place, notamment les Espagnols. L'olivier de saint Augustin est perché majestueusement sur l'une des trois gorges qui contournent la ville de Souk Ahras. Il se trouve plus exactement dans la gorge de l'antique ville de Tagaste, aux ruines très importantes qui existaient jadis, et que les anciens nommaient Sidi-Messaoud, qui est aujourd'hui l'une des collines de Souk-Ahras. Aussi, la ville de Souk-Ahras abrite de nombreux vestiges archéologiques comme les mausolées, les ruines romaines, les thermes, le théâtre, la basilique chrétienne et le fort byzantin. Elle compte également un musée dans la crypte de l'église où sont exposées quelques statues en marbre et des stèles qui portent des inscriptions libyques et latines et un autre musée au théâtre qui abrite des sculptures et des mosaïques de Madaure, de Khemissa, d'Announa et de Guelma. Souk Ahras est donc un véritable bouillon de culture.
Mais malgré cette richesse culturelle, Tagaste ne dispose d'aucune infrastructure touristique. Un seul hôtel classé est disponible pour toute la wilaya...C'est donc avec beaucoup d'espoir pour la relance du tourisme national, que s'achève notre périple, cette aventure humaine qui a permis de faire un état des lieux du secteur. L'Algérie est une merveille qui reste malheureusement inexploitée...

L'olivier de saint Augustin perché au-dessus d'une poubelle
Il y a de ces habitudes qu'on retrouve partout dans le pays et qui sont devenues une seconde nature chez certains citoyens. La première de ces habitudes qui n'ont rien à voir avec le tourisme est la bureaucratie. Un site touristique n'est pas une administration. Or, en Algérie, on a tendance à mélanger les torchons et les serviettes, ce qui est une très mauvaise recette pour la promotion du tourisme. Sinon, comment expliquer que ces sites historiques ferment boutique à 16h30! Il faut ajouter à cela l'interdiction de prendre sans autorisation... des photos dans ces sites. Mais le pire c'est la saleté et la mauvaise gestion qui y règnent.
Par exemple, l'olivier de saint Augustin est perché sur le haut d'...une décharge! Ce qui a poussé quelques journalistes sarcastiques à s'interroger si les ordures de cette décharge étaient les siennes. Les poubelles ont également envahi les chutes de Hammam Meskhoutine où les détritus s'entassent. Parmi les autres comportements qui nuisent au tourisme, on retrouve l'incivisme. Il y a des vacanciers qui détruisent tout après leur passage. Par exemple à Guelma, le nouveau complexe thermal de Bouchahrine engage des travaux, selon son directeur, après chaque passage d'estivants. Voilà donc des petits défauts qui empêchent le secteur touristique de prendre son envol. C'est même une recette pour le détruire...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (3)

oerius 04/10/2011 04:08:51
Des amendes ! On sait très bien réprimer les révoltés dans ce pays, mais on est pas capable de faire peur a des pollueurs juste pour les dissuader de salir des sites touristiques?
-1
tagaste - algerie 04/10/2011 07:20:16
ou sont les autorités locale ?quelle est leurs mission? quesqu'ils font uniquement pendant les heures de travail? et esqu'ils se sentent qu'ils sont algeriens et responsbles ?
oui on voyant le'olivier de saint augustin considéré comme lieu saint,perché au-dessus d'une poubelle sans que ces autorités bougent.
ce n'est avec ces pratiques qu'on va amiliorer notre tourisme.
0
chawki - algerie 04/10/2011 22:11:22
le tourisme c'est avant tout un état d'esprit, une culture, et un savoir...vivre! beaucuop de responsables locaux ne connaissent du tourisme que les hotels tunisiens, et par le passé les magasins ..tati! les touristes étrangers se déplacent de la tunisie voisine pour voir l'olivier de saint augustin, en se pressant tout aussi vite de retourner dans leur hotel ..en tunisie;rien d'autre d'attrayant ou du moins de mis en valeur,dans la région de souk ahras pour retenir les touristes!
au fait nos responsables connaissent-ils saint augustin? il est pourtant bien algérien! à lui seul il fait venir plus de touristes que les responsables du tourisme et de la culture! beaucoup d'étrangers ont connus l'algérie à travers lui et non pas à travers nos ambassades, plus enclines à bloquer les visas d'entrée en algérie qu'à la faire apprécier! des pays essayent de créer de toute pièces leur histoire, et chez nous, on ne fait rien pour valoriser la notre qui est si riche!
Madame et messieurs bougez ou laissez vos places à plus compétents et surtout à plus engagés!
0
total :3| Affiché :1 - 3

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha