Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
28
 Biskra Min 18 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
30
 Annaba Min 22 °C Max 27 °C
39
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
12
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Autres | Dossiers |

ANNABA

Les magasins sont bondés

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le Réveillon est synonyme de gain. Les commerçants veulent rentabiliser leurs activités durant ce mois de décembre.

Les activités commerciales bouillonnent. Et le rythme s'accélère au fur et à mesure que les fêtes de fin d'année approchent. Les boutiques de prêt-à-porter et magasins d'habillement ont donné le ton, il y a quelques semaines, c'est désormais les secteurs d'activité tels que la couture, la coiffure, la friperie qui veulent réaliser des gains substantiels durant les festivités marquant la fin de l'année.
En effet, les acteurs activant dans différents domaines estiment que le mois de décembre pourrait être une période de déclic pour la reprise de certaines affaires. Car, l'année dernière à la même période, le commerce à Annaba a enregistré une crise suite à l'afflux des familles et couples vers Doubaï et la Turquie.
Un an après, les commerçants veulent tourner définitivement cette page noire. C'est pourquoi, à l'approche du réveillon, ils essaient de mieux se préparer en vue de remonter la pente. C'est le constat ce lundi 26 décembre à «L'Elégance», une boutique de prêt-à-porter située sur l'avenue Ibn Khaldoun. Le propriétaire des lieux a pris le soin de passer une nouvelle couche de peinture à l'intérieur de son magasin, déjà très chic.
Les vitrines scintillent comme des diamants, elles sont chaque jour, soigneusement nettoyées. Le tout dans un décor lumineux. «Nous sommes très heureux parce que nous avons espoir que les choses vont reprendre. Nous voulons oublier le calvaire de l'année 2010 où nous avons perdu 50% de notre chiffre d'affaires», a fait savoir le propriétaire, «pour cela, nous avons décidé de faire de petits investissements pour attirer les clients», explique-t-il. Et d'ajouter: «Bien que les dépenses ont été coûteuses, elles valaient le coup.» Mais, à 10 jours du réveillon, sa clientèle est non seulement plus nombreuse, mais elle est aussi satisfaite, «Notre clientèle nous donne déjà satisfaction. De cinq clientes par jour le mois dernier, nous pouvons enregistrer dix clientes maintenant. Ce qui est frappant, c'est que certaines femmes peuvent repasser plusieurs fois la même semaine, voire le même jour. C'est ça l'effet décembre», se réjouit-il. Selon elle, les années antérieures, hormis décembre 2010, ses gains étaient plus que satisfaisants, à la fin des fêtes. «Avec le retour de la paix et de la stabilité, chez nos voisins les Tunisiens, nous sommes très optimistes parce que notre clientèle va dépenser le double, puisqu'elle va certainement reprendre le trajet de la Tunisie pour y passer le Réveillon...»
En effet, l'année écoulée, les événements survenus en Tunisie, ont eu des répercussions négatives sur le commerce à Annaba, en cette même période..., les habitués des fêtes de fin d'année se sont orientés vers la Turquie, Dubaï et même le Maroc. Ces mêmes propos ont été repris par plusieurs commerçants, à l'unanimité. Nos interlocuteurs avouent «avoir été victimes du changement de destination de leurs concitoyens, et c'est le coût de ces voyages qui a fait que la clientèle minimise les achats pour la circonstance.» Même déclaration, chez S. H., coiffeuse en plein centre-ville de Annaba, qui avoue n'avoir jamais fait un aussi bas chiffre d'affaires que celui de l'année dernière. La conviction de la dame aux «Doigts magiques», quant à une meilleure fin d'année, se fait sentir au fur et à mesure que les jours passent, et le fait que la clientèle et les abonnées viennent pour des rendez-vous, semble lui donner un peu plus d'assurance. Effectivement, les choses semblent bien se passer chez Soraya et d'autres professionnelles de la coiffure.
Les modélistes ont innové pour engranger des bénéfices durant le dernier mois de l'année. Elles aussi ont pris les devant dans leur domaine.
De 2 jeunes filles, elles sont passées à 04, rien que pour faire face à la demande qui croît progressivement. «Nous commençons à être débordées à telle enseigne que nous avons décidé de fixer des rendez-vous. Cela nous permettra de mieux gérer le flux de nos clientes», a fait savoir Zahia. Pour elle, les deux nouvelles jeunes couturières sont des professionnelles, elles lui seront d'une aide précieuse. C'est pour dire que dans le domaine de la couture, l'effervescence est aussi de mise.
Le rush des commandes est tel que certaines couturières et tailleurs ont décidé de travailler tard la nuit, rien que pour respecter leurs engagements, a fait remarquer Zahia, visiblement heureuse.
Cette spécialiste des tenues de soirée féminines est réputée, non seulement, pour ses prix raisonnables, mais surtout pour la finition de son travail notamment.
Cette couturière, qui se fait aider par des professionnelles pour être dans les délais, se dit être obligée: «C'est vrai que cela aura un coût, mais à la fin, je suis convaincue que je ferai un bon chiffre en termes de recettes», souligne la couturière, satisfaite de son affaire. Ce n'est pas tout, les préparatifs des fêtes de fin d'année, ne se limitent pas aux salons de coiffure, et les boutiques de luxe, les faibles bourses aussi, ont leur part, des festivités, même avec des moyens limités. En effet, Samir, propriétaire d'un magasin de friperie à la zone centre de la ville de Annaba, dit avoir fait le plein de son commerce. «J'ai été deux fois de suite à la frontière de la wilaya de Tébessa pour acheter des vêtements afin de les revendre. J'ai bouclé tous mes achats pour attaquer la fin d'année. Aujourd'hui, le comportement de la clientèle est vraiment rassurant», affirment l'ensemble des commerçants du centre-ville, qui, à un moment donné, ont appréhendé la nouvelle année. A l'origine de cette situation, le retour du calme et de la stabilité chez nos voisins tunisiens. Ce pays dont la frontière affiche depuis quelques jours déjà, un afflux considérable, des accoutumés du réveillon «tunisien». Cette année aussi, le transit vers ce pays voisin, ne sera pas uniquement pour passer les fêtes de fin d'année, mais aussi pour y passer les vacances d'hiver.
En effet, des centaines de familles ont transité par les postes frontaliers de Bouchebka, dans la wilaya de Tébessa, Oum Et T'Boul, dans la wilaya d'El Tarf, pour y passer leurs vacances. Pour l'heure, le temps est aux préparatifs, et la fièvre des fêtes se fait sentir de plus en plus, notamment ces derniers jours de l'année 2011.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha