LE LITRE D'HUILE D'OLIVE CÉDÉ À 500 DINARS

Les familles s'intéressent de nouveau à leurs oliviers

Chère, chère l'huile d'olive
Chère, chère l'huile d'olive

Des échantillons d'huile exportés en Espagne ont suscité l'admiration des consommateurs.

«Cette année, nous avons de quoi être fiers et heureux des bienfaits de la nature», dira Zoubir Allouache, un jeune agriculteur de Béjaïa qui travaille dans le secteur agricole depuis sa tendre enfance. Les agriculteurs d'autres wilayas sont tout aussi satisfaits. Le litre d'huile est cédé à 500 dinars. Ce prix est un élément qui encourage les familles à s'intéresser de nouveau à leurs oliviers.
A titre d'exemple, une récolte de 27.000 quintaux d'olives est attendue dans la wilaya de Tébessa au terme de cette saison agricole, contre moins de 18 000 quintaux la saison précédente, selon le responsable de la production végétale à la direction des services agricoles de cette wilaya de l'extrême Est du pays. Les deux tiers de cette production, sont destinés à l'extraction d'huile d'olives, après la mise en exploitation en novembre dernier, des deux premières huileries dans la région de Safsaf El-Ouessera, a ajouté M.Mahfoud Boukria.
Réalisées dans le cadre du dispositif de soutien à l'investissement agricole, ces pressoirs sont capables de broyer entre 20 et 40 quintaux d'olives par heure permettant d'obtenir une moyenne de 14 à 20 litres d'huile d'olive par quintal.
Désormais les oléiculteurs locaux sont libres de se rendre dans les wilayas d'El-Oued, de Guelma et de Souk Ahras pour cultiver l'olivier. Les superficies vouées à l'oléiculture dans la wilaya de Tébessa, ont connu une importante extension durant la dernière décennie, passant de 300 hectares en 2000, à plus de 5000 actuellement, et ce, grâce aux mesures de soutien accordées par les divers dispositifs de développement de cette filière mis en place par les responsables concernés. Outre l'olive «chemlel», la variétéla plus cultivée dans la région, est le «ferkani» qui a vu sa réputation dépasser les frontières algériennes. Cette variété donne, une huile se caractérisant par une absence totale de cholestérol. Elle est très appréciée, notamment, sur les marchés espagnols comme en témoigne le succès obtenu par les échantillons exportés vers ce pays par un opérateur privé de la région, selon les services agricoles de la DSA. A quelques dizaines de kilomètres, plus exactement à Souk Ahras, les agriculteurs ont enregistré une récolte de 36.000 quintaux. Notons qu'une autre récolte de 36.000 quintaux est prévue au terme de la saison agricole en cours à Souk Ahras, Cette production, en hausse par rapport à celle de la saison dernière (31.000 quintaux) sera collectée à l'issue de la campagne, entamée le 26 novembre dernier, sur une superficie de 1700 hectares d'oliviers en production, a précisé M.Rachid Rehamnia, chef du service de la régulation et du soutien technique à la DSA. Près de 70% de la quantité à collecter sont destinés à l'extraction d'huile d'olive et plus de 15.000 quintaux d'olives ont été récoltés jusqu'à présent au titre de cette campagne qui prendra fin au mois de janvier prochain, a-t-on indiqué. Jugée encourageante, la récolte attendue a été favorisée par une importante pluviométrie. Elle a été boostée également par les campagnes de vulgarisation et les séminaires organisés sur l'itinéraire technique de cette culture, depuis la cueillette en passant par la sélection jusqu'à l'extraction de l'huile.
Le programme d'extension de l'oléiculture prévoit dans cette wilaya (Souk Ahras), la plantation de 10.000 hectares à l'horizon 2014, ce qui va sans doute augmenter les capacités de production, lesquelles pourront s'inscrire dans le programme du secteur agricole de l'indépendance alimentaire du pays.
D'autres part, les services agricoles de la wilaya de Skikda, ont enregistrés quant à eux, une production de 62.120 hectolitres d'huile d'olive attendue au titre de la campagne agricole 2010-2011, contre 53.500 hectolitres la saison dernière, a-t-on appris jeudi de la direction des services agricoles (DSA) de cette wilaya. Skikda, occupe une superficie estimée à 7059 hectares qui a été consacrée cette saison à l'oléiculture.
Les services de la DSA envisagent de réaliser une production oléicole de 282.400 quintaux, avec un rendement moyen de 40 quintaux à l'hectare sur papier en attendant le concret sur terrain et la bénédiction du ciel et des agriculteurs de la région. Cette production sera traitée dans 72 huileries dont 20 nouvellement mises en service dans le cadre du Programme national de développement agricole, implantées particulièrement dans les communes de Aïn Kechra et de Azzaba, où il est attendu un rendement de 22 litres par quintal.
Outre les productions réalisées jusqu'à présent, le programme du ministère de l'Agriculture et du Développement rural à lancé en 2010, la plantation de 10.000 hectares d'oliviers qui s'étalera jusqu'à l'horizon 2014. Soit 2000 hectares par an, selon la DSA qui continue de multiplier les journées d'études et les actions de vulgarisation au profit des oléiculteurs, notamment en ce qui concerne les méthodes de cueillette dans le cadre de la promotion de cette production stratégique. La modernisation des services agricoles s'impose de fait pour la réalisation des objectifs à court, moyen ou long terme, afin de répondre aux besoins du marché national, et réduire la facture des importations.
«Il est anormal d'importer des produits qu'on peut produire en Algérie», a conclu le jeune agriculteur Zoubir Allouache de Béjaïa, que nous avons contacté par téléphone.