Accueil |Autres | Dossiers |

YENNAYER 2962: BÉJAÏA

Le jour de l'An sera chômé, payé et fêté

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Aujourd'hui, la région de basse Kabylie célèbrera, à l'instar de toutes les régions du pays et du Maghreb, le premier jour de l'An berbère 2962. Ce jour est toujours là pour nous rappeler que nos racines remontent loin, très très loin dans l'histoire de l'humanité. Notre premier royaume amazigh naissait sous l'autorité d'un roi nommé Chachnaq, qui avait libéré son territoire de la domination des pharaons. Depuis cette époque lointaine, les populations maghrébines fêtent leur indépendance par des festivités traditionnelles. C'est encore le cas aujourd'hui, même si d'autres aspects se sont greffés pour donner plus de sens et de valeur à ce jour. Pour tout l'or du monde les populations, notamment rurales, ne manqueraient un rendez-vous pareil tant il marque une tradition ancestrale comme beaucoup d'autres auxquelles les Kabyles restent fièrement attachés. Aujourd'hui, pas un foyer, pas un village ne restera en marge de la célébration, qui se fera à coup sûr dans un esprit festif, rassembleur et surtout porteur de cet élan unificateur dont a besoin un peuple épris de son identité. Bejaia et ses contrées ne vivent depuis quelques jours que pour ce jour. Un jour qui ne ressemble à aucun autre et qui se fête d'une manière singulière. Il y aura de tout. Du couscous à la traditionnelle, des premières coupes de cheveux pour les enfants, des boeufs à sacrifier, de la danse et des chants, bref, la basse Kabylie vivra collectivement et solidairement une veillée et un jour pas comme les autres. Le choix du Jour de l´An pour la première coupe de cheveux des enfants n´est pas fortuit, puisque ce baptême s´est souvent déroulé en cette période qui marque les premiers jours d´une année que tout un chacun espère prospère. Le retour aux sources est une pratique récurrente dans les villages de Kabylie ces dernières années. Elle le sera encore cette année eu égard aux échos et invitations qui nous parviennent pratiquement de toutes les contrées de la wilaya de Bejaia. La réhabilitation des actes de solidarité et commémoratifs se poursuit pour donner l´impression d´un besoin profond ressenti par les habitants qui se rendent compte que leurs ancêtres n´avaient pas tort de perpétuer certains événements. A l´initiative des associations et des comités de village, la célébration du Jour de l´An berbère sera marquée par des actions qui n'ont de valeur que de ressusciter des coutumes ancestrales qui ont toujours distingué la région de Kabylie. Le Nouvel An amazigh, qui coïncide avec le 12 janvier, intervient cette année dans un contexte plus serein comparé à celui de l'année passée. L'événement qui, d'ordinaire, offrait l'occasion de célébrations joyeuses et d'échanges de visites et de souhaits, sera donc cool. A Béjaïa, les festivités seront plus nombreuses. Dans toutes les localités des programmes ont été concoctés s'articulant sur des activités culturelles et ludiques pour marquer ce passage à l'An 2962 du calendrier amazigh. Musique, théâtre, chorales, poésie, conférences, expositions thématiques et dégustation de mets traditionnels seront au menu de ces manifestations qui ne manqueront pas de drainer beaucoup de monde. Une ambiance similaire est annoncée dans la municipalité d'Akfadou, Tibane, Souk Oufella dans la circonscription de Sidi Aïch. Il en sera de même du côté d'Akbou, Tazmalt et les hauteurs de Seddouk. Du côté du Sahel, Kherrata, Darguina, Souk El Tenine Aokas, Tichy seront autant de localités qui veilleront pour saluer le jour de l'An amazigh. Au chef-lieu de wilaya, ce premier jour du calendrier agraire nord-africain sera celui des étudiants qui, non seulement en feront une journée fériée, chômée et payée, mais aussi une nuit de fête dans les campus et les résidences. Comme toujours, les écoliers resteront chez eux. Le jour de l'An on ne travaille pas et on ne va pas à l'école. Bref, cette fête ancestrale, vieille de 3000 ans, sera diversement célébrée et les rites diffèrent d'une contrée à l'autre.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha