BOUIRA

Les GLD reviennent à la charge

Ils menacent de marcher sur Alger. Les GLD reviennent à la charge. Ce mode de revendication devenu célèbre après la marche dite de la dignité organisée par les enseignants contractuels, depuis Béjaïa en direction de la capitale, semble aiguiser les appétits.
La proposition de recourir à cette manifestation pour se faire entendre a été retenue hier lors d'un rassemblement organisé à Bouira et qui aura regroupé 26 représentants d'autant de wilayas. «Nous allons organiser une grande marche vers Alger, dont la date reste à fixer, mais une chose est certaine elle aura lieu dans les prochains jours», déclarera M.Bougataya Ali, coordinateur national des patriotes.
Le même orateur usera d'un langage menaçant et exprimera une grande volonté de faire fléchir les pouvoirs publics qualifiés d'autistes.
«Le pouvoir nous a marginalisés à l'extrême. Ce pouvoir est autiste et il ne comprend que par la force, donc on va lui montrer de quel bois on se chauffe.»
Les autres intervenants prenant le relais s'engageront sur le même ton, à l'image du délégué de Tissemsilt qui dira: «J'ai plus de 1000 patriotes qui n'attendent que mon feu vert pour envahir les rues de la capitale.» Celui de Mila lui emboîtera le pas en traitant les pouvoirs publics d'unique responsable de l'actuelle situation de ceux qui hier n'ont pas hésité à prendre les armes pour sauver la République. «Nous exigeons l'application du décret 77, paru au JO N°66 qui définit clairement les modalités de prise en charge de nos revendications à la retraite anticipée et proportionnelle», dira entre autres ce délégué.
Le coordinateur national précisera au sujet de ce
décret: «Nous voulons l'application pleine et entière des dispositions contenues dans le décret 77. Jusqu'à présent, il y a eu certes, des avancées, mais elles sont insuffisantes, quant aux deux principales revendications notamment celle relative aux GLD qui n'ont pas atteint les 7 ans et demi de service et la retraite proportionnelle, nous attendons toujours que ce dossier soit réglé après 20 ans de tergiversations. Quelle est la différence entre un patriote ayant fait 7 ans et demi et un autre ayant 5 ans ou 6 ans de service?», s'est-il interrogé.