Accueil |Autres | Multimédias |

EN PLEINE MUTATION TECHNOLOGIQUE

Menace sur les médias

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Chaque internaute est à la fois lecteur et contributeurChaque internaute est à la fois lecteur et contributeur

Les techniques de multimédias ont l'avantage de revenir sur le format du contenu. C'est dire donner plus d'espace et plus de durée de vie à une information.

Finis les monomédias! Après l'éclatement de la bulle Internet, le monde s'est considérablement réduit.
En effet, l'arrivée des multimédias a changé radicalement la façon de travail des rédactions traditionnelles à tel point que certains groupes de presse s'en emparent et que d'autres tentent d'en vivre, notamment les radios et les télévisions. De même, selon une étude menée par le réseau future exploration.net, les journaux sont appelés à disparaître en 2017 aux Etats-Unis et en 2029 en France. Au moment où le monde parle des blogs hyperlocaux ou l'e-journalisme hyperlocal, tout le monde peut accéder aux radios et télévisions internationales. Au fait, pas de révolution technologique, pas de modèle économique encore viable, mais un profond changement de mentalité éditoriale. Ainsi, introduisant des nouveaux supports de diffusion d'information qui touchent plus de public, les nouvelles TIC ont imposé la réorganisation de nombreuses rédactions en matière de diffusion de contenu et le contenu lui-même. Certes, il n'échappe à personne qu'avec le web tout le monde accède facilement aux dépêches par un simple clic. Ce fait facilite la recherche de l'information librement en temps réel. A titre d'exemple, le web 2.0, qui est associé à l'ensemble des applications collaboratives, permet de sortir de la logique «one to many» pour entrer dans l'ère du «many to many». C'est dire que chaque internaute est à la fois lecteur et contributeur. De même, cela a créé un nouveau public qui enrichit le contenu via l'interactivité qu'offrent la technologie du Web 2.0 ou le Wiki. Certainement, ce n'est pas le cas des stations radiophonies et télévisées traditionnelles. A cet effet, l'ultime menace pour les médias traditionnels de la part des agrégateurs de contenus provient de l'amélioration en continu de l'outil ainsi que de la gratuité et l'instantanéité de cette nouvelle technologie qui bouleversent profondément les conceptions classiques. La blogosphère et les réseaux sociaux ne sont pas en reste tant qu'ils possèdent les capacités de remodeler le monde de l'information et sa diffusion en accord avec les nouvelles attentes du public. Aujourd'hui, ce n'est plus l'époque des émissions enregistrées. Un simple logiciel de discussion interactive comme le Skype peut faire tout en temps record en permettant même plus de contacts pour le partage de l'information en temps réel de n'importe quel point du globe via des rencontres virtuelles. Par ailleurs, cette méthode de procéder n'est pas forcément positive. Elle provoque la rupture des relations sociales en écartant les conversations humaines face à face. Cette difficulté d'établir des relations humaines est d'ailleurs le problème major pour les journalistes. Les techniques de multimédias ont l'avantage de revenir sur le format du contenu. C'est dire donner plus d'espace et plus de durée de vie à une information. A titre d'exemple, l'internaute a la possibilité de suivre l'intégralité des événements à tout moment gratuitement grâce à la radio et la télévision web. Aussi, c'est l'époque de télévison de rattrapage via laquelle le public pourrait rattraper les émissions qu'il a ratées. Aussi, au XIe siècle on parle de la radio numérique satellite qui propose plus de 121canaux sur la même station en temps réel! Selon quelques sources officielles, les gens sont plus informés sur les réseaux sociaux et le Web que sur les radios et les télévisions. Dans ce sens, environ 46% des jeunes regardent la télévision sur l'écran alternatif (téléphone multifonction et ordinateur) en direct. Ces outils interactifs ont donc amené à une nouvelle relation avec le public via le courrier public qui permet à ce dernier de collaborer via les commentaires dont les rédactions ne pouvaient faire sans tenir compte de ce qui fait que ce nouveau public a créé un nouveau style journalistique.
Dans ce sens, certaines agences de presses, comme aux Etats-Unis d'Amérique et en France, ouvrent des conférences de réduction au grand public une fois par semaine. Cependant, multipliant la possibilité d'accès à diverses sources, cette diffusion à travers le Web qui est un choix ouvert pour journalistes risque de perdre l'exclusivité de l'information. A cet effet, certaines presses, à l'instar de la presse américaine, ont interdit à leurs journalistes de diffuser leurs articles sur le réseau social Twitter ou leur blog avant de les signer sur leur site officiel. De ce fait, les multimédias nous obligent à aller très vite pour garder l'exclusivité d'un événement. Le développement des rédactions multimédias oblige l'apparition de nouveaux métiers, à savoir les journalistes maîtrisant les différents outils de diffusion d'information. La polyvalence est désormais incontournable.
Néanmoins, malgré toute cette mutation dans le monde des médias qu'offre plus de supports de diffusion d'information, la place du journaliste est toujours là. Toutefois, c'est juste la nature de son travail qui a changé autant que n'importe quel jeune passionné peut rédiger sur la toile. Il est temps de vérifier l'information dans le nuage et la hiérarchiser en indexant le contenu selon des mots-clés et format afin de faciliter la tâche aux internautes qui surfent sur la vague sinon on risque de ne pas exister. L'univers de mobilité d'accès d'une façon permanente à l'information est derrière le développement de cette profession relativement nouvelle. Cela donne une idée sur l'ampleur qu'a apprise le phénomène des évolutions dans le monde des médias.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha