Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Autres | Multimédias |

TÉLÉPHONIE MOBILE

Sonatrach veut sa part de Djezzy

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La compagnie nationale des hydrocarbures serait intéressée par l’acquisition des parts de la filiale algérienne d’OTA.

Les candidats se bousculent au portillon pour l´achat de la filiale de téléphonie mobile Djezzy. En effet, après Vivendi, c´est au tour de Sonatrach de s´intéresser au dossier de la vente de cette entité.
Selon les informations parvenues à notre rédaction, les premiers contacts ont été établis par plusieurs acteurs du dossier. Parmi eux figure le président-directeur général du groupe Orascom Telecom, Naguib Sawiris. Ce dernier aurait clairement exprimé sa volonté de céder la totalité de sa filiale algérienne (OTA) qui exploite la marque commerciale Djezzy, alors qu´il démentait en bloc cette information, il y a quelques jours. Pour ce qui est des acheteurs intéressés, ils seront tous servis à des degrés différents. D´autant plus que la loi algérienne en matière d´investissements étrangers est très claire. L´investisseur étranger doit céder au minimum 51% des parts à un ou plusieurs partenaires algériens.
Ainsi, Vivendi ne pourra prétendre qu´à 49% de la filiale, alors que Cevital et Sonatrach se partageront les 51% restants.
Une aubaine pour l´Etat, puisque cette acquisition aura une portée économique et stratégique considérable pour le pays.
Cette dernière devrait permettre à la Société nationale des hydrocarbures de mettre à profit son réseau de 22.000 kilomètres de fibre optique, jusque-là peu valorisé. De plus, celle-ci permettra à l´Algérie de se doter d´un acteur qui sera présent sur l´ensemble des métiers et cela à tous les niveaux, que ce soit pour la téléphonie fixe ou mobile, ou encore l´Internet. Par ailleurs, et concernant les délais de cette transaction, beaucoup d´éléments laissent à penser qu´ils seront très courts.
En effet, pour financer ses nouveaux investissements en Italie et en Grèce, notamment avec l´achat des compagnies de télécoms respectives, Wind et Wind Hellas, le magnat égyptien des télécoms a dû s´endetter à hauteur de 7 milliards d´euros.
Ce dernier comptait sur les rentes phénoménales générées par sa filiale algérienne, pour apurer ses dettes. Toutefois, frappé par un redressement fiscal, les choses ne devront pas se passer comme prévu. Privé de cette manne financière, l´opérateur se verra bientôt obligé à rembourser sa dette ou à la restructurer. C´est là que la cession de la totalité de Djezzy se dessine comme l´ultime solution pour faire face à ses échéances. Et c´est également compter sans la vague de désabonnements pour accélérer davantage le processus.
Mais ce qui pourrait inciter le P-DG d´OTA à se décider rapidement, est l´instabilité diplomatique entre les deux pays. En effet, deux semaines se sont écoulées depuis le match qui a opposé les deux pays et qui s´est achevé par la qualification de l´Algérie en Coupe du monde, et aucun signe d´apaisement ne semble se profiler à l´horizon. La classe politique égyptienne, mais aussi les médias et même le monde du spectacle égyptien ont donné libre cours à leur colère mais surtout à leur agressivité à l´égard du peuple algérien. Conséquence de ce climat délétère, des centaines de personnes ont déjà quitté l´Algérie alors que d´autres rentrent d´Egypte à cause des violences qui ont éclaté dans les deux pays. Du côté algérien, la colère des citoyens était telle que tout ce qui avait trait à l´Egypte était pris pour cible, notamment les grandes sociétés à l´instar de la compagnie Orascom Télécom et sa filiale Djezzy. Le siège social et une quinzaine d´agences de ladite société, avaient été saccagés.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha