Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 25 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Kiev ne croit pas aux larmes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ce qui se passe en Ukraine est un épisode tardif de la guerre froide qui oppose depuis les années cinquante Moscou au monde occidental. Et pourtant, le bloc de l´Est a volé en éclats. Les pays qui formaient, dans l´ancien bouclier du pacte de Varsovie, l´ex-glacis communiste ont rejoint l´Otan et l´Union européenne avec armes et bagages. Mais Moscou, on ne sait quelle mouche l´a piquée, a réveillé ses vieux démons. La pièce s´est jouée en deux actes à quelques jours d´intervalle seulement. Dans un premier temps, Vladimir Poutine déclare devant un parterre de spécialistes que la Russie prépare une arme nucléaire d´un nouveau type, ne craignant pas de relancer la guerre des étoiles et la course aux armes de destruction massive. La deuxième manche s´est jouée à guichets fermés avec cette élection présidentielle en Ukraine, Poutine s´affichant ouvertement avec le président sortant pour soutenir le candidat du pouvoir, le Premier ministre Ianoukovitch. Il n´en fallait pas plus pour faire sortir tout le gratin du monde occidental de ses gonds, de Colin Powell à Javier Solana, en criant à la fraude électorale. Et Poutine d´enfoncer le clou en étant le premier à féliciter le nouveau président élu, quitte à demander aux autres capitales de ne pas griller les étapes et d´attendre l´annonce des résultats officiels. Quant au petit peuple de Kiev, sûr de son bon droit, il n´a pas accepté qu´on lui vole sa victoire électorale. Il n´en a cure lui des petits calculs géopolitiques du Kremlin et des capitales occidentales. Pendant des jours, on l´a vu organiser sa protesta, de nuit comme de jour, sous un froid glacial digne de la Sibérie. Ainsi va l´histoire, Hitler et Napoléon lui-même s´étaient cassé les dents dans les glaces moscovites. On n´arrête pas la roue du temps : la glasnost et la perestroïka étaient venues à bout de l´ours soviétique, mais lorsque la mission historique de Gorbatchev était arrivée à sa fin, il dut céder le sceptre à Boris Eltsine, qui prit de la bouteille, au propre et au figuré, et dut à son tour passer le témoin à Poutine. En exhumant aujourd´hui l´arme nucléaire, ce dernier a-t-il mesuré toute la portée de son geste? En revanche, le tournant que prend le scénario ukrainien est le pire qui puisse être imaginé, puisqu´on voit pointer à l´horizon le spectre de la sécession et de la balkanisation. Pour l´heure, l´affrontement n´est que verbal, mais il est à souhaiter que les efforts de médiation tentés de part et d´autre finissent par porter leurs fruits et que des règlements pacifiques de la crise soient proposés pour ramener la paix dans le pays et dans la région. Cela dit, peut-on faire une lecture algérienne de cet événement qui se passe loin de nos frontières? L´occupation des rues et des places publiques, l´Algérie a déjà connu cela. C´était en 1991. Une gestion au pifomètre de la crise générée par cette occupation a débouché sur une décennie d´anarchie politique, de violence terroriste, de récession économique, de paupérisation sociale. L´Etat a failli s´effondrer et le pays perdre sa souveraineté en passant sous les fourches caudines du FMI. Heureusement que le peuple algérien, qui n´a pas répondu à l´appel des sirènes, a su faire preuve de maturité et de clairvoyance politiques. Il a compris à temps que les appels au coup d´Etat militaire et à la désobéissance civile, on sait comment ça commence mais on ne sait pas comment ça finit. Le vieil atavisme hérité de l´ère des aggiornamentos et des putschs avait, certes, produit des avatars, mais ils étaient démasqué et les gens n´étaient pas prêts à se laisser conduire comme des moutons de Panurge. Slimane Amirat avait dit: «Si j´avais à choisir entre l´Algérie et la démocratie, je choisirais sans hésiter l´Algérie». Da Slimane avait raison. Seulement la situation a évolué. L´Algérie, même dans la douleur, ne peut se faire sans la démocratie, qui est devenue aussi vitale que l´air qu´on respire. La démocratie suppose que nul ne peut s´arroger le droit de dicter au peuple la conduite à tenir ni le choix de ses dirigeants. Et le peuple est comme un long fleuve tranquille. Il sait où se trouvent ses intérêts, et d´où souffle le vent... de la discorde.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha