Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 31 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Les enfants de la télé

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Une enquête menée par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem) a abouti à la conclusion que les enfants sont plus portés sur les programmes destinés aux adultes.
Première remarque : cette enquête sur les goûts télévisuels des enfants a été faite par les adultes, qui ont tendance, à première vue, à ne voir dans les gosses que de grandes personnes en miniature. Ensuite les chiffres démentent quelque peu les conclusions mêmes de la Forem, puisque, selon les statistiques publiées, les programmes favoris des enfants sont constitués à 75 % de dessins animés, à plus de 39 % par la publicité, et à près de 40 % par les films. Les dessins animés ne sont-ils pas justement destinés à un public jeune ? Les spots publicitaires aussi essaient de capter l´intérêt des enfants, parce que ce sont eux qui poussent les parents à acheter de préférence tel produit plutôt qu´un autre : une voiture, un shampoing, une confiserie, un yaourt, une chaîne hi-fi, un téléphone portable, une marque de chaussures ou de vêtement, rien n´échappe à la boulimie d´achat des mioches qui, sur plusieurs points, s´avèrent plus connaisseurs que les grands. L´enquête révèle, mais on le savait déjà, qu´en l´absence d´autres distractions et loisirs, la télévision est devenue un équipement de base da la famille algérienne, puisqu´elle est présente dans plus de 97 % des foyers. Les chambres d´enfants en sont également équipées à hauteur de 46 % pour la tranche d´âge entre 10 et 13 ans, et de 55 % pour la tranche des 13-16 ans. En fait, l´Algérie n´a pas inventé le fil à couper le beurre, en la matière. Elle ne fait que suivre la tendance mondiale. Suivre les programmes de la télé pour les enfants est devenu un phénomène de société incontournable, y compris dans les pays développés qui peuvent se targuer de proposer à leurs citoyens l´accès à toutes sortes de loisirs.
Cela dit, les deux conclusions principales auxquelles est parvenue l´enquête de la Forem restent celles -ci : 1) les enfants algériens regardent en majorité les chaînes étrangères - 2) il y a des répercussions négatives sur le rendement scolaire des enfants qui passent en moyenne 4 heures par jour devant le petit écran. Que faut-il en penser ? En l´absence de production nationale, les enfants sont presque dans l´obligation de se contenter de ce qui nous vient d´ailleurs. On annonce, à un horizon plus ou moins lointain, le lancement de chaînes thématiques, notamment une chaîne pour la jeunesse. On ne peut rien en dire pour l´instant sur ce qui relève du virtuel, voire du voeu pieux.
Autre chose : les enfants, paraît-il, ne lisent pas ? En effet. Mais existent-ils des livres et des revues pour enfants en Algérie ? Le chef du gouvernement lui-même, lorsqu´il était au département de la Justice, avait bloqué l´octroi d´agrément pour ce genre de revues. Aujourd´hui encore, aucune aide n´est apportée au développement de ce segment de l´édition, ni par le département de la Culture, ni par celui de la Communication, malgré les professions de foi officielles. La publication des résultats de l´enquête de la Forem coïncide par ailleurs avec la tenue de la première rencontre des professionnels de l´animation et de l´infographie, au Palais de la culture, dont les participants, peut-on lire dans une dépêche de l´APS, ont promis de tracer un programme d´action pour l´année 2005. Mais on retiendra surtout qu´ils ont souligné le rôle éducatif et scientifique des dessins animés et «le message culturel qu´ils véhiculent et que certains pays ont exploité, à l´image des Etats-Unis et du Japon».
A défaut de produire nos propres programmes, on se contentera de consommer ce qui nous vient d´ailleurs.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha