Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 29 °C
30
 Batna Min 12 °C Max 24 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
4
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 25 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
47
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Cheb Hasni le miel

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L´écran s´illumine. Pleins feux sur Cheb Hasni, au moment où on s´y attend le moins. Hasni le vrai, dans son milieu, entouré de ses amis, Hasni tel qu´en lui-même, avec sa démarche de tous les jours. Mais pourquoi I-Télé? Pourquoi aujourd´hui? Pourquoi 19 heures? Questions sans réponses, mais ne boudons pas notre plaisir. L´émotion est totale, à son comble.
Les cadeaux qui nous font le plus plaisir sont ceux qu´on reçoit par surprise. Par exemple en zappant nonchalamment dans le défilé des chaînes de télé. Et soudain une ampoule s´allume, brise la monotonie. Cheb Hasni apparaît. Sa voix caressante. Son regard triste et doux. Dimanche 19 heures, heure de grande écoute.
Son image impressionnante remplit l´écran. Sa voix résonne, cristalline, se répand dans toute la maison.
Le temps suspend son vol, se ramasse sur son propre corps, comme un animal aux aguets, à l´écoute du moindre souffle de la forêt, de la respiration du désert, des vagues de la mer, du silence de la montagne, du chant des hautes herbes, du murmure du vent entre les feuillages, entre les dunes, et puis Oran, Gambetta devenu le centre du monde pendant ce bref instant qui est une éternité. Moment magique. L´enchantement. Le documentaire est signé Djamel Khalfaoui. Une pure merveille. «Cheb Hasni, je veux vivre.» Ce n´est pas de la fiction mais un moment de bonheur volé au cours aseptisé des événements et à la main sournoise qui a appuyé sur la gâchette.
L´oeil de la caméra se fait complice et saisit au vol les images fugaces mais intenses de Cheb Hasni dans son quartier à Gambetta, parmi les siens, chez son coiffeur. Un coup de peigne. Le reflet de ses grands yeux dans la glace. Ses cheveux noirs de jais. Tous les contrastes des couleurs du jour et de la nuit. «Je veux vivre!». La vie n´est pas une farce. Régler l´éclairage.
On voit Hasni dans la rue, marchant entre les gens, les magasins, les voitures, l´odeur du café et des beignets, déambulant dans cette bulle, dans cette coquille de lumière, et puis monter sur scène en glissant sur ce tempo swinguant qui est le sien, mélange de blues et de raï, le sel de la Méditerranée, l´arôme du thym fleurant bon le terroir. Il chante et les gens dansent, s´abandonnent, insouciants, comme en transe. Savent-ils qu´ils vivent des moments privilégiés ? Le reporter donne la parole à ses admirateurs. «On dirait que ce n´est pas lui qui chante. C´est du miel qui sort.»
Hasni le miel. Chaque phrase est un conte, un message, chaque mot vaut son pesant d´espoir et de lumière pour éclairer la nuit, chasser les doutes, dissiper les ténèbres. «Il reste encore l´espoir. Pourquoi se séparer?» demande-t-il dans un couplet. C´est la complainte du petit cheval, tous derrière et lui devant, parti sans voir le coucher du soleil. Un écorché vif. «Honte à vous mes ennemis. Vous m´avez tué, alors que je vis encore.»
Des paroles très fortes et qui se passent de commentaire. Le crime a été d´avoir arraché aux siens, à ses amis, à ses milliers de fans un homme qui croquait la vie à pleines dents, beau, jeune, pétant la santé, non prisonnier des conventions.
Un homme innocent comme l´aube, comme le jour qui se lève, comme le soleil frais dans son berceau. «Je veux donner au raï des paroles propres», avoue-t-il avec simplicité. Il a fait plus que cela. Il a habillé l´aube de lumière et de douceur. Il s´est blotti dans l´angoisse et en a fait un nid douillet.
Hasni c´est la projection de nos rêves sur le grand écran de la vie, le passé mélangé au présent, en multivision.
Hasni ne nous a jamais quittés. Il est toujours à Gambetta.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha