Prévisions pour le 27 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 31 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 24 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 24 °C
47
 Alger Min 19 °C Max 25 °C
32
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
30
 Mascara Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 12 °C Max 24 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 23 °C
34
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Pharaon, lève-toi

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Yennayer est le premier jour du calendrier amazigh. C´est Pharaon qui en prend pour son grade.
La civilisation des pharaons était si puissante et si prestigieuse que tous les peuples de la terre ont eu maille à partir avec elle. C´est Moïse qui avait ouvert la voie en menant une lutte héroique pour libérer son peuple esclave du joug de pharaon. Alexandre le Grand a clos la série en édifiant la ville d´Alexandrie dont il confia le gouvernement à son lieutenant Ptolémée.
Le Pharaon recrutait une partie de ses soldats parmi les peuples qui habitaient la Numidie.
C´étaient des combattants vaillants et loyaux. Cependant, un jour ils ont dû se révolter contre le comportement tyrannique de Pharaon.
Le premier jour de Yennayer, qui correspond au 12 janvier, vient nous rappeler chaque année cette épopée grandiose de nos ancêtres, d´autant plus que cela se passe dans un cadre festif qui vaut bien les autres fêtes célébrées un peu partout dans le monde.
A cette légende de Chichnaq, viennent s´ajouter tous les récits que la tradition a tissés autour de Yennayer, entre autres l´histoire de cette femme qui avait défié l´hiver et qui fut transformée en statue de pierre.
Certes, entre Chichnaq et la statue de la vieille femme, on ne voit pas très bien le rapport, mais c´est justement ce qui fait l´attrait de Yennayer. Autour de ce thème principal, chacun peut broder à sa guise, et nos aieux n´ont pas été avares de chants, de légendes, de poésie.
Le charme de nos fêtes est qu´elles se déroulent dans la joie et la bonne humeur, avec des repas spéciaux qu´on prend en famille.
Chaque région a ses spécificités, mais on retrouve un peu partout le couscous au poulet, la barboucha, la chekhchoukha de Biskra, les beignets, les mélanges de friandises constitués de cacahuètes, noix, dragées, bonbons. Les et les enfants sortent leurs plus beaux atours.
Il serait bon que ce premier jour de l´an amazigh, patrimoine de tous les Algériens, soit déclaré journée fériée, chômée et payée. Non seulement cela contribuera à renforcer l´unité nationale, puisque toutes les régions du pays ont leur Yennayer, mais en plus, cela nous réconciliera avec nos ancêtres, notre histoire millénaire, nos traditions.
Dans le cycle des saisons et le calendrier agraire, Yennayer apparaît comme une date phare. Avec le froid et les neiges de janvier, les peuples du pourtour de la Méditerranée marquent une pause.
Généralement les labours ont été faits. Les olives ont été ramassées. C´est là que viennent s´intercaler les fêtes du Nouvel An. Les chrétiens célèbrent la Noël et le réveillon du 31 décembre. Les Amazighs, pour leur part, fêtent Yennayer. Quand une telle date vient, en plus, à coïncider avec les fêtes de l´Aïd, comme cette année, c´est encore mieux.
Pharaons, Yennayer, Chichnaq, le poète a raison de dire que les pays qui n´ont pas de légendes seront condamnés à mourir de froid.
La chanson Vava Inouva de Idir elle-même nous raconte les contes que la grand-mère raconte à ses petits-enfants au coin du feu, les pommes de terre en robe des champs sous la braise, le burnous dans lequel on se drape, et les bêtes domestiques qui ruminent sous la soupente.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha