Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 15 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 26 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 26 °C
4
 Saïda Min 16 °C Max 26 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 27 °C
34
 Ouargla Min 25 °C Max 35 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 28 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 15 °C Max 24 °C
47
 Mila Min 18 °C Max 26 °C
4
 Ghardaïa Min 22 °C Max 31 °C
30
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Quand les poules auront des dents

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Beaucoup a été dit sur la visite d´une délégation de 120 patrons du Medef à Alger, sur invitation du Forum des chefs d´entreprises, sur l´arrivée prochaine ou le départ tout aussi prochain, des investisseurs britanniques, canadiens, italiens, allemands, mais peu d´eau aura coulé sous les ponts à propos de ce qui s´est passé dernièrement à Casablanca, exactement le 4 février.
Tous les rapports ne cessent de le dire : le Maghreb en tant que tel ne deviendra réellement attractif que lorsque sera réalisé un marché régional intégré. On est dans la logique des grands ensembles, laquelle n´obéit qu´à sa propre loi de la gravitation : les petits tournent comme des satellites autour des grands comme la Lune tourne autour de la Terre, ou cette dernière autour de l´astre solaire.
A titre d´exemple, l´Italie, le Portugal ou l´Espagne qui étaient pendant toute la première moitié du XXe siècle des pays d´émigration, exportateurs de main-d´oeuvre, sont devenus, du fait de leur adhésion au marché commun (CEE) puis à l´Union européenne, des pays d´immigration, convoités par les «haraga» du tiers-monde, dont ceux du Maghreb en particulier et de l´Afrique en général. Il ne fait aucun doute que les pays de l´Europe de l´Est, longtemps entravés, vont pouvoir trouver dans leur adhésion à l´Europe, une nouvelle énergie pour doper leur croissance.
Entre les trois pays du Maghreb, les points de complémentarité existent mais ce qui bloque leur intégration, ce sont bien les conflits politiques.
Pour reprendre une expression utilisée par le quotidien marocain L´Economiste : Si les affaires marchent, tout peut marcher! qui reprend une fausse interrogation de l´ambassadeur d´Algérie à Rabat: Sait-on que la centrale thermique Tahadart fonctionne avec du gaz algérien?
Tout cela pour dire que la complémentarité existe bien entre les deux pays, même si pour l´instant, c´est surtout le commerce florissant de la contrebande qui en profite. Et puis, bien sûr, il y a entre l´Algérie et le Maroc, l´affaire de l´autodétermination du Sahara occidental. En 1989, au sommet de Marrakech, il avait été décidé de construire l´Union du Maghreb arabe en laissant les instances onusiennes régler, selon le droit international, cette question épineuse. Il y eut un début de coopération la réouverture des frontières, la mise en place d´un parlement et d´un secrétariat général et puis, vicissitudes de l´histoire, la décennie 90 a vu surgir d´autres problèmes, dont celui de la montée de l´intégrisme, les attentats de Marrakech, le visa instauré au visage des Algériens, et tutti quanti. C´est dans ce climat délétère que l´affaire du Sahara occidental est revenue au devant de la scène, brandie des deux côtés de la frontière comme un grain de sable qui fait bloquer la machine de l´Union.
On ne va pas s´appesantir sur les vicissitudes de la politique, parce que c´est un gouffre sans fin, un sens giratoire où l´on peut tourner en rond indéfiniment, un cul-de-sac qui ne mène à rien.
Quand les Européens, dans le cadre des 5+5, viennent intimer l´ordre aux Maghrébins de créer des centres de transit pour parquer les clandestins, on voit bien que c´est la seule mission qui est reconnue à cette instance des 5+5. Est-il possible de renverser la vapeur, de faire en sorte que le Maghreb ne soit plus une zone d´émigration, mais plutôt d´immigration, comme le sont aujourd´hui l´Italie et le Portugal? On entend d´ici le sarcasme des maghrébo-sceptiques: oui, cela sera possible quand les poules auront des dents.
Le pragmatisme commanderait de séparer la politique et les affaires.
Le monde entier va dans ce sens. Cependant, cela n´est pas possible au Maghreb ou c´est le politique qui détermine tout le reste: l´économie, la culture, le raï, le couscous, le petit-lait, le pâturage des moutons ou l´élevage des vers à soie.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha