Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 34 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
34
 Biskra Min 19 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 28 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
32
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 11 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 19 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Sidi, seigneur et maître

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Tout de suite après la tenue du huitième congrès du FLN, qui marque un retour retentissant sur la scène avec la désignation de M.Bouteflika à la présidence du vieux parti, voilà qu´on annonce une réunion pour demain, de l´Alliance présidentielle.
Pour beaucoup d´observateurs, cela revient à réveiller un moribond, tant les divergences entre les trois formations de l´alliance sont frappantes sur plusieurs dossiers lourds, comme celui du code la famille ou de la réforme de l´école. Ajoutées aux divisions internes du FLN, ces divergences rendaient inopérantes une alliance qui n´avait ni programme, ni structures permanentes, encore moins des rencontres périodiques sanctionnées par des communiqués, et on les a vus aller en rangs dispersés dans cette enceinte de la démocratie qu´est le parlement, au sein duquel chacun a défendu sa chapelle. La seule chose qui les relie semble être leur soutien au président de la République. Tout le reste les sépare ou les oppose.
Pour travailler ensemble, elles ont besoin d´être aiguillées de l´extérieur, essentiellement par le chef de l´Etat.
Ce dernier vient donc de les sommer de soutenir, voire de faire campagne pour la concorde nationale et l´amnistie générale. Ce sont des notions différentes. La première est politique. La seconde est juridique. La concorde nationale suppose que les conflits au sommet de l´Etat, - une spécialité algérienne s´il en est, - qui se résolvaient par des luttes d´appareil, des personnes, des clans, et qui, à force de contradictions, ont pris l´allure d´une bataille rangée entre éradicateurs et réconciliateurs, tout au long de la décennnie 90, seront désormais portés sur la place publique. Ces questions-là seront débattues par le plus grand nombre, dans les médias, à la radio et à la télévision, dans les meetings et les assemblées générales, et qu´un vote sera organisé, comme l´a promis le président de la République.
Par rapport à cette concorde, les trois partis de l´Alliance n´ont pas la même approche. Ils ne viennent pas tous du même bord : pour rappel, le FLN avait signé le contrat de Sant´Egidio. Le MSP ne l´avait pas fait, alors que le RND l´avait combattu. Ce n´est là qu´un exemple. Tout montre qu´entre le FLN et le RND, ce n´est pas seulement une question de générations, les quadras contre les septuagénaires. Il y aura d´autres enjeux sur la table des discussions, et même s´ils ne sont pas expressément abordés, leur ombre sera là. Pour les trois cependant, si leur seule préoccupation reste la survie du système, ils auront une fois de plus fait fausse route. Car la particularité du système en Algérie, c´est qu´il s´appelle Si Stème. Si pour sidi, seigneur et maître. Tout ce qui a été fait jusqu´à présent au sommet de l´Etat avait pour but de permettre au système de se régénérer. Oui, le souci des différents dirigeants qui se sont succédé à la tête de l´Etat a toujours été le suivant : comment reproduire le système. Et même lorsqu´ils passent dans l´opposition, ils continuent de le défendre, car sans lui, ils ne sont rien. Le système n´est pas quelque chose d´abstrait. C´est un être vivant, qui se nourrit, respire, bouge, grandit, grossit, prend du poids et des couleurs. Et en même temps c´est un corps froid, insensible aux cris de détresse de la population, à la demande de dialogue des jeunes ou des couches défavorisées. Assez souvent, il a même besoin de cette détresse pour forcir, comme la mer dans laquelle se déversent les fleuves et les ruisseaux.
L´autre caractéristique du système, c´est d´avoir deux parties: une visible et une cachée. Celle qu´on voit, et qui fait vitrine ou tapisserie, est moins importante que l´autre. Le système est encore plus énigmatique que l´iceberg. Aujourd´hui, la partie visible ce sont les trois formations de l´Alliance présidentielle. On ne sait pas qui est derrière. Et tout dépendra de l´orientation et de la consistance qui seront données au débat sur la concorde, si la voix de l´opinion sera entendue ou si ce n´est qu´un habillage pour cacher d´autres débats, qui se déroulent à d´autres niveaux, sur le partage de la rente.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha