Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 25 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Cherchez l’erreur

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Abdelaziz Belkhadem dévoile la liste du secrétariat exécutif, qui s´établit comme suit: Said Bouhadja, Amar Saidani, Abdelkrim Abada, Salah Goudjil, Amar Tou, Abdelkader Bounekraf et Belkhadem lui-même, nouveau secrétaire général, qu´il n´est plus besoin de présenter.
Mme Ghania Houadria, DG d´Algérie Poste, déclare au forum d´El Moudjahid: «L´acheminement du courrier sera plus rapide».
Cherchez l´erreur.
Voyons cela de près : Amar Tou est responsable du département des postes et des nouvelles technologies de communication. On peut penser qu´il est pour quelque chose dans la nomination de Ghania Houadria à la tête d´Algérie Poste, et cette femme, cette battante, est en train de dépoussiérer une institution qui au fil des années avait oublié la notion de service public, et en même temps Amar Tou figure en bonne place dans la direction du FLN.
La question est toute bête. Pourquoi n´y a-t-il aucune femme dans le secrétariat exécutif du FLN, parti majoritaire? Est-ce pour nous rappeler que ce sont les députés de ce parti qui avaient voté en 1984 un code de la famille à la limite du Moyen-Age et fait de l´école algérienne une école sinistrée?
Passe que Belkhadem fasse l´apologie des réconciliateurs et descende en flèche les «éradicateurs», après tout il est un supporter du contrat de Sant´Egidio et il ne renie pas son parcours politique, encore qu´il y a beaucoup de choses à dire sur ces notions galvaudées. Si être réconciliateur consiste à passer l´éponge sur les crimes commis par les terroristes en jetant l´opprobre sur, justement, ceux qui défendaient le pays et la population, et qui méritent toute la reconnaissance, il y a là comme un couac. L´esprit de la concorde et de la réconciliation ne vise-t-il pas justement à réconcilier les Algériens entre eux, à enlever aux terroristes leur couverture idéologique pour mettre fin à la violence, panser les blessures, ne pas s´enfermer dans de faux problèmes et passer à une autre étape.
Revenons à Mme Ghania Houadria. Voilà une DG qui remet sur les rails Algérie Poste. On a cité son exemple justement pour dire que les jouent un rôle dans la société : cadres gestionnaires, enseignantes, magistrats, médecins, infirmières... Comment une formation politique qui prétend être le plus grand parti d´Algérie, et qui entend jouer les premiers rôles, peut-elle faire l´impasse sur la femme algérienne?
Erreur de casting ou mauvaise distribution? Ou carrément erreur dans le scénario? Les différents clans du FLN se sont-ils neutralisés au point de tuer dans l´oeuf toute velléité moderniste?
Aussi bien la composition de la direction nationale du FLN que la première conférence de presse de son secrétaire général indiquent que l´ex-parti unique revient à des positions passéistes, alors que toute l´action de M.Belkhadem de ces derniers mois, notamment sur la scène arabe et maghrébine, montrait un homme ouvert, en phase avec les défis du moment, pondéré dans ses positions. S´il faut sur le tard imprimer au FLN une vision dépassée et lui faire camper les valeurs les plus conservatrices, il aura du mal à surfer dans un pays en pleine mutation, et qui a besoin d´une direction éclairée.
La réconciliation c´est surtout ça: une classe politique capable d´innover, de se surpasser, de rassembler autour d´idées d´union et de fraternité, dans un pays brisé par dix ans de violence terroriste et qui aspire tout simplement à sortir de ce cauchemar.
Une classe politique qui, sans rien renier de ses valeurs traditionnelles, sait aussi aller au-devant des aspirations de modernité de la jeunesse, de la classe moyenne, et qui sache renouer le dialogue avec tout le monde, du planton au P-DG, sans exclusion, sans sectarisme, pour redonner espoir, confiance, mettre fin au langage de la haine.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha