Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
28
 Biskra Min 18 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
30
 Annaba Min 22 °C Max 27 °C
39
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
12
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Sans selle et sans débat

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L´écrivain Ali Ghanem avait publié il y a quelques années, un livre intitulé A cheval, sans selle et sans slip. Le gouvernement algérien vient lui d´inventer une nouvelle manière de voter les lois : sans débat et sans amendement. C´est ainsi que pêle-mêle, ont été adoptées par la représentation parlementaire différentes ordonnances : codes de la famille et de la nationalité, accord d´association avec l´Union européenne. Cela avait été également le cas, en leur temps, de tous les textes inhérents au code des investissements, à la privatisation ainsi qu´à la gestion des participations de l´Etat.
On dit aussi qu´une loi de finances complémentaire sera adoptée dans les mêmes formes.
Si le héros d´ Ali Ghanem, qui monte à cheval sans selle et sans slip, fait plutôt montre d´adresse et de débrouillardise, il n´en va pas de même pour le gouvernement, qui fait plutôt état de ses difficultés à faire passer ses messages au sein de l´Assemblée nationale et prive par là même le pays d´un débat sain et nécessaire sur des questions qui engagent l´avenir de notre pays.
Cela est d´autant plus surprenant que le pays possède, à la tête de l´Etat, au moins deux excellents orateurs qui maîtrisent l´art de la persuasion et de la rhétorique, le président de la République et son Premier ministre, auxquels il faudra certainement ajouter Abdelaziz Belkhadem, désormais à la tête de la première formation politique. D´autant plus qu´ils parlent le même langage et semblent être sur la même longueur d´onde, ce qui n´a pas toujours été le cas dans le passé, avec Ahmed Benbitour d´abord, Ali Benflis ensuite.
Par ailleurs, la mise en place tout récemment d´une coordination de l´Alliance présidentielle au niveau du parlement avait justement pour but d´unifier les positions et de donner des consignes de vote aux députés, sans qu´il soit besoin de faire violence à la démocratie et à l´exigence d´information de la population.
Toutes ces entorses à la démocratie ont pour effet d´embrouiller la visibilité, amenant les opérateurs nationaux et étrangers à douter de l´efficacité de tous ces dispositifs législatifs, qui sont peut-être révolutionnaires dans leur essence, mais ne connaissent pas de prolongement sur le terrain.
Ainsi, rien que dans le domaine de la PME-PMI, s´il suffit de 24 heures sous d´autres cieux pour monter une entreprise, en Algérie cela demandera des années, malgré la mise en place en fanfare d´un guichet unique. Le président de l´Assemblée nationale, Amar Saïdani, a sans doute raison de mettre en place des groupes chargés de veiller au volet application et exécution des lois adoptées par le parlement.
Le pragmatisme et la performance sont les deux problèmes de l´Algérie. Tout est apparemment réglé sur le plan idéologique. Nul ne remet plus en cause le bien-fondé de l´économie de marché. On a vu par exemple que le mouvement El Islah d´Abdallah Djaballah a joint ses voix à celle de la coalition gouvernementale pour appuyer l´accord d´association avec l´Union européenne. En revanche, de gros goulots d´étranglement demeurent au niveau de l´application.
Après quoi, qu´on ne s´étonne plus de voir les gens se détourner de la politique et de rester méfiants vis-à-vis des institutions.
Au moment où l´on parle tant de la réconciliation nationale et de l´amnistie générale, rien n´est fait pour réconcilier les Algériens avec leur Etat, leurs élus, leurs politiciens, leurs institutions, parce qu´on ne leur tient pas le langage de la vérité et qu´on ne les consulte pas sur les grandes questions de l´heure.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha