Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Isratine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Lors de l´une de ses conférences de presse, Abdelaziz Belkhadem a enfin trouvé le moyen de se dérider et de rire un bon coup. Sur la question posée en français par une journaliste algérienne sur le futur et non moins hypothétique état d´Isratine, que pourraient constituer les Juifs et les Arabes, le chef de la diplomatie algérienne a patiemment expliqué comment a été formé ce mot-valise, à partir de la première syllabe d´Israël et de la dernière de Palestine, à la manière de motel (motor et hotel) ou Sénégambie (Sénégal et Gambie), un genre de néologismes dont les Nord-Américains raffolent. Quelqu´un dans la salle avait alors demandé que l´explication soit traduite en arabe, ce que le ministre d´Etat a volontiers fait, non sans ajouter qu´il n´était pas en train de jouer avec les mots, et sans pouvoir réprimer un fou rire passager somme toute compréhensible, pour un homme soumis à un rythme de travail infernal et à des pressions diplomatiques considérables.
Les Algériens, et le monde entier sans doute avec eux, découvrent que M.Belkhadem est une vraie bête de travail. N´importe qui à sa place aurait craqué devant une telle masse de choses à faire dans le même temps, tout ce chassé-croisé diplomatique, les contacts en coulisse, les différents points de vue à rapprocher, le stress intenable, les décharges d´adrénaline, les divergences à aplanir, les questions juridiques, logistiques, sécuritaires, des journées éreintantes de plus de seize heures sans doute. On avait déjà vu à l´oeuvre ces qualités de Belkhadem pour l´organisation du huitième congrès du FLN, un phénix qu´il a fait renaître de ses cendres, et qui s´est tenu sans presque exclure personne. Et s´il y a une tour de Babel où chacun parle sa propre langue, c´est bien celle de la Ligue arabe, une entité sclérosée, un machin devenu inutile au fil du temps, et voilà que Belkhadem arrive tant bien que mal à coordonner entre ces voix antagoniques et...dissonantes.
Mais le mot Isratine n´est pas le seul motif de stress pour M.Belkhadem. Il devait aussi expliquer à nos amis journalistes du Moyen-Orient le mode de désignation des membres du futur Parlement arabe. Ben oui: un simple mot, un simple organisme à créer et cela va chambouler bien des choses, remettre en cause bien des habitudes prises. Comment créer un organe législatif au niveau supranational arabe, alors que cette institution n´existe pas dans beaucoup de pays arabes?
Voici une autre évidence: le monde arabe a un long chemin à parcourir pour se mettre au diapason de ce qui se fait un peu partout dans le monde. Il existe un Parlement européen, un Parlement maghrébin. Il en est prévu un dans les statuts de l´Union africaine. Et la Ligue arabe, qui a enfin décidé de dépoussiérer ses structures, va créer son propre Parlement. Mais on s´aperçoit que c´est plus facile à dire qu´à faire.
Certes, les régimes arabes qui n´ont pas de parlement vont trouver la parade, comme toujours, en désignant, au lieu de les faire élire, leurs «députés». Mais jusqu´à quand une telle pratique antidémocratique?
Les monarques et les émirs du Golfe ont tous trouvé un alibi pour ne pas venir à Alger. Le prince héritier Abdellah d´Arabie Saoudite a prétexté un différend avec El Kadhafi. Le roi de Jordanie avait, semble-t-il, un rendez-vous avec des investisseurs américains. Les autres n´ont même pas fait l´effort de trouver une excuse plausible. La réalité est que l´Orient arabe est entré malgré lui dans une virtualité démocratique qui révélera comme un détecteur de mensonge les faux-semblants et les fuites en avant.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha