Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
47
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
30
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
30
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
4
 Saïda Min 16 °C Max 24 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 23 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 21 °C
11
 Mila Min 18 °C Max 23 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Le bébé et l’eau du bain

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

En lisant l´article qu´a consacré avant-hier L´Expression à l´amnistie générale, on finit par se demander si Abdelmalek Serraï est optimiste ou irréaliste, sans aller jusqu´à dire qu´il prend ses désirs pour la réalité. Si vous avez lu cet article vous savez donc de quoi il retourne: Abdelmalek Serraï annonce aux lecteurs du journal que le projet de loi sur l´amnistie générale est fin prêt. Vous allez dire : mais où est le problème?
Si ! Il y a problème, pour au moins trois raisons...
D´une part, tout simplement parce que la paix est un mot qui fait peur, non pas aux Algériens, qui en sont épris, mais à des cercles occultes qui y voient une menace. Pour des raisons qu´eux seuls connaissent, pour l´instant. D´autre part, le débat sur la réconciliation nationale et sur l´amnistie générale a ouvert une boîte de Pandore et il apparaît difficile pour un texte de loi d´embrasser un champ aussi vaste.
Prendre en charge dans le même texte la question fiscale, les messalistes, les disparus, les gens du FIS et de l´AIS, etc., etc., n´est pas une chose facile. Ni aussi évidente.
La troisième raison tient, vous l´avez deviné, à la foire d´empoigne qui a caractérisé les travaux de la défunte Cnag, remplacée au pied levé par une nouvelle alliance nationale pour l´amnistie générale.
Pour autant, devant tant d´obstacles qui se dressent sur le chemin de l´amnistie, il n´est pas superflu de se demander si certains ne veulent pas jeter le bébé avec l´eau du bain.
En plus des minorités agissantes des deux bords, qui ont intérêt à torpiller tout effort allant dans le sens du retour à la stabilité dans le pays, il y a aussi les gens qui par ignorance, versent dans le pessimisme ordinaire, synonyme de défaitisme. La paix et la stabilité constituent-elles des arguments assez valables pour emporter l´adhésion des gens? Pour le commun des Algériens, qui sont ce qu´on peut appeler la majorité silencieuse, oui. Cela ne fait aucun doute. Quand on voit le travail formidable qui a été fait en Afrique du Sud de Nelson Mandela avec le processus «Vérité et justice», on se dit pourquoi ne pas faire pareil? Tout en tenant compte des spécificités algériennes (expression vraiment barbare) il y a des choses dont on peut s´inspirer. La tactique des minorités agissantes, on la connaît : il s´agit de crier plus fort que les autres, pour les intimider. Faut-il alors crier plus fort qu´elles, au risque de faire leur jeu, ou bien au contraire de leur opposer des arguments convaincants? Non pas en essayant de les convaincre, elles, parce qu´en fait elles ont des idées arrêtées et elles n´en démordent pas, mais au contraire en s´adressant à la majorité silencieuse, dont on a parlé plus haut.
On connaît le principe du vaccin : c´est de fabriquer un antidote à partir des souches de bactéries ou de virus de la maladie même, pour renforcer les défenses immunitaires de l´organisme.
Analogiquement, on peut dire qu´il en va de même pour le corps social : c´est le rôle de la communication justement de montrer la nocivité des campagnes qui visent à maintenir le pays sous la chape de plomb des propagandes extrémistes.
La meilleure recette reste celle qui déconstruit leur discours. Il en va toujours ainsi des idéologies: dès qu´on en décompose les éléments constitutifs, on met à nu leurs arguments et on fait découvrir aux gens les horreurs qu´elles dissimulent sous un habillage séduisant. Comme les lambris du palais de Ceausescu cachaient la dictature des Carpates.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha