Les clameurs de Biskra

Annoncée pour fin 2008, l´autoroute de l´Est a commencé par les évitements de Bouira et de Lakhdaria, juste après les gorges du même nom. Mais, la voie qu´on appelle généralement la RN 5 est en train de s´élargir pour faciliter le transit des supporters de l´US Biskra et du CA Batna, deux équipes qui accèdent en division I. C´est un heureux événement qui est salué à sa juste mesure ici, et qui justifie amplement l´élargissement de la route de l´Est, d´autant plus qu´en retour, Batna et Biskra s´attendent à accueillir les supporters du Paradou. «Où se trouve le Paradou?» demandent, intrigués, les passagers des cars empruntant l´axe Sétif-Batna-Biskra? «Le Paradou est un quartier de Hydra, lui-même quartier d´Alger», précise un connaisseur. «C´est tout? Un simple quartier de quartier? Un faubourg? Un îlot de maisons? Et avec ça ils ont une équipe qui accède en division Une? Je n´en reviens pas!». «Ils ont une grande équipe pour un petit quartier. C´est ça le foot. Ça se joue sur le terrain», reprend le connaisseur. «Tu veux que je te dise, moi? Ils ont du fric! Ils ont acheté des joueurs.» «Je te l´ai déjà dit. C´est la loi sur le sport. Tu peux dire combien de joueurs du CAB sont originaires de Batna ville? La plupart viennent d´ailleurs.» Pris au dépourvu, le contradicteur se contente de répondre: «C´est ça le foot». «Eh bien, je vais te dire, réplique le connaisseur. Les joueurs du Paradou ont surtout de la volonté et ils jouent bien.» «On verra sur le terrain! La saison prochaine!»
Le ronron du moteur du car qui entame la côte de l´évitement de Bouira en ahanant couvre la réponse du connaisseur. Ce qui fait que c´est quelqu´un d´autre qui prend la parole: «C´est le CAB qui est la meilleure équipe.» - «Non, elle ne vaut pas l´USB» - «On n´a jamais entendu parler de l´USB depuis au moins trente ans» - «Qu´est-ce que tu connais au foot?».
La route, c´est aussi ça: la possibilité de parler pendant des heures de foot, mais également de permettre aux supporters des équipes de s´en donner à coeur joie. De mémoire de Chaoui, et même de Kabyle, les zigzags de Bouira étaient le cauchemar des automobilistes. On y passait des heures. Ils se dressaient là comme un obstacle au développement du sport, à la fluidité du trafic, à la libre circulation des supporters. Et peut-être que c´est ce tronçon de route aux virages en épingle à cheveux qui a bloqué depuis des générations l´accession de l´US Biskra en première division.
Bon, maintenant, reste à savoir si c´est Amar Ghoul, le ministre des Travaux publics qui a enfin rendu possible le rêve des Biskris.
Dans ses plans d´autoroute, on ne va pas nous dire qu´il a négligé le développement du foot! Il nous disait, lors de sa visite à la rédaction, qu´une zone de cent kilomètres sera érigée tout au long du tracé de l´autoroute. Dans une telle aire d´activité, il y aura sûrement de la place pour le sport. Surtout le foot. Les gens de Biskra avaient déjà tout ce qu´il faut pour séduire les personnalités prestigieuses, comme André Gide ou Karl Marx: des dattes mielleuses, un sable doré, des palmeraies envoûtantes, la clef de la porte du Sud, deux cerbères montagneux qu´on appelle les Zibans, un ministre médecin qui s´appelle Saïd Barkat, des agneaux impec à Ouled Djellal, les gorges d´ El Kantara, et à présent, ils peuvent aussi s´enorgueillir de posséder une équipe de football.
Eux le savaient depuis longtemps, mais maintenant ils pourront le faire savoir à toute l´Algérie. Et peut-être à toute l´Afrique.
D´autant plus que l´USB, ce n´est pas seulement le foot. C´est aussi le hand. Et les calèches.