Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Les trois mousquetaires

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les trois mousquetaires: Ouyahia, Belkhadem, Soltani. Ils sont si différents et si ressemblants à la fois. Ils sont faits pour se chamailler et pour s´entendre. C´est ce qu´ils font du reste. Si l´on se base sur les crêpages de chignon qui défraient la chronique, ces trois-là vont en arriver aux mains, et pourtant l´un après l´autre ils n´arrêtent pas de se poser des peaux de banane mutuelles tout en louant les bienfaits de l´alliance, de se battre pour leur chapelle tout en affirmant qu´ils appliquent le programme présidentiel, c´est-à-dire de mener un même combat. Que font-ils donc, sinon, comme on dit vulgairement, faire de la politique?
La politique, le mot est lâché! Et la politique qu´est-ce donc sinon de l´idéologie, un habillage destiné à vendre à l´opinion un discours redondant et ronronnant pendant qu´on fait autre chose. Toute la vulgate des politiciens se résume dans le paraître, dans le faire croire, non pas dans le faire vrai. Cela consiste essentiellement à vendre du vent. L´idéologie est une couche de vernis dont l´objectif est d´occulter les véritables enjeux, les intérêts sous-jacents: fais ce que je te dis, mais ne fais pas ce que je fais.
La moustache de Ouyahia, la barbe de Belkhadem, le collier de Soltani, chacun délivre un message à sa façon. Le vêtement ou le poil sont un lieu de ralliement, un signe extérieur de reconnaissance, d´appartenance à un groupe, à une politique, à une idéologie. Mais qui dit groupe, dit d´abord et avant tout groupe d´intérêt, lobby, pression. L´économique est déterminant en dernière instance, pour reprendre une formule galvaudée. Quand Ouyahia déclare que la suppression de la filière islamique est irréversible, il est peut-être sincère, entendre par là qu´il pense à l´avenir et aux débouchés de ces lycéens qui risquent de se retrouver un jour au chomage.
Alors que Soltani pense avant tout à l´immédiat de ces mêmes lycéens. Dans un cas comme dans l´autre, les véritables raisons ne sont pas délivrées. La même chose peut être dite des autres sujets de discorde au sein de la coalition gouvernementale: l´amnistie générale, la réconciliation nationale, la révision de la Constitution. Un jeu encore plus subtil se passe entre Ouyahia et Belkhadem: qui du RND ou du FLN est le véritable parti du président? En pointant les projecteurs sur le troisième mandat, alors qu´on en est encore qu´au début du deuxième, Belkhadem place la barre haute.
En l´état actuel des choses, c´est Ouyahia qui garde la balle au centre, non seulement parce qu´il dirige l´Exécutif (un siège éjectable s´il en est) mais surtout parce qu´il a pu acheter la paix sociale, en mettant dans sa poche Sidi Saïd et en dialoguant avec Abrika, sans compter que face aux syndicats indépendants, dont les revendications ne peuvent être occultées, il sait avoir une main de fer dans un gant de velours. Ça marche, du moins pour l´instant.
Lorsque on parle de politique, on est un peu dans la théorie des ensembles. Si les individus ont des ambitions personnelles à mettre en avant, les lobbies, eux, ont des intérêts à faire valoir. A l´intérieur de chaque parti, il peut y avoir plusieurs lobbies, plusieurs groupes d´intérêts, et des personnalités qui peuvent nourrir des ambitions ... présidentielles. Ouyahia d´abord. Bien que sa candidature à la magistrature suprême ait été annoncée à chaque échéance depuis 1999, le chef du gouvernement s´est toujours présenté comme un commis de l´Etat, qui se pliera peut-être un jour à l´exercice, mais seulement à la demande. Il estime sans doute que son heure n´est pas arrivée. En tout cas, le courant qu´il représente (les démocrates) n´est peut-être pas encore dominant en Algérie. D´où l´intérêt d´attendre. Belkhadem lui n´a aucune ambition, et sa mission, telle qu´elle apparaît à travers ses déclarations, consiste à préparer le terrain pour un troisième mandat au président. Quant à Soltani, il hérite de feu Mahfoud Nahnah la légitime ambition de donner au pays un président MSP, mais il est assez beau joueur pour estimer lui aussi que ce n´est pas encore le moment. Ainsi sont les trois mousquetaires. Mais qui est d´Artagnan?

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha