Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 18 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 34 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 24 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 24 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Sidi Sidi

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Essayez un peu de dire monsieur Sidi Saïd en arabe algérien.Vous serez obligé de dire Sidi Sidi. Auquel cas vous serez en infraction de pléonasme, au contraire de l´article 87 bis, qui lui n´est pas du tout la répétition de l´article 87. Ainsi ce qui est permis pour les humains ne l´est pas pour les articles de loi, car le droit a des règles et un jargon qu´il s´agit de respecter. Et nul n´est censé ignorer la loi. Au fond, même parmi les humains, ce n´est pas tout le monde qui peut se targuer de s´appeler Sidi Sidi. C´est un rare privilège. Comme celui dont seule la noblesse de sang peut se prévaloir. Si on cherchait bien, on trouverait que Sidi Saïd est le marquis d´un fief situé quelque part dans la vaste et douce Algérie.
La Maison du peuple, siège de la Centrale syndicale Ugta, pourrait bien être le chef-lieu de ce fief. Ce dernier occuperait toute la place du 1er-Mai et ses annexes: les arrêts de bus, les aires de jeu pour les gosses, les ministères situés dans le périmètre, les ruelles, les supérettes, les cafés et restaurants, et les kiosques multiservices (taxiphones pour les intimes).
Mais la seigneurie de Sidi Saïd pourrait bien se trouver ailleurs, par exemple à Oran ou Constantine ou Ouargla ou Tamanrasset ou Djelfa ou dans l´Amicale des Algériens en Europe, qui était la septième wilaya durant la guerre de Libération. En réalité, on na pas à délimiter d´une manière arbitraire son fief à Sidi Saïd. Il se trouve là où sont les travailleurs algériens. Syndiqués ou non. Ayant la carte de l´Ugta ou pas. Les syndicats libres n´étant pas reconnus - pas agréés serait mieux indiqué -, Si Sidi Saïd a l´embarras du choix pour fixer sa tente, déposer son barda, ériger son donjon, planter son fanion ou son étendard, placer les armoires à glace de son service d´ordre et de ses gardes du corps.
Les ministres sont interchangeables mais Sidi Sidi Saïd est inamovible. Il est toujours là quelles que soient les circonstances: quand ça va bien, il est là pour dire que c´est grâce à lui, et quand ça va mal, il arrive pour élever la voix et calmer la grogne. Il peut à la limite organiser deux journées de grève générale pour montrer que c´est bien lui le patron. Il a des jerricans pour éteindre l´incendie de la protestation sociale, mais lui c´est plus qu´un pompier: quand il parle, les autres se taisent. Alors on dit que c´est peut-être un griot, ou un sorcier, mais lui se contente d´être le marquis de la seigneurie des travailleurs, le Sidi Sidi de la classe laborieuse.
En bon seigneur qu´il est, il lui arrive d´accepter de se taire, quand les circonstances l´exigent. Pour voir par exemple dans quel sens souffle le sirocco, pour mieux orienter sa girouette. Il attend. Fait le dos rond. Joue une partie de dominos ou de belote. Mais quand la colère des travailleurs gronde. Il revient. Huile son organe vocal. Commande une table sur laquelle taper du poing. Ça fait meilleur effet quand on frappe sur la table. Tout le monde le sait. Et les travailleurs adorent ça.
Cela dit, personne n´est autorisé à prétendre que Sidi Sidi Saïd fait du cinéma. Parce que même si tout le monde joue la comédie (les ministres, les patrons, les directeurs, les députés, ...), Sidi Sidi est le seul qui peut synchroniser le moment où il faut élever la voix et taper sur la table, au temps T où cela coïncide avec une montée de fièvre du milieu ouvrier. En dehors de ces périodes fastes où Sidi Sidi rayonne de toute sa splendeur prolétaire, il peut à l´aise cultiver son jardin, c´est-à-dire se donner le temps de corédiger un pacte économique et social avec ses amis du patronat pour donner à l´Algérie ses documents idéologiques de référence.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha