La nature en folie

Cette deuxième moitié d´août aura été éprouvante dans de nombreux endroits de la planète: cyclone en Amérique, incendies en Europe du Sud, inondations au Sénégal et en Europe centrale, et famine au Tchad.
Aux Etats-Unis, le cyclone Katrina, qui menaçait de frapper la côte, a amené le gouverneur de la Louisiane à ordonner l´évacuation de la grande métropole de la Nouvelle Orléans (445.000 habitants et plus de 1,3 million avec son agglomération), située au-dessous du niveau de la mer. Les digues ne résisteraient pas à la vitesse de Katrina, calculée par un avion de la Air américan à 250 km à l´heure, alors que le cyclone se trouvait encore à 400 kilomètres au sud-est de l´embouchure du Mississipi et de l´Alabama, menaçant de faire autant de victimes que l´ouragan Camille de 1969. Le cyclone fut pourtant rétrogradé en catégorie 4 de l´échelle Saffir-Simpson, après avoir été pendant un temps classé en catégorie 5. Le président américain lui-même a appelé les personnes menacées à se mettre à l´abri, notamment au stade Superdome capable d´accueillir 60.000 personnes. En outre, l´arrivée du cyclone Katrina sur les côtes de Louisiane, à partir de lundi, a contraint les compagnies pétrolières à fermer un grand nombre des installations du Golfe du Mexique, une région qui, en temps normal, assure environ un quart de la production de fuel et d´essence des Etats-Unis. Selon les derniers chiffres fournis lundi matin par les compagnies pétrolières, près de 42% des installations de la région ont été fermées et évacuées.
Pour sa part, l´Europe a été durement frappée cette année aussi bien par les inondations que par les incendies. Pluies diluviennes dans une partie du Vieux Continent et sécheresse dans une autre partie, notamment au Portugal, mais aussi en France et en Espagne. Ce n´est qu´en début de cette semaine que le Portugal a pu connaître une accalmie, après une victoire à l´arraché sur les foyers d´incendie.
Sur le front des inondations, c´est surtout la Roumanie qui aura payé le prix le plus fort, avec la mort de près de 33 personnes depuis le début du mois. «Le niveau des précipitations devait continuer à baisser, et le retour au beau temps était attendu à partir d´hier, lundi», a annoncé le ministre roumain de l´Environnement. En Bavière (sud de l´Allemagne), les digues ont tenu bon, et l´état d´alerte à la catastrophe a été levé. En Suisse, notamment dans la région de Berne, les inondations, les glissements de terrain et les troncs d´arbres arrachés ont fait six victimes, alors qu´en Autriche, il a fallu la mobilisation de plusieurs milliers de militaires, de bénévoles et de pompiers pour effectuer les travaux de déblaiement, le gouvernement ayant dégagé une aide d´urgence de 1000 à 1200 euros par famille sinistrée. L´autre pays affecté par les inondations a été la Bulgarie, où les intempéries ont fait 26 morts.
Au Sénégal, le président Wade a reporté les élections législatives et affecté le budget initialement consacré à l´organisation du scrutin à l´aide aux sinistrés des inondations, mettant en place un plan de reconstruction dans les zones à risque. «Face à ce phénomène d´une amplitude sans précédent, nous avons décidé l´évacuation des populations dans des zones salubres, l´élimination des bidonvilles et la construction à leur place de cités modernes.»
Le Tchad, pour sa part, doit faire face à une famine qui n´était pas programmée, les récentes fortes précipitations ont succédé à un déficit pluviométrique. Dans la zone sahélienne et au centre du pays, le période de début des semailles a été marquée par une pluviosité anormalement faible, brutalement suivie, depuis le début juillet, par des pluies qui ont inondé les terres agricoles. Un malheur ne vient jamais seul.