Accueil |Chroniques | A pile ou face |

Le mousse devenu capitaine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

A quelques jours de l´inauguration du Salon international du livre d´Alger, c´est avec beaucoup de surprise qu´on découvre dans une librairie un ouvrage intitulé Le Raïs Hamidou, notice biographique sur le plus célèbre corsaire du XIIIe siècle de l´hégire, aux éditions Grand Alger livres. L´auteur de ce livre n´est autre que Albert Devoulx, avec une présentation de Abderrahmane Rebahi. La première édition de l´ouvrage a paru chez Adolphe Jourdan, en 1859, avec une réimpression en 1911. On est ici devant un cas éditorial que l´on rencontrera souvent en Algérie à l´avenir, celui des ouvrages écrits par des Français avec un fort relent colonialiste, parfois frisant le ton péjoratif. Et en même temps, nous avons besoin de ces sources pour écrire notre propre histoire. Le problème s´était posé pour d´autres personnages célèbres, comme l´émir Abdekader, lla Fatma N´Soumer, Jugurtha. On se demande toujours comment exploiter ces documents très précieux par le nombre de détails qu´ils fournissent, tout en sachant qu´ils portent sur la société algérienne un regard négatif et dévalorisant.
Abderrahmane Rebahi a choisi de nous donner tel quel le livre d´Albert Devoulx, en l´accompagnant de notes et de remarques qui recadrent les propos de l´auteur et corrigent le regard parfois méprisant qu´il jette sur la société algérienne.
Certes, on pouvait choisir de ne pas acheter ni lire ce livre, en faisant com uffe, qui disait: «Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir» tout comme Rebahi aurait pu choisir de ne pas le présenter. Et le tour est joué. C´est l´option contraire qui a été adoptée. Tant mieux. En tant qu´éditeur, Grand Alger livres a fait le bon choix, et en tant que lecteur fasciné par Raïs Hamidou, on a aussi fait le choix de l´acheter, de le lire, et même de le commenter.
Les lecteurs avaient déjà fait connaissance de l´ouvrage écrit par Belkacem Babaci, illustré par Nouredine Hiahemzizou, trop rapidement épuisé malheureusement. Et ils attendaient depuis longtemps celui de Devoulx.
De par sa fonction de conservateur des archives du service de l´enregistrement et du domaine d´Alger, Devoulx mettra à profit la masse de documents de toutes sortes, rédigés en arabe ou en turc, dont il entreprit le classement; l´inventaire et l´exploitation, notamment le daftar at tachfirat, qu´il traduisit sous le titre de Registre des prises. Puisées à bonne source, les informations qu´il donne sur Raïs Hamidou sont d´une grande importance, autant pour les historiens que pour le grand public, tant Raïs Hamidou, devenu capitaine occupe une place à part dans l´imaginaire populaire.
Hamidou fils d´Ali le tailleur, est né à la Casbah, et tissa sa carrière de fil en aiguille beaucoup plus en quittant l´atelier paternel pour écouter les récits des périlleuses expéditions que narraient les corsaires sur les quais. Et c´est ainsi qu´il monta sur un navire en tant que mousse, devint matelot, et ensuite capitaine. Bientôt les ports de la côte méditerranéenne n´eurent plus de secret pour lui. De Tunis à Oran, d´El Kala à Rabat Salé, il commanda des chebecs prestigieux et gagna maintes batailles, jusqu´en 1815, année de sa mort. L´une de ses prises les plus prestigieuses fut une frégate portugaise de 44 canons. Depuis cette date il devint l´un des raïs les plus respectés de la flotte algéroise. Voici pour terminer, quelques vers d´une chanson populaire anonyme en l´honneur de Raïs Hamidou:
Vois-tu là-bas? C´est la frégate du Raïs Hamidou!
Sa majestueuse voilure, qui se gonfle légèrement sous l´effet de la brise, est dorée par le soleil.
Son pavillon et sa flamme flottent mollement dans les airs.
Elle fend les flots avec grâce.
Et voici aussi ce que dit Moulay Belhamissi de Raïs Hamidou: «Le dernier des géants de la marine d´Alger. Il fut rendu célèbre par les périlleux exploits dans lesquels il était passé maître. Il ramena à Alger, par dizaines, navires de guerre et bateaux de commerce et dut braver les marines les plus puissantes.»

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha