Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 34 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
34
 Biskra Min 19 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 28 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
32
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 11 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 19 °C Max 30 °C
32
Accueil |Chroniques | A vrai dire |

Il était deux fois... l'Equipe du FLN (2e partie et fin)

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Di Stéfano, en personne, avait approché aussi Zitouni pour tenter de le convaincre d'opter pour le Real Madrid et jouer dans la meilleure équipe du monde. Mustapha Zitouni lui répliquera ainsi: «Ne vous en faites pas, je vais bientôt jouer dans la meilleure équipe au monde.» Celle du FLN en l'occurrence*...

L'unité de pensée et d'action qui caractérisait à l'époque le Front de Libération nationale allait avoir raison de la FIFA et de ses relais nationaux. De nombreux témoignages l'attestent pour souligner, que malgré les restrictions internationales imposées à l'instigation de la FFF, la sélection du Onze de l'indépendance aura le loisir d'affronter, durant ses quatre années d'existence, plusieurs clubs de l'Europe de l'Est et de l'Asie. De mai à juillet 1959, elle disputera une vingtaine de matchs en Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Pologne, Union soviétique et Tchécoslovaquie avant d'entreprendre, d'octobre à décembre 1959, une tournée en Asie du Sud-Est, plus précisément en Chine et au Vietnam où elle aura onze confrontations amicales. Une nouvelle tournée en Europe de l'Est interviendra de mars à juin 1961 en Yougoslavie, Bulgarie, Roumanie, Hongrie et en Tchécoslovaquie pour un total de vingt-et-un matchs. Pour être en conformité avec la ligne générale de la Révolution, le FLN insiste toujours pour que les hymnes nationaux de chaque pays soient joués avant chaque match. Une manière comme une autre, intelligente à bien des égards, pour que Qassamane soit interprété à lunisson des voix. Ce qui est loin d'être aisé. La Pologne, par exemple, n'a pas voulu que soient exécuté l'hymne national et hissé le drapeau de l'Algérie combattante. Elle ne voulait nullement s'attirer les foudres de guerre de la FIFA encore moins l'ire des responsables du football français. Devant l'intransigeance et la détermination des nouveaux ambassadeurs du peuple algérien en lutte, le drapeau algérien est hissé et le match disputé. Pour Rachid Mekhloufi, l'intransigeance était de mise. Le Onze de l'indépendance n'est pas venu pour le plaisir de jouer. Il était là pour représenter la Révolution de tout un peuple qui vivait dans sa chair une ségrégation raciale, le racisme: «Moi, je suis de Sétif et les événements sanglants ont forgé notre nationalisme et notre volonté d'épouser les idées allant dans le sens de défendre la cause de notre peuple et de son indépendance.» Mohamed Maouche tient le même discours. Dans Escales méditerranéennes, il n'a pas manqué de décrire dans quelles conditions sauvages avaient été exécutés les supporters du Mouloudia d'Alger à l'issue du match contre l'ASSE en 1956. Selon Michel Naït-Challal, l'équipe du FLN a joué 83 matchs, dont 57e victoires, 14 nuls et 12 défaites, inscrit la bagatelle de 349 buts et encaissé 119. A noter que les matchs se jouaient souvent à guichets fermés. Au stade de l'Étoile rouge de Belgrade, la Yougoslavie a été étrillée, devant pas moins de 80 000 spectateurs, sur le score de 6 à 1 alors que cette même équipe du FLN concèdera un score de parité (2-2) au FC Petrolul Ploieþti de Bucarest, en présence de 90.000 spectateurs. Pour le confrère Chérif Ghemmour, des joueurs comme Bentifour, Mekhloufi, Zitouni et tous ceux qui avaient opté pour la grande aventure politico-sportive initiée par le FLN, entre avril 1958 et novembre 1960, deviendront vite les ambassadeurs en crampons de la République algérienne naissante. Considéré comme l'un des meilleurs défenseurs centraux du monde, à la fin des années 1950 et en tant que grand joueur de l'AS Monaco et des Bleus qu'il fut, Mustapha Zitouni symbolisait à merveille cet engagement politique au sein de l'équipe du FLN qui laissera une empreinte exemplaire autant qu'indélébile. Dans un entretien rapporté par la même source, Rachid Mekhloufi rend hommage à son camarade de lutte: «Mustapha est au sommet de sa carrière; patron de la défense monégasque, il est en passe de reléguer sur le banc le grand Robert Jonquet, axial du grand Stade de Reims et capitaine des Bleus. Mieux! Juste après l'héroïque match livré contre l'Espagne, le président du Real Madrid, Santiago Bernabéu, s'était présenté à lui à la sortie des vestiaires et lui avait proposé un chèque en blanc pour rejoindre le Real. Contre l'Espagne, il avait complètement étouffé Alfredo Di Stéfano, meilleur attaquant au monde à l'époque. Le patron du Real a estimé qu'un défenseur qui réussit à museler son meilleur joueur mérite de jouer pour son équipe.» Ammar Rouaï, l'autre combattant en crampons, corroborera cette proposition madrilène en ajoutant que Di Stéfano, en personne, avait aussi approché Zitouni pour tenter de le convaincre d'opter pour le Real Madrid pour jouer dans la meilleure équipe du monde. Mustapha Zitouni lui répliquera ainsi: «Ne vous en faites pas, je vais bientôt jouer dans la meilleure équipe au monde.» Celle du FLN en l'occurrence...

* Saïd Amara (Béziers), Mokhtar Arribi (Lens), Kaddour Bekhloufi (Monaco), Ali Benfadah (Angers), Abdelaziz Bentifour (Monaco), Abderrahmane Boubekeur (Monaco), Cherif Bouchache (Le Havre), Hocine Bouchache (Le Havre), Abdelhamid Bouchouk (Toulouse), Mohamed Bouricha (Nîmes), Hacène Bourtal (Béziers), Saïd Brahimi (Toulouse), Hacène Chabri (Monaco), Dahmane Defnoune (Angers), Ali Doudou (Annaba), Saïd Haddad (Toulouse), Abderrahmane Ibrir (Toulouse), Smaïn Ibrir (Le Havre), Abdelhamid Kermali (Lyon), Abdelkrim Kerroum (Troyes), Mohamed Maouche (Reims), Abdelkader Mazouza (Nîmes), Rachid Makhloufi (Saint-Etienne), Mokrane Oualiken (Montpellier), Ahmed Oudjani (Lens), Amar Rouaï (Angers), Abdellah Settati (Bordeaux), Abderrahmane Soukhane (Le Havre), Mohamed Soukhane (Le Havre), Mustapha Zitouni (Monaco), Abdelhamid Zouba (Niort), Mohamed Boumezrag (initiateur de l'opération), Mohamed Allam (responsable politique).

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha