Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 31 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Chroniques | A vrai dire |

Jeremy Corbyn, ce végétarien qui défie la social-démocratie européenne

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«Il l'a montré dans sa vie publique, en votant plus de 500 fois contre les consignes de son parti, comme dans sa vie privée, en divorçant de sa deuxième femme parce qu'elle voulait envoyer leurs enfants dans une école privée. Ascète, ce végétarien qui ne boit pas d'alcool, cultive son jardin et se déplace à vélo, est, sur les 650 députés, celui qui dépense le moins!» Sarah Halifa-LEGRAND

Sheffield, bastion de la gauche britannique, jubile à souhait après l'éclatante victoire de son candidat pour le leadership au sein du Parti travailliste britannique. Jeremy Corbyn, chantre de l'anti-austérité et de l'Etat providence, prend une sacrée revanche sur ceux qui en ont fait un éternel outsider. Une véritable révolution dans les rangs du Labour et un électrochoc pour la social-démocratie européenne plus encline aux dérives droitières qu'à des actions allant dans le sens des aspirations des citoyens les plus démunis.
Les frayeurs et les sueurs froides semblent devenir le lot des partisans d'un parti que Tony Blair avait mis à mal. Difficile de recoller les morceaux après le cinglant échec aux élections législatives du 8 mai dernier d'Ed Miliband, suivi de sa démission. Mais personne ne donnait cher de la peau de Jeremy Corbyn, du moins au niveau de la direction du parti. Son pacifisme, sa condamnation active de la guerre du Vietnam, son adhésion aux thèses du Forum social mondial, son ancrage propalestinien et sa position favorable à l'arrivée des migrants dans son propre pays tranchent avec le conservatisme dominant de sa formation politique. Alors que Tony Blair a été un partisan acharné de l'invasion de l'Irak et un allié inconditionnel au sein de la coalition, il aura été parmi les premiers à avoir condamné la guerre faite au peuple irakien. Il a de qui tenir ce militant de l'extrême gauche du Labour. De ses propres parents d'abord dont la mobilisation contre la guerre civile d'Espagne et l'engagement au service de nombreuses causes justes font sa fierté. Ce n'est pas par hasard, soutiendront ses nombreux adversaires au sein du parti, s'il deviendra «antimonarchiste, partisan de la renationalisation des chemins de fer et de l'énergie d'une taxation plus élevée des hauts revenus, de la gratuité des universités.
Trop! C'est trop! Clame, aveuglé par une ire qu'il n'a jamais connue auparavant, Tony Blair l'un des animateurs du New Labour: «Nous allons vers une déroute, peut-être même l'annihilation du parti.» Il conseille même, selon une dépêche de l'AFP, une transplantation cardiaque à ceux dont le coeur bat pour le sexagénaire. Certains milieux ne sont pas loin de penser que le désarroi de l'ancien Premier ministre de Sa majesté est lié au fait que, malgré ses 66 ans, Jeremy Corbyn parvienne à cartonner chez les jeunes Anglais, toutes confessions confondues.
Bien qu'il ne soit pas aux antipodes des positions de son ancien responsable, Denis MacShane ne donne pas l'impression d'être surpris. Ancien ministre de Tony Blair, il trouve ce succès presque normal: «C'est le type sympa qui n'a pas d'ennemi, qui défend ses causes et expose ses désaccords sans jamais une parole agressive.» Pour notre consoeur Sarah Halifa-Legrand, c'est un homme de principes: «Il l'a montré dans sa vie publique, en votant plus de 500 fois contre les consignes de son parti, comme dans sa vie privée, en divorçant de sa deuxième femme parce qu'elle voulait envoyer leurs enfants dans une école privée. Ascète, ce végétarien qui ne boit pas d'alcool, cultive son jardin et se déplace à vélo, est, sur les 650 députés, celui qui dépense le moins!» Denis MacShane ne semble pas alarmé pour autant.
Très british, il rassurera plus d'un en annonçant qu'il n'y aura pas une énorme révolte des députés du parti: «Car ils se souviennent douloureusement de la scission du Labour en 1981, quand le parti social-démocrate SPD a été fondé. Peut-être qu'après avoir gagné de manière si extraordinaire le leadership du Labour, peut-être qu'avec cette énorme responsabilité sur les épaules, en tant que leader du principal parti d'opposition au gouvernement, Corbyn va-t-il chercher à se faire accepter?»

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha