Accueil |Chroniques | A vrai dire |

COLLOQUE CONSACRÉ À LA VIE DE AÏT MENGUELLET

UNE PREMIERE!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ce ciseleur des mots se distingue avant tout par sa poésie. Les textes sont appréciés et les mélodies qui les accompagnent sont très sommaires.

C'est une idée de génie que d'avoir pensé à consacrer un colloque à la vie et l'oeuvre du chantre de la chanson kabyle, Aït Menguellet. Avec plus d'une cinquantaine d'années consacrées à la chanson, Aït Menguellet a construit une oeuvre qui fait de lui un chanteur très populaire. Ce ciseleur des mots se distingue avant tout par sa poésie. Les textes sont appréciés et les mélodies qui les accompagnent sont très sommaires. Elles constituent un support mélodique à la poésie et laissent donc le texte se mettre au-devant. Même la manière de chanter de Aït Menguellet est un choix judicieux dans la mesure où il paraît aujourd'hui évident. Le chanteur en a fait sa marque de fabrique. Les chansons sont reconnaissables aux premières mesures et le chanteur n'a pas changé d'un iota sa manière de composer. Ni l'air du temps ni l'évolution technologique ni même la modernisation des sonorités n'ont bousculé cet auteur-compositeur et interprète. L'intégration du fils dans la formation musicale du père a certes insufflé un vent de renouveau, mais pas plus. Aït Menguellet reste Aït Menguellet et c'est ce qui lui confère ce statut de légende vivante de la chanson kabyle. Effectivement, il y a dans ce sens matière à étude et à débat. Sa poésie et ses mélodies, sa vie et son statut dans la société méritent d'être livrés aux analyses des spécialistes et c'est pour cette raison que cette louable initiative est à encourager et à souligner. Ce colloque consacré à la vie et à l'oeuvre de Aït Menguellet organisé par la faculté des lettres et langues et le département de langue et de culture amazighes de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou a duré trois jours avec au menu des communications sur le volet linguistique et littéraire. L'enfant d'Ighil Bouamas est confié à l'analyse. Beaucoup de choses sont à découvrir et Aït Menguellet lui-même serait le premier à découvrir la portée de son oeuvre et son impact sur son public.
Ne dit-on pas qu'une oeuvre dépasse son auteur en ce sens que les études décortiquent les moindres zones d'ombre pour donner un sens aux mots et aux métaphores. Aït Menguellet avouera dans un entretien que souvent ses poésies sont comme écrites d'avance et qu'il n'avait qu'à les transcrire au moment voulu. L'auteur entre en transe et se soumet à une force divine qui le guide dans ses périodes de créativité souvent très fécondes. Le chanteur alors n'aura plus qu'à les mettre en musique et à les enregistrer au grand bonheur de ses nombreux fans à qui il donne rendez-vous presque annuellement.
Avec ce colloque, c'est de nouveau la consécration pour cet homme d'une grande humilité et d'une sagesse légendaires.
Il reste juste à souhaiter que les communications ne soient pas que des paroles en l'air et que les organisateurs aient déjà pensé à les réunir dans une publication qui fera le plaisir de son public. Relire une oeuvre et la réécouter, c'est lui donner une autre dimension et une autre vie.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha