Accueil |Chroniques | L'analyse du Professeur CHITOUR |

AFRIQUE G 20:

La comédie de l'aide au développement

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Photo de famille pour les participants au G20Photo de famille pour les participants au G20

«Il faut soutenir les dictateurs africains, sinon ils ne feraient pas d'élection.» Propos attribués à Jacques Chirac ancien président de la France

Cette boutade décapante est là pour décrire en une phrase la condition de la maladie de l'Afrique, à savoir, le refus de l'alternance qui fait qu'elle se fait toujours soit par Darwin, soit par l'émeute, la corruption endémique et le plus important, le soutien des pays développés à des potentats qui font de leurs pays des propriétés privées. A des degrés divers, aucun pays d'Afrique n'y échappe, même le pays de Mandela qui a quitté le pouvoir après un seul mandat, n'est pas indemne. Les dirigeants africains s'accrochent au pouvoir et quand ils ne sont plus en odeur de sainteté auprès de leurs suzerains, généralement l'ancienne puissance coloniale intervient sous différents prétextes, pour mettre le vassal qu'il faut à la place qu'il faut.
Cette introduction étant faite, nous apprenons que lundi 12 juin, Madame Merkel dirigeant l'économie la plus importante d'Europe, recevait en tant qu'organisatrice du G20 qui aura lieu à Hambourg à la fin du mois, sept pays africains dont l'Egypte et la Tunisie, pour évaluer ensemble les voies et moyens de donner à l'Afrique un nouveau départ, cinquante ans après que l'agronome René Dumont avait déjà tranché au début des années 1960: «L' Afrique est ma partie.» Sans doute il faisait référence aux choix économiques douteux, sans présager du fait que les dirigeants africains nouvellement élus font le même travail que le colonialisme vis-à-vis de leur pays,assurés de garder leur pouvoir pourvu que les anciennes puissances coloniales (Grande-Bretagne, France, Allemagne Italie, Belgique) continuent comme au bon vieux temps à gérer leur pré carré.
Nous remarquons au passage et cela fait mal au coeur que le plus grand pays d'Afrique, celui qui a fait une révolution de 8 ans à nulle autre pareille, celui qui a affronté seul le terrorisme pendant 10 ans, celui qui dispose d'une profondeur stratégique est ignoré au profit de pays qui n'ont pas le même vécu. Ce n'est pas la première fois! Il y a un mois, l'Italie n'a pas jugé bon d'inviter l'Algérie au G7, mais elle a invité d'autres pays sur des critères qui restent inconnus. La descente aux enfers de notre diplomatie ne s'arrête pas là, tout le monde a en tête, le retour du Maroc au sein de l'Union africaine, son lobbying qui fait qu'il est membre de la Cédéao, et cerise sur le gâteau, il arrive à convaincre le Nigeria de lancer en commun un gazoduc de 5000 km qui passera près de la côte de plusieurs pays de l'Afrique occidentale pour arriver au Maroc et par la suite en Espagne. Les financements sont prévus et il est possible que ce gazoduc démarre. Rapidement notre accord avec le Nigeria pour un gazoduc Lagos -Alger signé il y a 8 ans semble abandonné. Cela va créer d'énormes problèmes à l'Algérie du point de vue de la vente de son gaz. Problèmes qui s'ajoutent, tels que la fin des accords de long terme pour la vente du gaz algérien. Madame Merkel a donc reçu en grandes pompes les sept pays africains et leur a proposé un partenariat d'exception, une sorte de Plan Marshall à l'allemande «Si le ministère allemand du Développement a annoncé lundi dernier 300 millions d'euros d'aides supplémentaires aux pays notamment soucieux de lutter contre la corruption, la priorité à l'Afrique voulue par Angela Merkel ne se veut pas un plan d'aide. Il s'agit plutôt de rendre les pays africains plus attirants à l'investissement par le biais du soutien politique des pays du G20 et technique des institutions financières internationales. Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a souligné que «les États africains vont décider eux-mêmes de la façon dont ils veulent travailler». «À l'heure où l'Union européenne cherche à redéfinir les bases de son partenariat avec l'Afrique, l'Allemagne propose un «plan Marshall» pour favoriser l'établissement d'une paix et d'un développement durables sur le continent voisin de l'Europe. Un plan non pas «pour» l'Afrique mais, à mettre en oeuvre «avec elle».
«Pour Caïd Essebsi, président de la Tunisie invité du G20:'' La priorité sera accordée aux projets structurés ayant un impact sur le pouvoir d'employabilité des jeunes, ainsi que le développement des zones rurales''. La délégation qui m'accompagne à Berlin va non seulement exposer les atouts et l'attractivité de la Tunisie en tant que site favorable aux investissements étrangers, mais aussi présenter des projets concrets à mettre à la disposition des partenaires et des investisseurs, notamment dans les secteurs de l'infrastructure, des industries aéronautiques, automobiles et agroalimentaires, des technologies de l'information, et de la santé.» (1)

Le développement de l'Afrique au coeur du G20: les préparatifs
«Déjà en février dans la réunion préparatoire, les jalons d'un plan Marshall étaient posés. Prenant les rênes du G20 pour l'année 2017, l'Allemagne a décidé de faire de ce partenariat avec l'Afrique qu'elle qualifie de «Compact with Africa») une priorité. «Cette initiative du G20 vient à point nommé pour sa philosophie de suggérer et non imposer, ainsi que pour l'idée de travailler ensemble», a estimé le ministre marocain de l'Économie et des Finances, Mohammed Boussaïd, soulignant qu'il ne s'agit pas là d'une «initiative d'assistance».» (2)
La précision mérite d'être faite, car il s'agit de stimuler les investissements privés par le soutien politique du G20 de manière à développer l'emploi et les infrastructures des pays africains partenaires. Aucun engagement financier n'est formulé par le G20, «L'Afrique a besoin d'infrastructures, il y a des efforts qui sont déjà faits et doivent être accélérés. «Si aujourd'hui l'Afrique avait le minimum en termes d'infrastructures, de santé, de formation, certainement les questions de migration telles qu'elles se posent aujourd'hui n'auraient pas eu autant d'impact sur la vie de l'Europe.» (2)
«Un point de vue que ne partage pas l'ONG One: «L'idée de départ est bonne, mais j'ai vraiment peur que l'éléphant accouche d'une souris et qu'il y ait une déconnexion entre le discours et l'action», s'inquiète Friederike Röder, directrice de One France, citée par l'AFP. Selon elle, «pour l'heure, il s'agit d'une récapitulation des actions déjà existantes uniquement concentrée sur l'investissement privé, alors qu'il y a encore des pays qui ont besoin d'aide internationale et d'investissements importants en matière d'éducation».» (2)
Au vu de ces chiffres, le président nigérien propose d'autres sources de financement pour faire face aux besoins de redressement du continent; l'aide publique accordée à l'Afrique «étant seulement de 50 milliards $.» M. Issoufou propose l'accroissement des recettes fiscales internes des Etats africains dont la moyenne est de 17% contre 35% pour les pays de l'Ocde. Pour y parvenir, «il faut que l'Afrique cesse d'être un simple réservoir de matières premières et que le commerce entre elle et le reste du monde soit équitable». (2)
Pour rappel «en mars, écrit Edouard Pflimlin lors d'un sommet du G20 finances, les grands argentiers des principales économies du monde avaient convié leurs homologues de Côte d'Ivoire, du Maroc, du Rwanda et de Tunisie à se joindre à eux pour mettre sur pied ce partenariat baptisé «Compact with Africa». «Nous devons créer au sud du Sahara les conditions pour que les gens puissent y évoluer, se former et générer de la valeur pour eux et leur famille», a plaidé la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, dans le quotidien Handelsblatt. Si la question des dizaines de milliers de migrants prenant la direction de l'Europe pour fuir pauvreté et conflits n'est pas évoquée en première ligne, elle est cependant centrale pour l'Allemagne, qui a accueilli plus d'un million de demandeurs d'asile ces dernières années, essentiellement de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan. Pour Angela Merkel, le point central pour espérer endiguer ces flux est de s'attaquer aux causes de la migration en offrant des perspectives aux populations dans leurs pays. «Le développement économique doit suivre le rythme d'une croissance rapide et s'accélérant de la population pour créer un futur convenable aux jeunes et ainsi réduire la pression migratoire», a relevé la porte-parole de la chancelière.» (3)

Les maux de l'Afrique
Il est une habitude que les pays développés ont, c'est de voir le développement de l'Afrique selon leurs propres critères et en fonction de leurs intérêts. Le plus grand besoin de l'Afrique, c'est sa quête de dirigeants honnêtes qui rendent compte aux peuples. L'Afrique est un continent d'avenir nous dit-on! C'est possible à voir comment tout le monde est à nos chevets pour in fine s'accaparer les matières premières. Même les potentats adipeux du Golfe s'y mettent, ils font ce qu'on appelle du grabbing des Terres, en bref, ils achètent des milliers d'hectares qu'ils cultivent et le produit de la récolte passe sous le nez des indigènes qui continuent à mourir de faim. Sait-on que plus de la moitié de l'Afrique n'a pas accès à l'électricité? Que le continent qui compte 1 milliard d'habitants comptera deux milliards et demi en 2050. L'essentiel de l'augmentation de la population proviendra de l'Afrique.
On dit que le taux de pauvreté en Afrique recule, mais le nombre de pauvres augmente. «La Banque africaine de développement (BAD), l'Organisation de coopération et de développement économique (Ocde) et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) ont publié leur rapport sur 'Les perspectives de l'économie en Afrique en 2017''. Le communiqué de presse, largement repris par les médias, compilait quelques chiffres dont une prévision de croissance pour l'ensemble du continent africain de 3,4% en 2017 et 4,3% en 2018, des investissements directs étrangers pour 2017 de l'ordre de 57 milliards de dollars (50 milliards d'euros).» (4)
«Le taux de pauvreté en Afrique recule depuis plusieurs années, mais la croissance démographique est telle que le nombre de pauvres augmente! Le rapport sur les perspectives de l'économie en Afrique établit qu'il y aurait plus de 500 millions d'Africains sous le seuil de pauvreté, soit vivant avec moins de 2 dollars par jour. Dans le même temps, il y aurait, toujours selon ce même rapport, une classe moyenne de 350 millions de personnes. La Banque africaine de développement définit une personne appartenant à la classe moyenne par un revenu compris entre 2,2 dollars et 20 dollars par jour. Rappelons que le seuil de pauvreté est à 2 dollars par jour, ce qui signifie que 20 cents feraient la différence entre la pauvreté et l'appartenance à la classe moyenne.» (4)
«La BAD estime que sur les 350 millions de personnes vivant avec un revenu journalier compris entre 2,2 dollars et 20 dollars, près de 60% vivent avec 2,2 à 4 dollars par jour, soit environ 200 millions de personnes. La BAD appelle pudiquement cette catégorie 'la classe moyenne flottante''. 'Flottante car elle est si précaire et proche du seuil de pauvreté qu'on ne peut décemment la qualifier de classe moyenne.» (4)
«La Cfao, qui a fait une grande étude avec Ipsos sur la classe moyenne en Afrique, la définit avec un revenu journalier compris entre 4 et 20 dollars par jour. La Cnuced rappelle dans son rapport de 2014 que l'enjeu pour le développement, au-delà des objectifs quantitatifs du taux d'investissement moyen et de la croissance, c'est la politique d'investissement. La croissance d'un pays ne peut être tirée par la seule consommation intérieure, sinon le pays risque d'accroître sa dépendance vis-à-vis de l'extérieur à travers les importations.» (4)
«L'investissement doit être un relais fort de cette croissance. L'investissement doit, par sa qualité et son ciblage, jouer un rôle majeur dans l'accélération de l'investissement en Afrique.
Pour cela, la Cnuced recommande trois secteurs de concentration que sont les infrastructures, les agro-industries et le secteur manufacturier. La qualité de l'investissement a trait à la pertinence, à la qualité de la réalisation et à la gouvernance des investissements. Malheureusement, l'investissement en Afrique demeure une occasion pour les officiels de s'enrichir. Nombreux sont les ministres et présidents qui prélèvent leur dîme sur chaque investissement ou acceptent des projets non adaptés ou de piètre qualité moyennant de larges commissions.» (4)

Le coût de la corruption
«Comme le déclarait l'homme d'affaires mauritanien Mohamed Ould Bouamatou lors d'une conférence organisée par la Fondation Mo Ibrahim en avril à Marrakech, le pouvoir ne doit pas servir de raccourci vers l'enrichissement personnel.» D'ailleurs, la Fondation Mo Ibrahim n'a décerné son prix qu'à quatre reprises depuis 2007, faute de pouvoir désigner un dirigeant politique africain ayant fait preuve d'un leadership d'excellence. Cette mauvaise gouvernance a un coût pour les économies africaines. Elle constitue un handicap supplémentaire en matière de compétitivité, car le coût de la corruption est toujours répercuté dans les coûts de l'investissement.» (4)

De quoi a besoin réellement l'Afrique?
D'abord, qu'on trace des lignes rouges pour graver dans le marbre la nécessité de l'alternance. Ensuite, qu'elle puisse lutter efficacement contre la corruption le problème de l'Afrique ce n'est pas car le terrorisme, c'est la misère, c'est la hogra, c'est l'absence de perspectives pour les jeunes qui, à l'heure de Facebook, de l'Internet enragent de voir des jeunes comme eux s'épanouir dans les pays développés.
Sur ce terreau de misère, les droits de l'homme et la démocratie sont absents, par contre, l'inquisition fait flores. L'Afrique a besoin d'éducation, elle a besoin d'énergie, elle a besoin d'eau pour un développement de l'autosuffisance alimentaire et hydrique.
Seule la Chine commence à comprendre en misant sur le développement des infrastructures, elle qui investit autant que tous les pays occidentaux industrialisés réunis. Il faut aller en définitive vers de véritables partenariats avec l'Afrique, en investissant dans un «triple E» durable, éducation, emploi et émancipation, afin de se préparer au doublement de la population du continent et d'offrir toutes les opportunités auxquelles sa jeunesse a droit.

1.http://afrique.lepoint.fr/economie/g20-afrique-ce-que-les-africains-envisagent-de-faire-13-06-2017-2134964_2258.php
2.http://afrique.lepoint.fr/economie/g20-afrique-baden-baden-un-tournant-19-03-2017-2113095_2258.php
3.http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/12/berlin-veut-que-le-g20-aide-l-afrique_5143048_3212.html#qtRtQb83Sdh5z1EE.99
4.http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/08/oui-le-taux-de-pauvrete-en-afrique-recule-mais-le-nombre-de-pauvres-augmente_5140890_3212.html#xwljVS8estwpMyGq.99

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha