Prévisions pour le 21 Novembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 23 °C
32
 Laghouat Min 3 °C Max 18 °C
32
 Batna Min 5 °C Max 15 °C
32
 Biskra Min 7 °C Max 20 °C
32
 Tamanrasset Min 15 °C Max 27 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 18 °C
34
 Alger Min 11 °C Max 21 °C
34
 Saïda Min 7 °C Max 16 °C
34
 Annaba Min 10 °C Max 20 °C
32
 Mascara Min 8 °C Max 20 °C
34
 Ouargla Min 10 °C Max 22 °C
32
 Oran Min 12 °C Max 22 °C
30
 Illizi Min 14 °C Max 25 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 21 °C
32
 Khenchela Min 5 °C Max 16 °C
32
 Mila Min 7 °C Max 20 °C
32
 Ghardaïa Min 8 °C Max 21 °C
34
Accueil |Chroniques | L'analyse du Professeur CHITOUR |

MASSACRES D'ENFANTS AU YÉMEN

Diversion des Saoudiens contre le Canada

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La guerre dans ce pays très pauvre de la péninsule Arabique a fait plus de 10.000 morts depuis le lancement de l'intervention de la coalition en mars 2015La guerre dans ce pays très pauvre de la péninsule Arabique a fait plus de 10.000 morts depuis le lancement de l'intervention de la coalition en mars 2015

«Un petit peu qui dure, vaut mieux qu'une grande quantité qui, soudain, s'épuise.» Proverbe yéménite

Encore une fois l'Arabie saoudite joue à la guerre et massacre dans l'impunité la plus totale un petit peuple, déclare la guerre à ses voisins, finance en vain le renversement du pouvoir en Syrie et crée des diversions pour ne pas rendre compte après le dernier massacre des enfants.
Le Yémen, pays pauvre de la péninsule Arabique, est entré dans la quatrième année d'une guerre meurtrière entre rebelles Houthis, appuyés par l'Iran, et forces progouvernementales, soutenues par la coalition menée par Riyadh. Le conflit a fait près de 10.000 morts et provoqué «la pire crise humanitaire du monde», selon l'ONU. Depuis le 4 novembre, le Yémen est en proie à un blocus total. Près de 10 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, alertent les ONG. Alors que l'eau potable et la nourriture manquent, des épidémies de choléra et de diphtérie se répandent dans tout le pays». (1)
Après le raid meurtrier du 9 août, le ministre d'État émirati aux Affaires étrangères, a admis que des bavures pouvaient se produire lors d'opérations militaires. Les funérailles ont eu lieu lundi. Depuis jeudi, le bilan ne cesse d'être revu à la hausse. Mardi matin, le Comité international de la Croix-Rouge (Cicr) a annoncé que le raid aérien attribué à la coalition menée par l'Arabie saoudite a fait 51 morts, dont 40 enfants, jeudi 9 août dans le nord du Yémen. Auparavant, nous parlions de 29 enfants. Le nombre des blessés atteint les 79, dont 56 enfants, a précisé le bureau du Cicr à Sanaa. Ce nouveau bilan recoupe celui donné par les rebelles Houthis qui ont dénoncé un «massacre» commis par l'aviation saoudienne.
Les cercueils, recouverts de vert avec les portraits des jeunes victimes, ont été alignés par terre pour la prière des morts La foule avait crié auparavant des slogans anti-américains et anti-israéliens et dénoncé un «crime des Saoudiens contre l'enfance yéménite». (2)

Des doutes sur l'enquête saoudienne
Devant les critiques des organisations de défense des droits de l'homme et de l'ONU, dont le secrétaire général a réclamé une enquête indépendante, l'Arabie saoudite continue à parler d'une «action militaire légitime», qui visait selon un communiqué repris samedi par l'agence SPA des Houthis «responsables du recrutement et de l'entraînement de jeunes enfants». «Le Conseil de sécurité de l'ONU avait appelé à une enquête «crédible», sans toutefois exiger une enquête indépendante. Mais experts et ONG doutent que l'Arabie saoudite, qui dirige la coalition impliquée dans l'attaque, soit capable ou désireuse de la mener à bien. Pour Sheila Carapico, professeur à l'université de Richmond (USA), «un raid aérien contre un bus d'écoliers semble être une violation flagrante des lois de la guerre. Mais en l'absence d'enquêteurs professionnels et indépendants, on ne saura sans doute jamais». La coalition menée par les Saoudiens a affirmé avoir mené une opération militaire «légitime» dans ce secteur rebelle. Dans le passé, la coalition sous commandement saoudien a été accusée de plusieurs «bavures» contre des civils. La guerre dans ce pays très pauvre de la péninsule Arabique a fait plus de 10.000 morts depuis le lancement de l'intervention de la coalition en mars 2015 et provoqué «la pire crise humanitaire» au monde, selon l'ONU. Jusqu'ici tous les efforts pour mettre fin au conflit ont échoué. De nouveaux pourparlers sont prévus le 6 septembre à Genève sous l'égide de l'ONU» (3).

Les précédents: des bavures en série demeurées impunies
Pour rappel 131 morts dans le bombardement d'une fête de mariage Ce n'est pas la première fois que des fêtes de mariage au Yémen sont touchées par des bombardements imputés à la coalition: 131 personnes avaient ainsi été tuées dans la région de Mokha (sud-ouest) en septembre 2015 et 28 dans la province de Dhamar (centre) en octobre 2015. En octobre 2016, un raid aérien avait fait 140 morts lors d'une cérémonie funéraire dans la capitale Sanaa. La fréquence des attaques contre ce genre de cérémonie soulève des questions... Dans ce pays, en proie à un blocus total depuis le 4 novembre 2017, près de 10 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, alertent les ONG. Alors que l'eau potable et la nourriture manquent, des épidémies de choléra et de diphtérie se répandent. Les ONG continuent d'alerter sur la situation au Yémen. En proie à une guerre civile depuis 2014 qui a fait plus de 10.000 morts - sur fond de rivalité irano-saoudienne -, ce pays désertique ancré dans le golfe d'Aden fait face à une grave crise humanitaire et sanitaire, qui s'est accentuée depuis l'instauration d'un blocus total par la coalition emmenée par l'Arabie saoudite depuis le 4 novembre. «La situation empire chaque jour, témoigne au Figaro Liny Suharlim, directrice de l'ONG Acted pour le Yémen. Les pénuries de carburants ont des implications profondes sur les secteurs de l'eau, de l'assainissement, de la santé et de la sécurité alimentaire en raison de la hausse des coûts de transport. Les gens sont donc dans l'obligation de moins manger, de moins boire et de ne pas se soigner».

La tempête dans un verre d'eau de la quasi-rupture avec le Canada
On sait que le Premier ministre Justin Trudeau dit vouloir améliorer les relations de son gouvernement avec l'Arabie saoudite, mais il ne sacrifiera pas pour autant la position du Canada sur les droits de la personne, a-t-il nuancé. M. Trudeau a fait ces commentaires un peu plus d'une semaine après que l'Arabie saoudite eut suspendu ses relations diplomatiques avec le Canada et expulsé l'ambassadeur canadien, dans la foulée d'une série de micro-messages du gouvernement canadien critiquant l'arrestation de certains militants des droits des femmes dans le royaume. «Nous continuons à faire preuve de diplomatie, mais comme je l'ai dit, le Canada sera toujours très clair dans sa défense des droits de la personne», a déclaré M. Trudeau lundi, lorsqu'il a été questionné sur le litige diplomatique. «Nous veillerons à ce que ce message soit clair en public et en privé. Mais, bien sûr, nous cherchons à améliorer nos relations tout en restant fermes sur nos valeurs.» (4)

La diversion
Revenant sur la diversion saoudienne Jamal Mohsen Aflak énumère tous les manquements saoudiens aux droits de l'homme constamment bafoués. Il écrit: «Quant à la déclaration timide du Canada à propos de ses préoccupations concernant les droits de l'homme en Arabie saoudite, elle ressemble beaucoup à un show raté et insensé. Comme c'est étrange que le Canada s'inquiète aujourd'hui du non-respect des droits de l'homme en Arabie saoudite! Ce monde libre ne voyait-il pas toutes les violations des droits de l'homme les plus basiques en Arabie saoudite? Est-il possible que ce monde ne savait pas qu'une personne en Arabie saoudite pourrait être condamnée à 1 000 coups de fouet et jetée en prison pour un seul vers d'un poème? Il ressort clairement de cette annonce qu'il faut occuper la presse avec une bataille diplomatique que l'Arabie saoudite prétendra avoir gagnée après l'échec de son agression contre le Yémen, malgré les massacres sauvages pratiqués par l'Arabie saoudite en assassinant quotidiennement des enfants. Les images des enfants yéménites déchiquetés ne sont pas parvenues au «monde libre» ni aux professionnels du verbiage humanitaire qui s'inquiètent timidement de la violation des droits de l'homme en Arabie saoudite. Affamer tout un peuple est un crime contre l'humanité qui ne nécessite pas beaucoup de documentation et de recherche pour le prouver. La coalition de l'agression contre le Yémen considère l'assassinat d'enfants comme une victoire, car elle commet ces crimes avec des bombes américaines, israéliennes et françaises et le centre de ses opérations est dirigé par des officiers anglais et américains. Et nous ne serions pas étonnés d'apprendre que des officiers des gangs sionistes mènent cette guerre contre le Yémen et son peuple.» (5)
L'auteur explique comment la couverture médiatique est utilisée comme contre-feux en rameutant tous les pays qui lui sont obligés comme l'Egypte -dollars obligent- et même d'une façon incompréhensible l'Algérie dont on se demande pourquoi s'aligner dans le mal alors que l'Algérie avait eu une position normale en votant contre l'exclusion de la Syrie de la Ligue arabe: «Dans quelle mesure la couverture médiatique de ce simple commentaire canadien est-elle choquante? Dans un tweet, un journaliste arabe a écrit, et je le cite: «L'Égypte envoie un message ferme et énergique au Canada, refusant son ingérence dans les affaires intérieures de l'Arabie saoudite. La Jordanie et le Soudan se joignent à de nombreux États du Golfe qui rejettent l'arrogance canadienne. Ces positions sont un message à l'Occident; à partir de maintenant, la nation ne permettra plus d'interférence dans ses affaires et n'acceptera rien de l'étranger.» (5)
Allant dans le détail, l'auteur énumère les travers de la politique erratique de ce pays, notamment en sacrifiant la cause palestinienne: «Et là, nous devons crier haut et fort: de quelle nation parlez-vous? Et qui est cette nation qui ne permettra pas d'ingérence dans ses affaires? Est-ce la même nation qui fait la promotion du 'deal du siècle'' pour mettre fin à la cause palestinienne et annuler le droit au retour et faire des gangs sionistes une réalité à laquelle nous devons adhérer? Est-ce la même nation qui a vendu la Palestine et n'a pas pu empêcher Trump de transférer son ambassade à Jérusalem occupée? N'est-ce pas la même nation qui a approuvé la destruction de l'Irak et la tuerie d'un million d'enfants irakiens? N'est-ce pas cette nation qui a pris la décision historique d'accorder une couverture internationale et légale pour détruire la Libye, tuer son peuple et la diviser? Est-ce la nation, dont parle ce grand journaliste, qui a qualifié la guerre de juillet 2006 d'aventure et a demandé à l'entité sioniste de détruire la force de résistance, a tourné le dos et n'a pas condamné, même avec de simples mots, le massacre de 'Qana 2''? Est-ce la même nation qui bénit le meurtre de civils au Yémen et applaudit le succès des avions d'agression en bombardant les écoles et les quartiers populaires? Ou est-ce la nation qui a soumis le dossier syrien au Conseil de sécurité et réclamé le bombardement du peuple syrien et la destruction de la Syrie, alors que c'est cette nation qui a gelé l'adhésion de la Syrie à la Ligue arabe et a essayé de faire de même à l'Organisation de la Conférence islamique, la même nation qui a assiégé Damas et a tenté de tuer la vie en elle, la nation qui a exporté le terrorisme et l'a publiquement financé, alors que leur désaccord n'a porté que sur la «proie», comme l'a déclaré l'ancien ministre des Affaires étrangères du Qatar?» (5)
«La préoccupation canadienne 'théâtrale'' arrive trop tard et n'est rien d'autre qu'une bulle médiatique pour que la presse se vante ultérieurement de la victoire de l'Arabie saoudite sur le Canada dans sa bataille diplomatique. Le monde entier sait que l'Arabie saoudite est l'usine du terrorisme et il n'est pas nécessaire d'embellir le tableau. Les Wahhabites ont détourné l'islam, créé Al-Qaïda, Daesh et Al-Nosra et soutenu toutes les organisations terroristes qui protègent les intérêts de l'entité sioniste dans la région.» (5).

Alignement insolite de l'Algérie
L'Algérie vient de prendre position dans la crise diplomatique qui oppose l'Arabie saoudite au Canada. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères rappelle, en effet, que «des relations fraternelles profondes lient l'Algérie et le Royaume d'Arabie saoudite», en guise de conclusion à un appel aux deux pays à «se conformer dans leurs relations étrangères aux principes du droit international et à la Charte des Nations unies, notamment en ce qui concerne le respect de la souveraineté des Etats et la non-ingérence dans leurs affaires intérieures». Le message est clairement adressé au Canada, quand bien même il est voilé dans une tournure diplomatique. (...) Pourtant, l'Arabie saoudite, qui nous a exporté son idéologie extrémiste, matrice du terrorisme islamiste qu'elle a financé et entretenu en Algérie, a longtemps penché pour son ancien allié marocain avant de tourner casaque pour des raisons d'intérêts géostratégiques. Riyadh a durant de longues années financé l'armée de Mohammed VI qu'elle a équipée auprès des Etats-Unis. La position officielle de l'Algérie ne reflète, en tout cas, pas l'opinion de la rue algérienne vis-à-vis du régime des Al-Saoud qui a fait preuve de lâcheté dans le dossier palestinien. L'affaire de la banderole brandie par des supporters à Aïn M'lila et la réaction violente des Saoudiens est encore vivace dans la mémoire des Algériens, qui ont vu dans les plates excuses présentées par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et les sanctions prises contre les supporters, une soumission aux monarques hypocrites du Golfe.» (6)
Nous continuons à nous arrimer à un pays qui n'a apporté au pays que des avanies. Mieux encore on apprend que: «Le ministère de l'Intérieur saoudien a révélé une vaste opération de renvoi des ressortissants étrangers vivant illégalement sur le sol du Royaume wahhabite, Selon les médias saoudiens, pas moins de 9 800 Algériens vivent clandestinement sans papiers de résidence en Arabie saoudite. Cependant, le ministère de l'Intérieur saoudien a révélé que 3000 «sans-papiers» algériens ont été déjà conduits aux frontières et renvoyés dans leur pays, alors que les autres «attendent l'achèvement des procédures de voyage et la récupération de leurs passeports». (...) Une montée de xénophobie s'est emparée du pays après une proposition à la discussion au Majlis Al-Choura par son membre Sadaqa Al-Fadhel, d'une mesure restreignant le travail des étrangers dans le pays (7).

Conclusion
Comment pouvons-nous allier qui est responsable indirectement de la décennie noire, les rares Algériens qui sont dans ce pays sont considérés comme des moins que rien. C'est d'ailleurs le cas de l'affection de tous les pays du Golfe envers l'Algérie.
Le Qatar supprime le visa pour tous les pays occidentaux, mais pas pour les Arabes maghrébins. Et c'est ce pays que nous soutenons contre un pays qui a accueilli plus de 100.000 Algériens! L'hubris de ce pays qui n'a rien prouvé, mais qui terrorise son monde est d'empêcher la paix au Moyen-Orient.
Sa bête noire, Damas, fait qu'il a pu exclure ce pays de la Ligue arabe avec la complicité d'Al Sissi qui a fait de cette caisse de résonnance une propriété privée. Cependant, le mur de la honte se fissure; ainsi on apprend que la Jordanie défie Riyadh et reprend graduellement ses relations avec Damas: «Le président de la Chambre de commerce de la Jordanie a fait part de la participation d'une délégation de 80 hommes d'affaires au Forum économique de Damas. 'Une délégation économique de 80 hommes d'affaires participera au Forum économique mondial qui se tiendra à Damas le prochain mois''», a affirmé al-Aïn Naël al-Kabariti, président de la Chambre du commerce de la Jordanie..(...) «La Jordanie revêt une importance stratégique cruciale et est considérée comme l'une des voies les plus importantes vers la Syrie. C'est pourquoi on s'attend à ce que ce pays joue un rôle stratégique dans la reconstruction de la Syrie.» (8)

1.http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/23/01003-20180423ARTFIG00151-yemen-des-raids-aeriens-font-au-moins-20-morts-lors-d-un-mariage.php
2.http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/13/01003-20180813ARTFIG00275-yemen-une-salle-guerre-pour-le-ministre-emirati-des-affaires-etrangeres.php
3.http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/10/01003-20180810ARTFIG00156-yemen-des-dizaines-d-enfants-tues-l-onu-et-les-etats-unis-reclament-une-enquete.php4. 4.https://lactualite.com/actualites/2018/08/13/les-relations-ne-sont-pas-rompues-entre-ottawa-et-riyad-assure-justin-trudeau/
5.Jamal Mohsen Aflak https://reseauinternational.net/aujourdhui-la-turquie-economiquement-et-larabie-saoudite-avec-les-droits-de-lhomme/14 août 2018
http://www.al-binaa.com/archives/article/195187 traduit par Rania Tahar
6.https://www.algeriepatriotique.com/2018/08/09/conflit-entre-larabie-saoudite-canada-lalgerie-prend-position/
7.https://observalgerie.com/actualite-algerie/societe/immigration/larabie-saoudite-compte-expulser-milliers-de-papiers-algeriens/
8.http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i69632-syrie_la_jordanie_défie_riyad 16 août 2018

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha