Les jeux dangereux

Une grave catastrophe alimentaire menace la région du Darfour au Soudan, où près de 10.000 personnes sont mortes dans le conflit qui oppose les rebelles aux milices gouvernementales soudanaises. C´est vrai que l´attention du monde entier est pointée sur ce qui se passe en Irak, sur le procès de Saddam Hussein et les menaces du chef d´Al Qaîdan Zerqaoui. Le Darfour ne fait pas vendre les journaux, alors on n´en parle pas. Ce n´est donc qu´à l´occasion du sommet de l´Union africain à Addis-Abeba que le problème est évoqué. Presque passé sous silence dans les interventions des chefs d´Etat africains, notamment celle du président sortant Alpha Oumar Kounaré qui s´est livré à des envolées lyriques pour chanter les vertus de l´Afrique, le drame du Darfour a fort heureusement été évoqué en des termes très forts par le secrétaire général de l´ONU, Kofi Annan. «Les violences contre les civils du Darfour pourraient être le prélude à «une catastrophe humanitaire encore plus importante», a-t-il déclaré, rappelant au gouvernement soudanais son devoir sacré de protéger ses citoyens et aux groupes rebelles leur responsabilité de respecter le cessez-le-feu et de travailler avec le gouvernement pour mettre un terme pacifiquement au conflit. Le secrétaire général de l´ONU a également exprimé sa préoccupation par rapport aux récents regains de violence et les violations des droits de l´homme en République démocratique du Congo ; à l´instabilité qui se poursuit en Côte d´Ivoire et à la tension persistante entre l´Ethiopie et l´Erythrée.
D´une façon cyclique, la population de l´Afrique est victime de famines et de disettes. Que ce soit en Ethiopie au milieu des années 80, à la région du Sahel ensuite, puis à la Corne de l´Afrique au milieu des années 90 ou encore tout récemment dans la région des Grands Lacs, les guerres, la sécheresse, une mauvaise gouvernance, mais aussi la corruption, les malversations sont la cause principale de ces disettes à répétition qui font des dizaines de milliers de victimes.
Quant à Jacques Diouf, directeur général de la FAO, il a déclaré que l´Afrique compte 207 millions de personnes, soit 26 % de la population africaine totale, qui ne pouvaient pas manger à leur faim durant les années 1999/2001, ajoutant que sur 32 pays du monde qui souffrent de pénurie alimentaire, 24 se trouvent en Afrique.
Des chiffres qui sont parlants et qui se passent de commentaire.