Accueil |Chroniques | Escale |

Gros lot

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La manière la plus cool d´aborder le mois d´août reste celle de prendre l´avion pour convoler en justes noces, de l´autre côté de la Méditerranée, après qu´une beurette ait demandé votre main. Vous pouvez alors considérer que vous avez décroché le gros lot. Vous obtenez tout à la fois: le visa, les euros, la carte de séjour et le droit au travail qui va avec. Trois en un, comme dit la pub pour les shampooings: le lavage, l´après-lavage et la mise en plis. Il paraît que c´est le rêve le plus fou de nombreux Algériens, voire Maghrébins pour avoir une vue d´ensemble. Certains en font un métier. Ils s´arrangent pour mettre les pieds dans l´Hexagone, et puis il se mettent en chasse de la belle aux bois dormant. Il existe même, paraît-il, des officines, voire des entremetteurs ou entremetteuses spécialisés dans l´organisation de mariage à blanc entre un Algérien d´ici et une beurette de là-bas. On peut déjà, en partant d´ici, avoir une proie: une cousine, une correspondante, une rêveuse qu´on a piquée sur le net en chattant. Une conquête de là-bas vaut son pesant d´or. On peut aussi tomber sur une fille de l´espace Schengen: Espagnole, Italienne, Portugaise pour les Latines, ou Danoises pour les Nordiques. Les autorités françaises ne sont pas dupes. Elles multiplient les contrôles pour débusquer les faux mariages. Mais en réalité elles se laissent souvent prendre. Avec la liberté des moeurs, les Pacs, les concubinages, tous ces couples d´un jour qui se font et qui se défont, elles ont l´impression d´attenter à la liberté des gens.
Alors elles laissent faire, surtout que l´argument de l´intégration à la française a ses adeptes et que la loi, quoiqu´on dise, reste permissive et protège plus les individus et la vie privée des gens que les institutions. Certains n´hésitent pas à jouer les gigolos, et se font entretenir. C´est un aspect de leur personnalité qu´ils aiment cultiver comme d´autres cultivent leur potager: il y a toujours des fruits à cueillir et des légumes à arracher : qu´il soit vert ou blet, qu´importe. L´essentiel est qu´il fasse ventre. Mais, lorsque vous tombez sur le gros lot, votre vie bascule du bon côté. Vous pouvez crier yaou ! pousser des youyous, danser la danse du scalp autour de la dulcinée. Vous êtes sûr que vous avez mangé votre pain noir et que la dèche est derrière vous. Fini de tirer le diable par la queue.
Si vous savez garder les pieds sur terre, vous prenez le chemin de l´atelier et du boulot juste après les noces. Lorsque les conditions s´y prêtent, vous faites un saut au bled pour présenter votre épouse à la famille et aux amis, mais si vous êtes un fêtard invétéré, vous enterrez votre avenir en même temps que votre vie de garçon. L´exil, dirait cheikh El Hasnaoui, a la dent dure. Elle ne pardonne pas à ceux qui se laissent guider par leur seul plaisir. Quoiqu´on dise, la France, qui est un pays de vieux, a besoin de la venue de ce sang neuf pour régénérer la population. On le voit bien dans les documentaires ou aux infos : les gosses qu´on nous montre à l´école, sont en général des petits beurs ou des petits blacks. Ce sont les Français de demain. Mais l´émigration clandestine place les nouveaux arrivants dans une situation de marginalisation sans nom. La dèche, le travail au noir, parfois les nuits glaciales dans les bouches de métro, ce n´est pas la vie en rose. Il faut vraiment ramer pour sortir la tête de l´eau. Malheureusement, ni vos diplômes, ni votre sérieux ne peuvent vous sortir de cette mouise. Un mariage à blanc, si! Mais si, par hasard, ou par bonheur, l´amour vient à pointer le bout de son nez, surtout sous la forme d´un petit bambino, alors c´est le bouquet.
Bonnes vacances!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha