Les bases du football

Pratique du football, se conjugue chez nous avec pratique du paradoxe. Au moment où certains de nos clubs réalisent des performances appréciables au niveau international, notre sélection «A», «renforcée» par des pros, 80e au classement FIFA, peine à domicile, face à la Libye, classée 17 places derrière. La sélection espoirs (moins de 23 ans), est, quant à elle, balayée au stade du 20-Août par son homologue d´Ethiopie (91e). Cette équipe, censée être l´antichambre de la «A», est pratiquement éliminée des qualifications des JO 2008 de Pékin. C´est un fait nouveau, mais ce n´est pas une nouveauté! Les éliminatoires devaient aussi lui servir de préparation pour les Jeux africains d´Alger. Depuis plus d´un quart de siècle, nos sélections de jeunes sont régulièrement éliminées des compétitions internationales. Nos responsables du football, pourtant investis du pouvoir de décision et d´application, dissertent allégrement sur l´importance primordiale des petites catégories d´âge, dans les clubs, et dans les sélections. Mais, aussitôt dit, aussitôt oublié. La réalité du terrain est là. Le constat est amer. L´argent coule pourtant à flots. Des entraîneurs étrangers sont réclamés, sollicités à grand battage médiatique. Toujours pour le haut, jamais pour le bas ouvert, lui, à tous les vents. C´est la valse à un tour et puis s´en va. La sélection humiliée à Alger était programmée pour participer et, autant que possible, gagner le tournoi des Jeux continentaux de juillet prochain à Alger.