Les turbulences du sport

Des violences en relation avec le football ont eu lieu un peu partout dans le monde. Certains pays du Vieux Continent ont vu leurs compétitions nationales être gravement affectées.
La prestigieuse Ligue des champions européens elle-même, n´a pas été épargnée. En certains lieux, il a été signalé de nombreux blessés et surtout mort d´homme.
La violence touche l´ensemble des pays qui réservent au football une place prépondérante dans leur société. Ce sport de masse que «les élites» adoptent volontiers dès que des résultats flatteurs sont escomptés, a été élevé au rang de sport-roi. Malheureusement, au fil du temps, la violence est devenue sa fidèle compagne. Phénomène devenu récurrent, elle a des origines multiples. Elles varient, dans leurs formes et leurs expressions, en fonction des lieux, des systèmes et des cultures. Pour beaucoup de chercheurs, leur dénominateur commun est le «fric» qui régente nos sociétés et qui en conditionne toutes les activités.
Les sommes importantes, voire colossales, mises en jeu, attisent les convoitises et aiguisent les conflits d´intérêt. Elles exacerbent les ambitions et ouvrent la voie à la démesure et aux débordements.
Des troubles surviennent aussi à cause d´une organisation sportive défaillante, ou d´un programme inadapté, non maîtrisé ou mal géré.
L´inadéquation entre l´argent déversé, les espoirs surréalistes incrustés au sein de supporters en quête d´évasion, la mauvaise qualité du spectacle ou des résultats, sont de parfaits détonateurs.
La prise en charge responsable des activités sportives permet de limiter les dégâts, de les circonscrire et même de les éviter. C´est pourquoi, il est plus que nécessaire de veiller au grain en veillant au strict respect des normes pour les activités sportives, leurs infrastructures et surtout en prenant sérieusement en charge les jeunes, bien souvent livrés à eux-mêmes.