Le rêve et la réalité

La sélection nationale de football risque d´être absente de la phase finale de la CAN 2008 qui se disputera en janvier prochain au Ghana. Elle était pourtant bien placée pour être parmi les premiers qualifiés.
C´était avant le match de samedi contre la Guinée. Rendez-vous important, totalement différent de celui de Barcelone.
La rencontre avec l´Argentine tomba du ciel. Elle dévoila toutes les facettes de cette sélection, ses qualités, ses défauts, ses possibilités de progression.
Malgré la défaite et des buts marqués par des défenseurs, ce fut l´euphorie. Malgré les lacunes dans le jeu offensif, elle réveilla des rêves merveilleux inachevés. L´Espagne....1982...l´Allemagne....
Le raccourci fut vite pris, malgré les mises en garde. Le rêve est gratuit, il annule les frustrations. Pour un temps, malheureusement! Il fallait revenir sur terre pour replacer les choses et les événements dans leur contexte, dans leur réalité.
La rencontre contre l´Argentine était un match de préparation, sans enjeu. Elle devint un match de prestige parce que face à la sélection algérienne, il y avait une formation constellée d´étoiles, se situant aux avant-postes dans le classement mondial. C´était différent d´un match éliminatoire d´une importante compétition mondiale au résultat déterminant.
Tout différenciait les deux rendez-vous, la préparation, l´approche, la confrontation en dehors et sur le terrain. Les rêves ne durent qu´un temps. Au réveil, il y a la réalité, les faits, les actions, les défis à relever, les objectifs à réaliser. Une rencontre ne peut se gagner, ni se perdre à l´avance, sur le papier, en théorie, même en comptant sur un immense stade totalement acquis. Sur le terrain, c´est différent. On s´aperçoit alors que damer le pion à Messi et ses frères, n´est pas une fin en soi et ne mène ni au Ghana en 2008, ni en Afrique du Sud en 2010.