Niveau et mesure

Le rideau vient de tomber sur les compétitions nationales des clubs. Le match de coupe a confirmé l´indigence de notre football. Hormis quelques hirondelles qui, malheureusement, ne font pas le printemps d´un sport roi à la situation peu reluisante. Pratiquement, au même moment où s´achevait la compétition des clubs chez nous, démarrait au Canada la phase finale du Mondial des moins de 20 ans. Notre sélection (?) y brille encore par son absence. C´est pareil pour celle des moins de 17 ans. Elle aussi sera absente du Mondial organisé cette année en Corée du Sud. Ce qui est le plus désolant, pour ne pas employer un qualificatif plus fort, c´est que ces sélections n´atteignent même pas la phase finale de leurs championnats d´Afrique respectifs. Elles ont pris un abonnement longue durée à l´élimination au premier tour. Dans l´histoire de notre football, et ce n´est pas réjouissant de l´écrire, il est inscrit une seule présence d´une sélection de jeunes à la phase finale d´une compétition d´envergure continentale et mondiale. Cela fait longtemps! Bien longtemps! Presque 40 ans.
C´est dire l´indigence d´un football qui ne pense pas. Qui n´avance pas. Qui ne travaille pas à renouveler ses composantes du terrain de jeu. Ailleurs, c´est la bousculade et l´auberge espagnole. La sélection espoirs, qui prépare les Jeux africains, vient de perdre à Tunis. Les responsables disent qu´elle est l´antichambre de la sélection «A». Son entraîneur a un contrat de 3 mois. Son adjoint, plus ancien que lui avec l´équipe, aurait, aux dernières nouvelles, jeté l´éponge. C´est dire combien et comment on pense à l´avenir dans notre sport roi. Depuis la catastrophe face à la sélection de Guinée, des responsables du football se réveillent pour déclarer, toute honte bue, qu´en fin de compte, l´objectif principal pour eux, c´est la participation en 2010, à la phase finale de la Coupe d´Afrique des nations et à la Coupe du monde. Coupe du monde qui se jouera sur notre continent, pour la première fois. Ces mêmes responsables devraient savoir que notre pays occupe une place et un rang de choix en Afrique. Peut-on, un seul instant, imaginer l´absence de notre sélection à pareil événement? Pendant ce temps, on continue à réclamer et à dépenser de l´argent, sans mesure. La minuscule Gambie, que la sélection «A» rencontre prochainement en vue d´une problématique qualification, est présente, elle, au Mondial des moins de 20 ans.