{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La France lance son service VOD anti-Netflix

Face à la concurrence de l’opérateur de vidéo à la demande américain, Netflix, la France lance son propre service VOD : Salto. Ce projet, né d’une initiative commune des Groupes France Télévisions, M6 et TF1, consiste à créer un service audiovisuel en ligne qui, notamment distribuera les offres de direct et de rattrapage des chaînes de la TNT en clair, éditées par les parties, tout service de télévision et/ou Smad d’éditeurs tiers que Salto pourrait décider de reprendre, selon sa ligne éditoriale et éditera une offre de vidéo à la demande par abonnement (VàDA). Salto permettra de mieux rentabiliser les investissements des trois groupes audiovisuels dans les programmes, en leur assurant une fenêtre d’exposition supplémentaire, alors même que le marché publicitaire télévisuel serait sous tension, du fait de la concurrence forte d’acteurs numériques étrangers non régulés et très puissants, comme Google et Facebook. Le lancement de l’offre commerciale de Salto est prévu au premier trimestre 2020. L’offre de l’audiovisuel français a reçu un feu vert «sous conditions», a annoncé lundi dernier l’Autorité de la concurrence. Le lancement de l’offre commerciale est prévu au premier trimestre 2020.Ce projet d’alliance est dans les tuyaux depuis juin 2018. La plateforme Salto, payante mais sans engagement, sera accessible via les téléviseurs connectés, les smartphones ou autres tablettes. Elle proposera à la fois les flux des chaînes en direct, mais aussi les programmes en rattrapage ainsi que des services de vidéos à la demande.Dans un communiqué, l’Autorité de la concurrence précise que les trois groupes devront se soumettre à une série d’engagements visant notamment à prévenir tout risque de «coordination» dans l’acquisition de droits, en particulier de programmes français. Les groupes devront également «limiter les possibilités de promotion croisée entre leurs chaînes et la plateforme Salto».Annoncée en juin 2018, cette alliance inédite avait été présentée, dans un premier temps, aux autorités de la concurrence européennes, qui avaient décidé de transmettre le dossier au régulateur français, allongeant ainsi le processus de validation. Le CSA avait donné son feu vert au projet mi-juillet. L’opération envisagée passera par la création d’une société détenue en commun par les trois groupes de télévision. Il s’agit d’une démarche sans précédent pour France Télévisions, TF1 et M6 — trois groupes aux statuts différents (deux privés et un public) et qui se battent entre eux au quotidien pour capter les téléspectateurs. Reste à savoir quel contenu va diffuser ce service français sachant que plus de 90% des contenus des chaînes françaises sont américains ou européens. De plus, Canal+ ne s’est pas associé à cette démarche, puisque la majorité de ses contenus sont d’exclusivité américaine.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours