Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 18 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 34 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 24 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 24 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Dahbia: en or, le verdict

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Blessée dans son «honneur», la voisine incite ses voisins à la violence. Résultat: les quatre sont en taule et pour un bon bout de temps.

Dans cette histoire de rixe, Dahbia S. est inculpée. Quatre inculpés donc, au milieu desquels, Maître Benouadah Lamouri défendait les intérêts de la dame. Une dame au casier vierge, détail qui sera largement développé par le défenseur de Dar El Beïda (Alger), car il a estimé que cette rixe a mis en scène quatre voisins à des tenants, des précédents de provocations multiples. «Dahbia était à bout de nerfs», a sifflé l´avocat qui a ajouté, d´emblée que la décision de l´emboîter le jour des faits, était en elle-même...irréfléchie: «On n´a pas idée à incarcérer une mère de famille qui a usé de la légitime défense» avait aussi marmonné le conseil que Selma Bedri, la présidentes avait prié de faire court, bref car pour elles les faits étaient clairs et sans commentaires pouvant faire perdre son temps au tribunal.
Le fait est que cette juge du siège est très sévère lorsqu´il y a des coups et blessures volontaires et pire, une attaque en règle contre le domicile de la victime dont le fils voulait simplement roucouler avec la «papita» de seize ans.
D´ailleurs, Maître Lamouri lors de ses nombreuses questions assez bruyantes, avait mis au défi la mineure de dire qu´elle avait été harcelée une seule fois: «Elle est montée à chaque fois qu´il l´avait invitée», a dit haut et fort le défenseur qui savait ainsi que sa cliente avait incité au désordre et participe à la destruction partielle du logement sis à «El Jazira» des Eucalyptus.
La présidente n´avait eu de cesse de rappeler ces graves faits et lors de la mise en examen, elle a condamné par défaut la...victime touchée au rein et poursuivie, elle aussi, pour coups et blessures volontaires (le dossier est en cours d´instruction). Révoltée, car estomaquée, Bedri avait franchi la haie d´un conseil brûlant:
«Gardez vos enfants empêchez-les de fréquenter les adultes pour ne pas finir à la barre, à court d´arguments de défense.» Dahbia, divorcée avec sur les bras quatre enfants, faisait peine à voir lorsqu´elle voulait justifier l´appel au «meurtre» car le déshonneur frappait «à ma porte. C´est pourquoi j´ai incité à la punition de la victime qui a trois ans de plus que ma fille.» Ces déclarations ont suffi pour que Bedri ouvre une grande parenthèse sur l´incitation aux coups et blessures volontaires et, plus grave, à la destruction partielle de l´appartement que les occupants avaient eu du mal à obtenir, car ils avaient vécu longtemps dans des gourbis.
La bonne dame avait, entre-temps, baissé la tête, les paupières et les épaules, abattue qu´elle était probablement par le remords d´avoir ameuté ses proches et d´être entré de plain-pied dans les délits pour lesquelles Fethia Benghanem, la représentante du ministère public avait requis une rude peine d´emprisonnement ferme de trois ans! A suivre les débats, nous avions perçu que ces quatre inculpés primaires allaient écoper d´une lourde peine, car les faits, le drame, les larmes, les bobos, les blessures, les cris étaient encore chauds. Donc, comme tout magistrat conscient de l´enjeu d´une peine légère peut mener loin. Alors, autant les laisser à l´ombre le temps que les esprits se calment. Et connaissant l´état d´esprit de cette jeune présidente de la section correctionnelle d´El Harrach, cette supposition est tout à fait plausible. N´empêche que les esprits se chauffent pour un moins que rien. Que penser alors de cette Dahbia qui a senti que son honneur avait été bafoué par cet ado de voisin qui a réussi à détourner sa fille mineure et qui, au lieu de déposer plainte pour détournements de mineure ou, mieux retenir sa «chaude» enfant, au lieu de se faire justice et s´adonner à des actes barbares, être prise, entendue, incarcérée, jugée et condamnée à une lourde peine car la justice est aveugle: veuve, seule ou pas, Dahbia est actuellement en train de broyer du noir aux «Quatre Ha» alors que la mineure, elle est dehors tout comme le jeune coureur de jupons. Voilà ce que cela donne pour avoir voulu jouer au...justicier! Avis aux amateurs...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha