Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Deux en un

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Deux femmes sont adversaires à la barre. Lune delles a pris pour avocat le fougueux et perspicace Maître Benouadah Lamouri. Alors là, on ne vous dit pas...

La cliente de Maître Lamouri sétait bien comportée lors de sa comparution pour deux délits que son rusé davocat avait tenté de démolir par des arguments puisés directement dans le puits «Code de procédure pénale»
En effet, il est nettement apparu que le dossier na rien laissé apparaître comme suspicion ou encore faits et gestes dénoncés vivement et avec beaucoup de conviction face à Mohammed Tahar Belkadi, le président de la section correctionnelle du mardi du tribunal de Rouiba (cour de Boumerdès) qui a pour «tic» de laisser toutes les parties sexprimer sauf sil sent le dérapage.
Linculpée a dabord introduit une mise au point beaucoup plus proche du sentiment que du droit pur. «Cest une soeur pour moi» avait-elle clamé en parlant de la victime en assurant de suite quelle avait beaucoup aidé...
Pour la victime, cest au contraire, elle qui lavait accompagnée à la mosquée du coin où une quête avait été organisée.»
-Non, Monsieur le président, coupe la victime qui jure que «la veille du procès, cest-dire hier, elle est venue me proposer la coquette somme de cinq millions de centimes pour que je retire la plainte. Ouahiba Chebaïki, la procureure, elle, intervient pour remettre la locomotive sur les rails:«Le ministère public est ahuri de voir ces deux adversaires user et abuser des termes de: «soeur-aide-quête et autres offres dargent. Il y a deux délits, restons-y, point à la ligne.»
Leau étant jeté sur le brasero rouge, les débats reprennent plus sereinement. En abordant les coups et blessures, la victime a rappelé quelle avait dans le dossier un certificat médical de six jours. Elle va jusquà demander la requalification des faits autour du vol et les coups et blessures volontaires. Elle veut même se constituer partie civile et réclame sa bague ou sa valeur: trois cent mille dinars de dommages et intérêts. Maître Lamouri reste bouche bée devant ces demandes et suit les demandes de Chebaïk: «Dix- huit mois de prison ferme et cent mille dinars damende!» en battant des cils. Puis cest lavocat de Dar El Beïda flanquée de Maître Nacéra...Lamouri qui entre en jeu en allant droit, lui aussi, en plein coeur de laffaire. «Que croyez-vous, Monsieur le président, que ma cliente est un agresseur et une voleuse sans coeur? Elle aussi a été victime de coups et blessures volontaires. Oui, elle a été agressée. Il y a une plainte pour coups et blessures volontaires. A propos du vol, on a parlé daveux, où sont les preuves? Il ne suffit pas daccuser. Il faut du palpable!» a sifflé le vieil avocat qui venait par là, planter des banderilles, histoire de ramener la couverture et surtout avec le secret espoir que le président ait suivi cette tirade, une tirade bâtie sur le manque de preuves, sur la conviction que sa cliente est une dame au grand coeur, elle-même victime et même doublement. A noter que durant la plaidoirie du défenseur, Chebaïki, la parquetière avait, un oeil sur tout ce qui se disait, surveillant un éventuel mot de provocation lâché par le conseil connu pour être un véritable épouvantail et le spectre du ministère public là où il plaide et surtout lorsquil plaide!
Mohammed Tahar Belkadi est ramassé comme une boule de laine, une boule prête à voir son fil défiler autour dun incident ou tout autre malentendu. Rien de tout cela ne sera relevé. Ile ne restera plus quà linculpée à prononcer le traditionnel et dernier mot conféré par la loi. Pourtant, cette même loi donne la possibilité de voir lavocat de linculpé de le dire. Et cest avec plaisir que Maître Lamouri savancera du juge une énième fois pour clôturer ce dossier: «Monsieur le président, vous avez tout entendu. La défense a tenté de jouer son rôle sacré et sucré de partenaire de la justice. Et cest dans ce contexte que nous réclamons la relaxe. Et une relaxe, SVP, même pas au bénéfice du doute» conclut le défenseur qui prend acte de la mise en examen du dossier, un dossier où il y avait deux trucs en un! Ouf!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha