Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 36 °C
32
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 15 °C Max 21 °C
39
 Biskra Min 20 °C Max 27 °C
28
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 14 °C Max 24 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 31 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 20 °C
39
 Mila Min 16 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 20 °C Max 28 °C
32
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

OÙ LES MAUVAISES FRÉQUENTATIONS MÈNENT...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le proverbe arabe dit bien que celui qui rôde près du son, est picoré par la volaille...

Les mauvaises fréquentations mènent à tous les coins à condition de savoir s'en sortir une fois les ennuis pointant leur nez! Les fréquentations des mineurs sont sévèrement punies par la loi car c'est certainement l'entraînement à la débauche le redoutable article du Code pénal. Quelle mouche a donc piqué cette jeune ado de la banlieue d'Alger qui a fugué durant quatre longues journées? Sa maman ne saura rien de cette disparition ni de son retour. La juge aussi. Un procès unijambiste car la prévenue était absente...d'esprit, même si son frêle et menu corps était bien là, à la barre, par la bouche de Hassan S. entendue sous le statut de...victime. Quel caviar! La justice a des dédales d'où les malins peuvent s'en sortir.
Hanane S. A. tout juste 17 ans. Elle comparaît devant la présidente de la section pénale en qualité de victime d'entraînement à la débauche. La jeune fille est «caméra woman» couvrant les fêtes. Résidente à Baraki (Alger), elle est évidemment appelée à filmer un peu partout les cérémonies. «Dites donc un peu, Hanane, que s'est-il passé durant quatre jours et quatre nuits? Où étiez-vous passée, alors que votre maman se démenait plus qu'un beau diable pour retrouver une piste?» demande sans ponctuation presque, la juge qui ne cesse de regarder tantôt la victime, tantôt la maman tant la différence de «mines»...est effarante.
En effet, l'assistance a constaté que c'est plutôt la mère qui fait jeune dans une tenue noire sobre, contrastant bizarrement avec les traits d'une Hanane vieille, vieille, vieille, à en perdre haleine. Il est vrai que le savon passé par la mère d'abord, les services de police ensuite et aujourd'hui la magistrate, déforme tous les plus beaux minois, aussi fins fussent-ils! Ajoutez de grosses cernes noires, plus noires que la chevelure, les cils et les sourcils et vous serez édifiés. La victime explique qu'une dame de 28 ans l'avait invitée à une fête.
«Vous connaissiez cette femme?» demande soudain la présidente à la maman qui répond par la négative, cette «Hasnia» aujourd'hui jugée par défaut et contre qui la représentante du ministère public requiert un deux ans de prison ferme appuyé d'un mandat d'arrêt, histoire que la mère continua son récit au cours duquel elle a appris au tribunal qu'elle avait cherché longtemps sa fille et qu'elle avait eu une petite et «sûre» info selon laquelle elle avait été aperçue du côté de Baïnem-Bab El Oued. «J'avais presque campé. J'ai tapé à toutes les portes «louches» du coin. J'ai attendu ma fille jusqu'au quatrième jour. J'avais le pressentiment qu'elle était dans le coin et que je respirais le même air qu'elle. Il est vrai que la peur d'un crime m'avait quittée mais une autre frayeur m'habitait. Je ne savais pas si ma fille était encore intacte sauve!» avait récité la «mama» sur un ton monocorde. La présidente saisit la balle au bond: «Elle a été voir un médecin? Ça va?». La réponse est oui. Le visage de la mère est radieux. Celui de sa fille est affreux, outre les rides indescriptibles, des cernes persistantes, des taches grises et «brunes» donnent encore plus l'impression que cette teen-ager est une vieille fille au bord du désespoir. La présidente en a eu pour son dossier. Elle condamne Hasnia à une peine de prison ferme de un an pour incitation de mineure à la débauche. Hanane n'a même pas saisi le sens d'un verdict prononcé à l'encontre d'une inculpée absente. Elle sait par contre que d'après le regard de feu lancé par la maman, elle doit s'attendre à recevoir un sermon sans aucun serment. La maman l'a dit à la barre: «Nous sommes une famille propre, respectable. Elle ne manque de rien. Elle m'a balancée une telle trouille, je vous jure que...
-Non, non madame. Ne jurez de rien. Vous risquez gros. Il ne faudrait pas préparer le terrain à une seconde et peut-être fatale fugue. Soyez sage!» coupe la présidente...
En tout cas, elle l'a échappé belle sur tous les plans, tant mieux pour une de nos filles qui a tout de même le mérite de bosser caméra au poing. Et ce qui lui est arrivé fait partie des risques du métier, mais tout de même avec sa fragile «carcasse», elle ne fait pas son âge. Elle peut même passer pour une collégienne vue de dos, mais de face et seulement le visage, elle fait une «prof de sciences», en pleine carrière perturbée par des heures de recherches, de veille, de courses vers les moyens de transport et même s'empiffrant de casse-croûtes préparés à la va-vite dans des conditions d'hygiène insupportables! Na- Hanane, c'est en français «l'affection» c'est sûr au moins!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha