Prévisions pour le 27 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 31 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 24 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 24 °C
47
 Alger Min 19 °C Max 25 °C
32
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
30
 Mascara Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 12 °C Max 24 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 23 °C
34
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

L'avocat, ce cher fruit...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Où peuvent se retrouver deux robes noires dont l'une balance: «Si tu es un homme...? Brr!».

Jamais depuis qu'elle a prêté serment, Maître Akila Teldja-Drif n'aura eu un coup de colère face au trio de la chambre correctionnelle d'Alger, menée royalement par le doux Abdenour Amrani, un juge qui sait surtout écouter.
Son confrère, Maître Djemil Chelgham, l'autre avocat constitué en faveur de l'avocat... inculpé d'outrage à avocat ayant écopé à Sidi M'hamed - Alger d'une amende de 50 000 DA et ferme SVP, s'est contenté à la barre, d'annoncer:
«Cette profession, on l'aime ou on la quitte! Monsieur le président, j'ai été, il y a quelques années, le plus jeune membre du conseil de l'Ordre qui a eu à défendre un avocat excité, que j'avais apaisé et nous étions allés devant le bâtonnat et réglé en famille l'affaire!» dira plus tard Maître Chelgham qui a laissé le soin à la fougueuse et déjà, expérimentée, Drif, d'étaler les faits que l'avocate d'Alger a voulu infiniment détailler, car la victime s'était précipitée en se plaignant sans au préalable rendre compte au conseil de l'Ordre des faits qui ont commencé au guichet unique du tribunal de Sidi M'hamed - Alger.
Une jeune secrétaire était debout aux côtés de Maître H.S. dont les documents se retrouvèrent sur le sol à la suite d'un faux mouvement de la jeune fille.
Une colère noire envahit alors le futur inculpé qui «gronda» sévèrement avec cette suprême insulte: «Bourrique!» ce qui a fait sursauter S.M. qui a vite pris la résolution de chercher la bagarre à la barre sans se référer au conseil de l'Ordre. Ce qui aurait évité pas mal de désagréments chez les troupes du bâtonnier Selini.
La preuve, la victime a eu du mal à trouver un défenseur au départ, ce n'est qu'en courant par peur d'être seul à la barre que S.M. a dégoté l'excellente Maître Zoubida Assoul, ex-magistrate, qui avait, en son temps, claqué la porte de la magistrature qu'elle avait trouvée ingrate, sèche, inaudible et... incolore! D'ailleurs, Maître Assoul a été suivie avec un vif intérêt par Maître Drif qui adore la profession et les grandes avocates qui font la fierté.
Nous écrivons donc que ce malentendu entre deux avocats de deux générations différentes s'était retrouvé face au... parquet dont le réflexe de qualification aura été: «Outrage à avocat» fait puni par l'article 144 du Code pénal.
Alors que Maître Drif a regretté la précipitation de la «victime» et elle l'a dit entre guillemets a qui aurait pu arranger les choses, Maître Assoul, elle, s'est étalée sur l'immobilisme du bâtonnat et l'absence d'actions rapides, en vue d'éteindre ce qui sera l'incendie. Elle a plaidé avec beaucoup de passion n'oubliant pas les faits qu'elle a trouvés grotesques et mesquins. Elle fera même une légère et rapide allusion à maître Chelgham qui avait su retenir l'attention de Abdenour Amrani en s'exclamant en direction de Maître Chérif Lakhlaf, membre influent du conseil de l'Ordre d'Alger:
«Monsieur le président, croyez-vous que nous, les avocats soyons des anges à la barre? non! Il m'est arrivé de m'accrocher avec plusieurs confrères et Maître Lakhlaf est là pour témoigner que les incidents sont notre lot quotidien!» Et Djemil de poursuivre avec un large sourire: «Il m'arrive même de m'accrocher avec vos collègues - en fixant Amrani - qui se retient pour ne pas éclater de rire ou au moins de sourire.
L'ambiance était emballée car l'assistance était très nombreuse ce jeudi au Ruisseau et les très nombreuses robes noires suivaient en se tenant les côtes, craignant un dérapage, surtout le jeune avocat victime avait une tête, mais alors une tête, à faire revenir sur la décision du bâtonnier d'aller vers un... 6e mandat! (c'est pour rire évidemment sinon, Maître Saddek Chaïb, Maître Lakhlaf, Maître Abderazak Chaoui nous en voudraient...)
Les deux avocats de l'...avocat prévenus ont surtout insisté sur l'annulation du verdict et d'aller non pas sur «l'outrage à l'avocat» mais à l'insulte considérant l'expression: «Si tu es un homme, sort avec moi et on réglera cette affaire!»
L'article 144/loi n°01-09 du 26 juin 2001 a un lien avec l'article 92 de la profession d'avocat qui dispose que: «L'outrage fait à un avocat dans l'exercice des fonctions est assimilé à l'outrage à magistrat réprimé par l'article 144 du Code pénal.»
Amrani a écouté toutes les parties y compris le nonchalant Mameri, le procureur général qui a vivement pris la parole pour flétrir ces comportements.
Affaire mise en examen...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha