Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Du tac au tact du juge...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les magistrats, c'est connu, ont sur les épaules une responsabilité plus lourde que les ragots...

Un morceau d'anthologie vaut le coup d'être revu et mis à la disposition de nos chers lecteurs, même ceux qui ont dû parcourir cette histoire triste d'un commissaire de police jugé en appel par un certain Djillali Miloudi, solidement encadré par la charmante Chérifa Aboubi et du sec Salah Tartag. Follow me.
Grondant, avec beaucoup de rigueur, un commissaire de police qui a comparu pour corruption, relaxé en première instance et qui revient à la cour voisine, le président de la chambre correctionnelle lance: «Non, non, prévenu. Ne dites surtout pas ici que vous aviez signé le fameux procès-verbal sans l'avoir lu!».
Le juge repose sa question en regrettant qu'un officier de police, pourtant issu d'un milieu sain, pratiquant et engagé dans la vie quotidienne avec tous les aléas, soit tombé dans la facilité du gain facile et se comporte à la barre, tout prévenu qu'il est, comme s'il se trouvait dans son bureau, dans un commissariat. «Des collègues à vous, des officiers de police se sont présentés chez vous, ont procédé à une perquisition en règle et vous trouvez à redire», a encore dit le magistrat qui aura trente secondes pour suivre la version du commissaire mis en cause: «C'est un agent qui a eu affaire à ce monsieur. Je n'ai rien à voir dans cette affaire», a souligné le prévenu, plutôt calme, fort de la relaxe du tribunal et surtout du soutien sans faille de son avocat. Le témoin, l'unique, affirme avoir vu la remise de la somme «offerte» au patron des lieux. Le commissaire perd son sang-froid. Il murmure jusqu'à vouloir crier à l'injustice. Miloudi, le teint reposé, siffle: «Ah bon, vous êtes victime maintenant? Attention, il y a le box si l'outrage continue», menace le juge qui a constaté que le prévenu voulait foncer droit sur la police de l'...audience.
Ce juge revient au commissaire qui a crié une énième fois que s'il avait signé le procès-verbal, c'est par confiance simplement: «Je n'ai jamais pensé que cela pouvait m'arriver. Je suis très en colère. Je n'ai pas l'intention d'outrager qui que ce soit. Il fallait assister à la scène de la perquisition, ma famille en pleurs. Mes enfants désemparés. Des trucs que je n'ai jamais utilisés dans l'exercice de mes fonctions. Aujourd'hui, on veut éblouir le Dgsn, on a aveuglé outre ma famille, mes proches et mes... collègues.»
«Mais alors d'où proviennent vos problèmes? Vos collègues n'ont rien trouvé chez vous. Ecoutez ce que vous aviez déclaré lors de la fouille: ´´Il y avait une liasse de billets. Pourquoi je l'ai laissée sur le bureau du chef de sûreté de wilaya? J'étais perturbé...´´», récite le malheureux prévenu qui s'accroche à sa stupéfaction qu'un commissaire de police en exercice signe un document officiel sans prendre la précaution de lire comme il faut (peut-être qu'il veut simplement taire ce que ses «collègues» lui ont offert en guise de... friandises, de quoi le pousser à signer le procès-verbal). Digne, il ne dira pourtant rien. Miloudi saisit le silence du prévenu.
Quelques années après, Tayeb Louh a eu la lumineuse idée d'envoyer une note explicative aux procureurs généraux pour que les mauvais comportements et les réflexes exécrables disparaissent lors des auditions!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha