Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Un soufflet pour le maire

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Mme Amrani saura-t-elle en octobre faire pencher la balance devant le trio de juges de Blida?

Ayant écopé d'une peine de prison ferme pour agression à l'encontre du premier magistrat de la commune d'El Affroun (Blida), Moufida Amrani, une jeune femme d'affaires, dégourdie et décidée à réussir proprement, n'a pas pu se retenir devant les avances non dites et des gestes d'harcèlement. Elle lui a alors balancé une baffe que le maire n'oubliera pas de sitôt. A la barre, devant le tribunal, elle a mis ainsi en avant en guise de défense le fait que l'élu avait le droit de m'expulser du terrain mais pas de se rendre coupable d'acte de vandalisme.
«Il m'a ruinée et maintenant la justice me demande le pourquoi de mon geste!», avait-elle dit.
Face à Malika Djabali, la juge de la cour de Blida, elle n'a pas l'occasion de s'expliquer car son affaire a été renvoyée à octobre 2015. D'ici là, elle aura tout le temps de reprendre ses esprits et de changer le fusil d'épaule et sa main droite dans la poche. En attendant, revoyons l'historique de ce dossier.
Elle était drôlement agacée, Mme Amrani, chef d'entreprise du côté de oued El Alleug (Blida). Agacée, car elle attendait à côté du guichet unique de la cour de Blida, son avocat, Maître Abdelaziz pour avoir son avis sur une éventuelle plainte pour «harcèlement administratif» émanant non pas du premier responsable de la wilaya ni du maire de Oued Alleug, mais des... adjoints comme le chef de daïra ou le premier vice-président de l'APC».
«Je suis triste à l'idée que je dois choisir entre me taire ou me plaindre!» gémit presque l'entrepreneur dont la mine était franchement défaite par une nuit agitée...
Cette «hogra» a vu la dame à qui on menace de fermer son «parc d'attractions et de loisirs. «1, 2, 3 Soleil» fraîchement ouvert aux populations vivant dans un rayon de plus de 200 km (Aïn Defla entre autres).
Pourtant, il n'y a pas si longtemps, elle avait été félicitée par les citoyens qui s'étaient aperçus de la célérité et la rapidité avec lesquelles les travaux avaient été menés rondement sans avoir pensé une seule minute que le monstre sacré de l'...administration allait mettre des bâtons dans les roues de ce merveilleux projet destiné aux citoyens avides de loisirs en ces temps de vaches maigres où même les travées des stades sont désertées. Et l'administration pourtant vaillamment portée à bras le corps par les collègues du vaillant Brahim Djeffal rompu aux luttes incessantes contre la bureaucratie, a montré des signes d'essoufflement au moins du côté de la wilaya de Blida où le zèle d'un chef de daïra le dispute à l'incompétence d'un élu et pas n'importe quel élu puisque supportant le N°1 de l'APC de Oued El Alleug! Et cette femme se retrouve dans la tourmente de la paperasse!
La pauvre femme était heureuse du bonheur des gens ravis par cette unique réalisation près de Maktaâ Kheira - zone interdite durant les années 1990.
Il faut vite préciser que ce n'est là qu'une triste histoire de paperasse dont la seule administration porte la responsabilité. Durant la saison estivale la procédure a été lente car on ne maîtrisait visiblement pas les procédures de fonctionnement de telles réalisations. Et la victime d'être ballottée entre la daïra et l'APC, sauf que Mme Amrani n'est pas n'importe quelle femme!
C'est... un... entrepreneur sorti des grandes écoles d'ingénieurs et si elle a «épousé» l'entreprise c'est qu'elle sait dans quel «guêpier» elle a mis ses orteils dûment enveloppés dans des souliers orthopédiques susceptibles de bien la soutenir lorsqu'elle fonce sur un projet. Et son projet est utile pour les citoyens, les familles, les enfants, les adultes, toutes les couches de la société qui cherchent à se décarcasser, surtout les week-ends et jours fériés, car Allah bénisse, les jours fériés sont légion.
Les sorties aussi sont prisées dans l'Algérois où les gens fuient les grandes localités noyées dans l'humidité ambiante, voire agaçante. Direction les parcs!
Le parc en lui-même, situé à la sortie de Oued El Alleug, allant vers Koléa, s'étend sur un endroit reposant, féerique, tranquille et surtout très très spacieux.
Toutes les commodités exigées dans les lieux pareils existent à la grande satisfaction des visiteurs, surtout les week-ends où le spectacle des clowns est donné en direction des familles venues se ressourcer dans cette belle partie de la Mitidja.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha