Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Un pylône, une nuit à Akbou!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Légèrement éméché au volant, l'émigré vit à près de 100 mètres un pylône en pleine route nationale!

Un émigré aisé, venu il y a un peu plus de 15 ans, passer une partie de l'automne dans la 6e wilaya du pays, était au volant de son véhicule tout neuf et roulait raisonnablement car, à l'arrivée du bateau, il était passé à la «flèche d'or» d'Alger-Centre se rafraîchir et mieux, se désaltérer au... gin.
Il rentrait chez lui du côté de Yemma Gouraya. Il était un peu plus de 23 heures, lorsque sur la route déserte, il lit le panneau: Akbou! Il se disait qu'il ne lui restait pas beaucoup de bornes à avaler et par conséquent, il appuya sur le champignon en traversant la localité déserte. Soudain, il ouvrit grand les yeux et vit, à quelque 200 mètres, un pylône de la Sonelgaz au milieu de la chaussée.
En cinq secondes, il pensa alors que le véhicule fonçait droit sur le poteau: «Bon sang! J'ai peut-être pris quelques verres, roulé un peu depuis la capitale, mais pas au point de m'imaginer un obstacle de cette nature. Non, il n'y a pas. Ça doit être l'alcool!» et, il appuya encore plus sur l'accélérateur croyant à un «mirage». Eh bien non! Le véhicule était bel et bien là en pleine route fraîchement goudronnée sans aucun dos-d'âne ni...nid-de-poule.
Le bruit de la ferraille contre la ferraille du pylône fut effroyable. Le bonhomme a eu mal un peu partout au corps mais garda son sang-froid:
«Eh bien, mince alors! C'est l'alcool! Le poteau était bel et bien là et je n'y croyais pas!».
Les premiers curieux arrivèrent sur les lieux. Les policiers suivirent! Après l'examen des lieux et le constat du taux d'alcoolémie (pas si grave que cela puisse paraître à la vue de l'état et du véhicule et du poteau, les enquêteurs débutèrent leur travail jusqu'aux premières lueurs du jour. Puis ce fut le repos jusqu'à 10 heures de la présentation de l'émigré qui avait vu ses vacances fondre comme neige au soleil. Après l'audition, le gus fut mis en liberté provisoire avant d'être inculpé de destruction de bien d'autrui (ici la Sonelgaz) et conduite en état d'ivresse avec heureusement, un faible taux, car le visiteur avait conduit les vitres baissées donc à une température valable pour la conduite. Ajoutons la route déserte en cet automne, le premier de l'arrivée au pouvoir de Bouteflika et nous aurons eu un beau tableau.
Seulement voilà, notre ami l'inculpé ne savait pas qu'il allait végéter avec les renvois du procès et surtout cette idée saugrenue et (légitime) de se poser la question:
«Et si je me restituais partie civile contre Sonelgaz qui a placé ce pylône en pleine chaussée et contre les autorités locales qui n'y ont vu que du feu?» Et ce sera cette logique, légitime et incroyable question qui va lui permettre de tenir le coup de la lenteur de la démarche de la justice. Il avait passé un temps fou. Plus que celui de l'avocat qui lui avait assuré qu'il l'assistait pour les deux délits et pas pour autre chose, car l'homme de droit savait très bien qu'à l'époque, attaquer la wilaya, la daïra, la douane, les impôts, la Dgsn, voire la Sonelgaz relevait de l'utopie, les magistrats ayant au plus profond d'eux-mêmes l'idée que l'Etat était le pot de fer et le reste, de... terre. Oh! Oui, il y a des exceptions, mais que l'on peut compter sur les doigts d'une seule main.
Et c'est ainsi que notre brave type fut jugé équitablement pour conduite en état d'ivresse manifeste et destruction de bien d'autrui.
La sentence avait été légère mais Sonelgaz voulait son pylône neuf outre les frais de travaux.
Au fait, qui a eu cette idée idiote de planter en pleine route à grande circulation un poteau?

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha