Prévisions pour le 23 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 46 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 41 °C
32
 Batna Min 20 °C Max 33 °C
30
 Biskra Min 28 °C Max 45 °C
34
 Tamanrasset Min 23 °C Max 35 °C
32
 Tlemcen Min 21 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 28 °C
30
 Saïda Min 20 °C Max 36 °C
34
 Annaba Min 22 °C Max 30 °C
34
 Mascara Min 19 °C Max 35 °C
34
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 25 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 20 °C Max 34 °C
30
 Mila Min 20 °C Max 32 °C
34
 Ghardaïa Min 30 °C Max 43 °C
34
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Pas de ceinture pour l'ovin!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le scénario des trois témoins qui auraient vu un agresseur être attaché par la ceinture de sécurité, n'a pas marché!

Le pauvre bougre de prévenu est venu dire sa douleur d'avoir écopé par-devant le tribunal de la très lourde peine de cinq ans d'emprisonnement ferme pour vol d'...agneau en plein centre urbain.
Le pauvre bougre de prévenu avait, heureusement, pour défenseur le rigoureux avocat Maître Mehdi Tifilès qui avait tout entrepris en vue d'émouvoir le trio de juges de la deuxième chambre correctionnelle de Tizi Ouzou, Nouredine Misraoui-Djahida Mansouri-Abdelhalim Bézaoucha, ce président qui a l'art de savoir écouter et donc de vite capter ce qu'il entend.
Et ce mardi, le président a entendu des vertes et des pas mûres. Et ce qui va suivre ne peut être vécu que dans une salle d'audience et pas dans n'importe quelle salle!
Celle de la cour de Tizi Ouzou! SVP!
En effet, tenez-vous bien: il y a eu par-devant l'honorable tribunal, trois témoins ayant prêté serment, qui ont bien assuré le magistrat assis et celui «debout» qu'ils avaient vu le mouton (ou l'agneau, c'est selon les témoins) être attaché avec la ceinture de sécurité côté passager et ô comble de... faux témoignage, des excréments à l'arrière... dans la malle, SVP! Comme quoi, l'animal supposé être volé a fait ses besoins sur le siège avant du véhicule et nul n'a compris la présence dans la malle des boules.... vert-noir.
Le législateur n'a jamais prévu un tel cas de fait, né d'un méfait que le trio de magistrats de Tizi Ouzou n'a pas voulu retenir.
C'est dire, si le fait d'écouter des parties consiste surtout à réfléchir avant de prendre une quelconque décision qui puisse bousiller l'avenir immédiat d'un citoyen.
Un habitué des audiences de la ville des Genêts nous a soufflé une hypothèse: «Ecoutez, monsieur, ce dossier est monté de toutes pièces. Connaissant ce trio de juges, je suis sûr que les trois ans d'emprisonnement fermes infligés au pauvre prévenu, vont fondre comme neige au soleil, car ce sont les trois témoins qui ont poussé le tribunal à le condamner et la lecture minutieuse des témoignages va offrir sur un plateau d'argent le verdict à Djahida Mansouri, Noureddine Misraoui et Abdelhalim Bézaoucha qui ont certainement dû comprendre que la pseudo-victime a dû concocter un scénario catastrophique consistant à «faire-dire» aux trois témoins, la présence de l'animal volé sur le siège avant et retenu à l'aide de la ceinture de sécurité ainsi que la présence «suppurée» d'excréments dans la malle... un grotesque scénario... C'est dire si l'avocat s'était bien échiné à expliquer le «complot ourdi par la pseudo-victime» contre ce brave prévenu qui était resté sans ton ni teint durant tout le procès.
Son regard seul était plutôt éloquent et aux quatre questions posées par ce rusé président, il avait répondu et à trois reprises correctement.
A aucun moment, il n'a balbutié, ni menti ou encore tenté de se contredire. Il a dit et redit exactement les mêmes mots pendant l'interrogatoire qui a vu Maître Tifilès montrer une disponibilité sans égal dans son rôle de partenaire de la justice.
Il a plaidé juste et bien. Il l'a si bien fait que la composition de la deuxième chambre correctionnelle de la cour de Tizi a dû aller droit vers la relaxe évitant de se cogner contre le mur dressé par trois témoins venus probablement d'une autre galaxie expédier droit vers l'enfermement le pauvre prévenu heureux lors du prononcé du verdict heureux comme un marié au soir des noces... justes, mielleuses et bruyantes, c'est surtout «ça» la justice.
Ce qui démontre la lourdeur et la lenteur de la machine judiciaire.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha