Prévisions pour le 23 Juillet 2018

 Adrar Min 30 °C Max 45 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 40 °C
34
 Batna Min 21 °C Max 33 °C
30
 Biskra Min 30 °C Max 45 °C
30
 Tamanrasset Min 23 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 29 °C
30
 Saïda Min 20 °C Max 36 °C
34
 Annaba Min 23 °C Max 30 °C
47
 Mascara Min 20 °C Max 32 °C
34
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 28 °C
30
 Illizi Min 25 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 29 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 21 °C Max 32 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 32 °C
30
 Ghardaïa Min 30 °C Max 44 °C
32
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Loth n'est pas prophète?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le Dr Loth Bonatiro porte un prénom de prophète. Et comme nul ne l'est chez lui...

Loth Bonatiro, le célèbre astronome était, lundi dernier, debout à la barre face à Nassima Saâda, la juge du pénal du tribunal d'El Harrach (cour d'Alger).
Et lorsque Bonatiro parle, une fois sur deux, il s'agit du croissant lunaire annonçant l'arrivée du Ramadhan, lorsque ce n'est pas les secousses telluriques enregistrées çà et là à travers la planète bleue.
A la seule question de la présidente qui lui a signifié l'inculpation d'atteinte aux biens d'une société.
Bonatiro, le ton triste, voire gris, commencera par se plaindre du comportement inélégant de ses deux adversaires, hier associés dans l'entreprise à but scientifique (ô comble d'intitulé!).
Il dit à voix basse: «Au lieu de venir pour un dialogue constructif, ils ont préféré la diffamation sur la presse nationale avec, en sus, une photo de l'homme public qu'il est.» Les deux adversaires retiennent un léger fou rire après cette observation qui en appellera d'autres autour de l'association, du fric réclamé, et de la gestion personnelle.
Et lorsqu'on est Bonatiro, la réplique est immédiate: «Où étaient-ils au moment où l'association roulait. Ils ont abandonné le 'bateau'' et ont préféré l'instabilité et la pagaille!» Visiblement intéressée, Saâda y met son grain de sel et reproche à Bonatiro l'absence d'AG pour régler les problèmes.
Les deux adversaires disent haut et fort que c'est au moment où ils l'avaient poursuivi qu'il a eu une ire incontrôlable, préférant gérer tout seul la société.
Les deux ex-associés se sont remontrés sur tous les points du litige à la barre sauf que Me Morsli, le virevoltant défenseur du scientifique, n'avait pas la langue dans la poche, surtout que Bonatiro en faisait une tête, mais alors une tête qui en disait long sur sa déception d'avoir été doublé sur «sa droite» et sur une côte par ses deux ex-amis associés et aujourd'hui victimes de ce qu'elles ont considéré comme un délit à placarder sur les canards nationaux. Ce qu'a débité l'inculpé à la barre a été tout simplement émouvant, mais point surprenant. En homme public qu'il est, Loth Bonatiro de Boufarik est le scientifique connu et reconnu par tous dans le pays, mais l'argent va s'en mêler et tout envoyer dans le jardin salé de l'inculpation.
Oui, le fric a ramené à la barre Bonatiro et ses deux ex-associés qui avaient convenu en 2009 de la mise sur pied d'une société à caractère scientifique et technologique qui a pour vocation de promouvoir l'innovation et le respect de l'environnement dans notre société dont le siège se trouve actuellement à Benchaâbane (Boufarik) alors qu'auparavant, c'était Bab Ezzouar jusqu'à la fin du contrat de location.
Tout alla bien jusqu'en décembre 2010, avant que les choses ne se gâtent. Pour l'inculpé, les choses n'allaient plus après avoir passé des marchés et conventions nationaux et internationaux «chacun avait une mission. Labed Rabia lui, était chargé de réaliser des forages dans la région d'El Affroun (Blida) alors que moi, je m'étais occupé de deux puits de forage à la commune de Chalalet Edouara (Médéa). Il a échoué alors que j'ai réussi mon pari. Devant son échec et les dépenses inutiles, Labed a commencé à se retirer des activités de la société...»
Quant à Debbache Abdelmadjid, il a déclaré à Saâda très attentive que «devant son incapacité à honorer les frais dus à la société, je pris la résolution de ne plus venir au sein de la société».
La juge a eu alors à poser une autre question à Bonatiro dont la réponse a semé la panique chez les deux victimes dont l'une d'elles a été priée de se taire, car dit-elle: «Nous avions décidé de lui enlever la responsabilité et, la qualité de membre de la société seule reste contrairement à ses actions gelées dans l'attente de le remplacer par un autre membre et ce, en droite ligne avec une action judiciaire», c'est dire si le célèbre astronome avait la tête plutôt d'une victime qu'autre chose.
D'ailleurs, le jour-même, à l'issue de son procès, Loth Bonatiro se
dirigea sur Saïd Hamdine le ventre creux, droit sur le restaurant traditionnel
«El Ouissem» où l'accueil lui fit oublier les misères des poursuites, surtout qu'il avait comme compagnon, lui, le cerveau, un amateur de cervelle, un succulent plat servi par la belle Ouissem, enchantée d'avoir comme client ce Bonatiro qui n'avait pas oublié la plaidoirie fracassante de Me Morsli qui a eu l'audace de défier les deux victimes et de dire le pourquoi des poursuites: «Madame la présidente, moi, petit avocat, je vais vous le dire: c'est après avoir appris que la société a bénéficié de réparations de la wilaya de Médéa que vous aviez accouru assoiffés! C'est le fruit de la cupidité!»
Me Réda Ferradj, l'avocat de la partie civile, s'était interrogé autour de ce malentendu qui a mal tourné après une bêtise émanant de l'inculpé qui a, à un moment donné, fréquemment consulté le compte de la société attendant ardemment le versement des réparations (un milliard trois cent-cinquante centimes).
Il faut signaler qu'avant d'aller au fond, Nassima Saâda, la vivifiante juge avait souri: «Alors à propos d'éventuelles secousses telluriques?»
Elle sourit et l'inculpé de rétorquer: «Cette fois-ci, madame la présidente, ce sont les valeurs de la société qui ont été drôlement secouées.» Il ne sourit pas. Il grimace car, au plus profond de lui, il a dû penser à une légende du terroir: «Ce dossier est l'histoire d'une vieille qui a épinglé un voleur qui allait être l'époux de la vieille!».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha