Prévisions pour le 22 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 46 °C
34
 Laghouat Min 26 °C Max 42 °C
30
 Batna Min 20 °C Max 39 °C
28
 Biskra Min 32 °C Max 48 °C
30
 Tamanrasset Min 19 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 22 °C Max 29 °C
28
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
28
 Saïda Min 22 °C Max 35 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
28
 Mascara Min 23 °C Max 30 °C
28
 Ouargla Min 32 °C Max 45 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 25 °C
28
 Illizi Min 27 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 44 °C
34
 Khenchela Min 24 °C Max 38 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 38 °C
28
 Ghardaïa Min 31 °C Max 44 °C
30
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Le fruit amer de Kahina

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le fruit amer de Kahina

L'affaire du jour met en scène un footballeur de renom du Chabab Riadi de Belouizdad, CRB. (Ligue 1 Mobilis). Il s'agit du jeune Amir Bellaïli, arrière droit offensif de l' équipe d'El Aguiba (Alger).

Le dernier mercredi de juin 218, il était 12h35 dans la salle d'audience du tribunal de Bir Mourad Raïs, sis dans la tentaculaire cité Saïd Hamdine (cour d'Alger). Mourad Belalta, le jeune et ambitieux président de la section correctionnelle est à mi-chemin du rôle «pas possible» qu'il a entamé très tôt, ce matin-là et qui finira par les comparutions immédiates, procédure rapide en vue de ne pas encombrer les magistrats que la réforme est venue secourir à temps. Il venait de terminer l'audition d'un mauvais grand enfant qui a agressé sa pauvre vieille maman et dont le verdict a été mis en examen sous huitaine, le temps pour le garnement de méditer son fâcheux geste condamnable par tous les présents sauf par la... maman (foie, quand tu nous tiens!).Elle supplie le juge de relâcher son enfant qui l'aurait seulement poussée, mais jamais agressée!
L'affaire du jour met en scène un footballeur de renom du Chabab Riadi de Belouizdad, CRB. (Ligue 1 Mobilis). Il s'agit du jeune Amir Bellaïli, arrière droit offensif de l' équipe d'El Aguiba (Alger).
Ce sportif a été victime d'un ami avec qui, selon Maître Kahina Amer-Bouafia, son avocate (qui a fait un boucan lors de sa plaidoirie si bien étoffée que l'assistance l'a écoutée religieusement), avait noué avec lui des liens si solides que l'arrière droit de l'ex-CRB, lui vouait à son tour une confiance aveugle. D'ailleurs, l'escroquerie a pris naissance dès que la confiance fut établie entre les deux amis. Or, ce délit qui est prévu et puni par l'article 372 du Code pénal est sévèrement combattu par la loi! Les faits sont simples mais graves, car Bellaïli avait vu la cylindrée allemande et bavé pour l'acquérir. Cette voiture de luxe valait bien un sacrifice de deux mois de salaire (5 millions de dinars et quelques), c'était bon à dépenser! Il fit l'affaire et paya cash en présence de quatre témoins l'auto avec ceci de particulier: la voiture était sous licence appartenant à un ancien moudjahid, il fallait donc régulariser les papiers avant que le nouveau propriétaire n'en prenne possession. L'attente fut longue et selon les quatre témoins ramenés à la barre par la victime, Kaïdi, l'inculpé, voulait depuis le début rouler dans la farine son pourtant copain et ami avec lequel il avait tout partagé: des sorties le soir après les matchs, aux copieux repas dans les coins les plus remarqués de la capitale. Selon le témoignage de Nasr Eddine Tahari, Ramzi Kaïdi a préparé l'escroquerie et n'avait jamais eu l'intention de donner l'automobile à Amir. Le second témoin, Islam Benchiha affirmera qu'il a été chargé par la victime d'arbitrer ce malentendu, mais rien n'y fit. Les émissaires envoyés par le footballeur, n'avaient pu remettre le copain sur le droit chemin! Les témoignages sont unanimes: «il s'agit d'une escroquerie qui dit son nom!» Jugez-plutôt:
«Ramzi m'a dit sa détermination d'aller jusqu'au bout de son rêve: avoir le beurre et l'argent du beurre, i-e, prendre la voiture et les 2 millions de dinars remis devant nous à titre remis devant nous à titre à titre d'avance. Durant les six mois d' attente et d'espérance, il a eu le temps de changer les papiers du moudjahid, propriétaire de l'auto, en son nom alors que Bellaïli, mis en confiance par l'ami Ramzi, laissait arriver l'espoir de prendre définitivement possession du véhicule. Et puis voilà que le mauvais tour marcha et Amir venait alors d'être grugé par son ami Ramzi!» De quoi s'arracher les cheveux que cette escroquerie! Maître Kahina Amer, le conseil de la victime s'était accrochée fermement à l'article 372 du Code pénal, «qui est d'une sévérité sans égal, puisque le législateur avait poussé la coquetterie d'assimiler l'escroquerie à l'émission de chèque sans provision. De plus, cet article évoque les manoeuvres frauduleuses, des fausses entreprises, de crédit imaginaire, ou pour en faire naître l'espérance ou la crainte d'un succès, etc... et l'avocate de titiller la crainte de l'inculpé en soulignant que «le Code pénal a prévu de punir l'auteur de l'escroquerie d'un an au moins et de cinq ans au plus, sans oublier l'amende qui peut aller de 500 à 20.000 dinars.» Avant d'achever son admirable intervention, Maître Amer-Bouafia a d' abord réclamé des dommages et intérêts d'une valeur de 200.000 dinars, après avoir rappelé que «le juge d'instruction a ôté à la dernière minute le deuxième délit, l'abus de confiance, sinon cela aurait eu une autre tournure et le risque d'une condamnation plus lourde, évident!». Contrairement à l'avocate, le défenseur de l'inculpé s'est, quant à lui, limité au brandissement du double des clés de la cylindrée pour arriver à un raccourci facile. Suivons le raisonnement du plaideur: «Ce malentendu ne peut aboutir au pénal car la présence du double des clés de l'auto signifie que Bellaïli n'a jamais payé la totalité du prix du véhicule, donc il n'a jamais été question d'avoir déboursé «cash»: c'est une affaire purement civile, M.le président!»
Après avoir pris acte du dernier mot de l'inculpé, Mourad Belalta le président de l'audience, met le dossier en examen pour le 9 juillet 2018.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha