Prévisions pour le 22 Novembre 2018

 Adrar Min 9 °C Max 24 °C
30
 Laghouat Min 2 °C Max 18 °C
30
 Batna Min 7 °C Max 16 °C
30
 Biskra Min 10 °C Max 20 °C
30
 Tamanrasset Min 11 °C Max 27 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 18 °C
30
 Alger Min 11 °C Max 21 °C
30
 Saïda Min 8 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 10 °C Max 21 °C
28
 Mascara Min 10 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 10 °C Max 22 °C
32
 Oran Min 11 °C Max 22 °C
30
 Illizi Min 14 °C Max 30 °C
34
 Tindouf Min 9 °C Max 23 °C
34
 Khenchela Min 6 °C Max 16 °C
30
 Mila Min 7 °C Max 21 °C
30
 Ghardaïa Min 8 °C Max 20 °C
32
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

"J'ai commis tous les péchés"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La prostitution n'est pas un fléau moderne. Elle n'est pas si fraîche que cela. Elle remonte le plus loin possible dans le temps. Chez nous, les causes sont multiples...

Etre jugée pour la énième fois comme victime de la folie dévastatrice du viol, devient finalement d'une banalité exaspérante! Toutes les femmes peuvent être victimes de n' importe quel individu, le plus normalement poli, courtois et généreux qui soit. Mais avec les autres, ceux qui ne vivent pas avec lui...victimes de folies furieuses de la part de détraqués ou tout simplement de proches qu' on prendrait pour des saints à adorer à la première occasion. La femme qui est debout ce matin face à la présidente de la section correctionnelle du tribunal n' est pas une inconnue de la justice. Très tôt déjà, lorsqu'elle avait 13 ans, elle a été victime de violences volontaires, de viols répétés, de coups et blessures et de tentative de vol par une bande de jeunes désoeuvrés qui ont payé cher leur forfait, il y a de cela une demi-douzaine d'années. Elle est rejetée par tout son entourage, elle, qui,déjà est née sous X..., n' a aucune chance d' être un jour normale comme toutes les jeunes filles de son âge. A la voir debout, on lui donnerait le triple de son âge!
Le destin a fait que G.M. est encore une fois victime de viols répétés par, tenez-vous bien, une cinquantaine de voyous, la nuit étant le moment privilégié pour se libérer de la frustration...livrée à elle-mêmes, sans domicile fixe ni papiers en règle, rien de rien.
Dépucelée alors qu'elle n'était qu'une fillette jouant à la poupée dans un bourg du pays, elle tombera enceinte à 16 ans. Face à la présidente de la section correctionnelle, G.M. gémit non pas de douleur, mais de désespoir. Dans la salle d'audience quasi vide (huis-clos oblige), elle semble planer et le mot est à sa place. Ses habits sont potables. Ses cheveux en bataille lui donnent l' air d' une lutteuse en fin de match perdu aux points! La juge s'adresse à elle comme à une «copine». Elle s'applique en prononçant les mots durs.
La victime n'éprouve aucune difficulté à répondre à toutes les questions relatives aux inculpés - près de 38 sur la cinquantaine de prévenus impliqués dans ce drame -Elle ignore qui est le père de la fillette mise au monde il y a de cela six ans: elle pleure sans larmes! Elle a même oublié la manière de rigoler. Elle l'a dit à madame la présidente. Elle parle à voix basse.
Elle est comme freinée dans son désir d'aller au bout de ses récits et se reprend vite juste pour ne pas oublier la suite de ses déclarations. A la question de savoir si G.M. était une droguée, la femme est formelle:
«Non! Plus jamais! elle soulève sa manche bleue et nous pouvions voir de loin les marques indélébiles des piqures, celles des tatouages, ou encore des marques de brûlures de cigarettes lorsqu' «elle vivait avec l'homme qui l'avait soi-disant accueillie quand elle avait fui le domicile parental et son douar situé à plus de 700 km.
Elle poursuit la réponse: «J'ai bu du vin, du blanc et du rouge, du whisky, de la bière. J'ai trop fumé de cigarettes, toutes marques confondues, j'ai pris des joints. J'ai touché à tous les interdits et commis tous les péchés!
Je ne me souviens plus du nombre de fois où j' ai été arrêtée. Le nombre de fois quand j' ai été agressée. Ma chair a, à chaque agression, crié au secours, sans échos.
-«Dites au tribunal par qui aviez-vous été violée? articule doucement le juge, cherchant probablement un moyen plus cool d'arriver à la vérité plus tôt que prévu.
- Le premier était Saad H. Mon voisin de cité au bled, venu à l'époque pour me déshonorer, m'humilier, me vider de tous les sens qui me permettaient de lever la tête au milieu des miens. Il n'a plus reparu pour être remplacé par Tidjani.M., son copain à qui il a refilé mes coordonnées et ainsi de suite...
Ensuite, c'est devenu mon quotidien. J'ai pratiqué ce «métier» un peu partout dans cette localité où je ne connaissais personne et où maintenant j'y suis comme une pestiférée! Il y a longtemps que je ne sais plus me promener sans me cacher dans les bus, les trains et les taxis clandestins.
-Cessez de dire ce métier, car ce n'en est pas un voulez-vous?
- Oui, monsieur le président.» répond la dame, ébranlée comme jamais, elle n'aura été. Elle se retourne pour la première fois depuis le début du procès et nous avons le temps de bien la voir: son foulard étant tombé, nous la regardâmes pour la première fois.
Son visage n'avait rien à voir avec sa voix. Sous le menton, sur les tempes, sur la joue, -nous arrivons à voir des traces de brûlures profondes faites à l'aide de cigarettes, des griffures probablement causées par des concurrentes dans les rues qui sont devenues par la force des choses de grandes scènes où se jouent quotidiennement des drames à ne pas en finir.
Mais ici, les rues, les violeurs, les agresseurs sont-ils à blâmer? Ce qui tue ici encore, c' est le père de G.M. qui s' est remarié avec une jeune fille de 25 ans plus jeune que sa mère de 19 ans; c'est la maman qui a plié bagage et qui vit depuis entre quatre grandes cités de l'Est, laissant dans des conditions, on ne vous dit pas! La mère qui s'enfuit, laissant derrière elle, sa fillette unique, livrée à tous les coups bas par des gens sans coeur et sans scrupule. C'est malheureux de faire des enfants et de les laisser tomber quitte à les voir meurtris, ballotés, humiliés, battus, violés et même violentés. On n'avait pas à faire des poupons, dans ce cas-là! Un enfant, on l'a ou on ne l'a pas!
Et dire qu'il y a des couples qui ont de gros problèmes de stérilité qui paieraient cher pour avoir un enfant qui pourrait être G. M. Ce bébé viendrait égayer le foyer où régneraient outre l'amour, l'aisance, le travail, les veillées les plus joyeuses, les fêtes etc... Qu'y pouvons-nous faire? Seul, l'avenir le dira. Et encore... Si l'avenir pouvait parler et exprimer ainsi ce voeu. Quant à G. M., elle a entendu le verdict où les condamnés l'étaient pour la plupart par défaut, car absents.
A propos, quel est le lendemain de cette femme qui a été tour à tour, fille-mère, fille des trottoirs, fille à passes, puis femme sans lendemain heureux? Nul ne le sait... C'est le destin.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha