Prévisions pour le 23 Octobre 2018

 Adrar Min 20 °C Max 30 °C
28
 Laghouat Min 10 °C Max 21 °C
30
 Batna Min 9 °C Max 14 °C
28
 Biskra Min 16 °C Max 24 °C
30
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 20 °C
28
 Alger Min 15 °C Max 22 °C
39
 Saïda Min 10 °C Max 22 °C
28
 Annaba Min 16 °C Max 21 °C
39
 Mascara Min 13 °C Max 21 °C
28
 Ouargla Min 17 °C Max 24 °C
30
 Oran Min 17 °C Max 24 °C
28
 Illizi Min 18 °C Max 29 °C
28
 Tindouf Min 18 °C Max 22 °C
26
 Khenchela Min 8 °C Max 13 °C
28
 Mila Min 12 °C Max 17 °C
12
 Ghardaïa Min 14 °C Max 23 °C
30
Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Echec au vol au premier étage

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il est connu que les voleurs opèrent généralement à l'aise, sans se mettre dans la gêne juste pour ne pas...

Les voleurs n'aiment pas laisser derrière eux des indices susceptibles de permettre aux enquêteurs de renifler leurs traces.
Les quatre apprentis-bandits se souviendront longtemps de la soirée où ils ont rendu visite au domicile de Mohamed-Tahar N. Un vieux retraité convalescent qui a retiré son pactole en début d'après-midi de la poste voisine. Sur place, au milieu d'une foule assez compacte car tous les 23 du mois, les retraités affluent au bureau de poste pour réchauffer leurs poches, au moins une seule nuit! Il ne perdit pas de temps à attendre car, il était arrivé très tôt à la poste. Il a eu la chance de tirer le bon numéro d'appel pour le retrait. Rapidement, il rêva d'être bien servi et rentrer chez lui, les poches réchauffées par une liasse bien faite par la préposée qui le héla par son numéro. Il avait retiré une coquette somme, fruit d' une lente attente de trois mois d'arriérés d'une bonne retraite arrachée à une société bien portante sur tous les plans, et ce, malgré la politique de l'heure, en l'occurrence, l'austérité. Il prit la somme qu'il compta deux fois dans l'arrière-salle pour des raisons de sécurité, en présence de la jeune préposée, propre, élégante et ferme...

Soudain, il eut froid
Le vieillard entra chez lui, las après une dure journée faite de visites à ses filles mariées qu'il ne pouvait pas s'empêcher de voir au moins deux fois par semaine, histoire de leur prouver qu'il était encore debout à près de 85 piges révolus. Soudain, il eut froid dans le sens propre du terme.
Il voulait savoir d'où venait ce courant d'air de ce deux-pièces-cuisine qu'il occupe maintenant depuis 15 ans. Il se dirigea d'abord vers l'unique fenêtre et qu'il trouvera bien fermée. Donc plus de soucis de ce côté du logis. Pourtant, il était sûr que quelque chose était arrivé depuis 6 minutes! Il était en pleine réflexion quand soudain deux ombres sortirent de derrière l'épais rideau. Il n'eut pas le temps de réagir, et hop!
Le voilà ligoté et bâillonné en moins de trois secondes! Alors que l'un des deux bandits s'affairait à le fouiller, l' autre cherchait visiblement derrière le lit qu'il renversera avant de mettre le domicile sens dessus dessous!
Une dizaine de minutes s'étaient écoulées et les deux voyous ne trouvaient toujours rien!
La manière de fouiller l'appartement laissait deviner que le vieil homme avait dû parler de son déplacement à la poste et de ses économies à quelqu'un de son entourage. Mais c'est le lot des familles nombreuses! Ou bien, il aurait été bien épié, suivi, en aller et retour avec le petit tour effectué du côté de sa fille Hind qui habite à quelque 800 mètres de là. Ce détail a peut-être échappé aux malfaiteurs, mais alors là, adieu aux projets planifiés par la bande des deux! En tout cas, ces outlaws sont venus voler, un point c'est tout. Sinon, depuis le temps qu'ils se trouvaient sur place, ils auraient commis l'irréparable depuis longtemps. N'ayant rien trouvé d'intéressant, ils quittèrent le domicile sans se retourner de peur probablement de faire une désastreuse rencontre...
Le vieillard, lui, pensait déjà au dépôt de plainte, aux nombreux déplacements au commissariat et au Palais de justice, en train de déposer devant un procureur non pressé d'en finir surtout que la victime n'en savait pas plus que ce qu'elle avait vécu! Avant de sortir, ils s'assurèrent que le voisinage était quasi absent, car à cette heure, c'est le moment où tout le monde entrait chez soi, sans s'occuper de l'autre, cet autre qui ne voit pas ce que fait le voisin, une habitude née dans la douleur, durant les années de feu, de larmes, de destructions, de pleurs, de lamentations et autre silence «assourdissant», venant accompagner les horribles et insoutenables images diffusées par l'Unique de l'époque.! Et le vieux retraité est très bien placé pour se remémorer ces inoubliables et amers instants! C'est pourquoi, il était de bonne guerre de s'enfermer, la nuit tombée, car, on ne sait jamais, l'hydre peut se réveiller et refrapper là où elle veut, quand elle veut! C'est déjà loin, tout cela, heureusement.

Affaire classée
Une fois les malfaiteurs partis, le vieux locataire appela de toutes ses forces l'aide venue enfin des voisins. Au poste de police, il ne fut d'aucun apport à l'enquête car il n'a rien pu donner qui puisse mettre en selle les enquêteurs. Ces derniers, habitués à ce genre d'opérations ratées, durent se rendre à l'évidence, avant de réfléchir aux suites à donner à cette affaire sortie d'un roman écrit à l'eau de rose.
L'affaire a dû être finalement classée en attendant un heureux coup du sort pour neutraliser ces bandits, pas si sanguinaires qu'on aurait pu le croire. Ce fut un coup d'épée dans l'eau au lieu d'être un coup de maître...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha