Accueil |Chroniques | La chronique judiciaire |

Vitesse, étourderie et catastrophes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Un homme tombe de la passerelle sur un minibus qui se dirigeait vers la gare routière pour embarquer les premiers passagers de la journée...

Une catastrophe naturelle porte son nom. Un accident de la circulation est le résultat d'une addition de faits qui, une fois réunis, donnent les suites que l'on sait et trop souvent on déplore. Oui, on déplore après le sang, le deuil, les larmes, souvent les blessures qui marqueront à vie les blessés. Il n'y a qu'à jeter un oeil dans les hôpitaux, notamment à l'hôpital Azur-Plage de Staouali (Alger) pour mesurer la gravité des séquelles laissées par les sinistres de la route. Chaque jour qui passe laisse de profondes traces, indélébiles pour la majorité des cas. C'est alors l'installation de carrousels de relevés de notes, de déclarations, d'établissements de procès-verbaux, de photos dont certaines qu'on ne peut voir ou dans les meilleurs des cas, on détourne le regard, dans l'espoir que cela ne vous arrive pas!
Le procès du jour concerne un affreux drame qui s'est produit sous une passerelle pourtant bien protégée, aménagée à proximité de la voie rapide Zéralda-Dar El Beïda que le poids des ans et des voitures qui l'empruntent jour et nuit, fait plier sa ligne. C'est là où un homme de quarante-deux ans a été écrasé par un minibus qui passait là, à la première heure de la journée d'une nouvelle semaine de ce début de l'hiver 2019 qui s'annonce très chaud et surtout humide. A la barre, l'inculpé de l'accident involontaire est dans tous ses états.
Il ne comprend pas le pourquoi des poursuites, alors que le sinistre a eu lieu sous une passerelle. Seulement voilà: la victime n'a pas été renversée en voulant traverser la route, non! Elle s'est jetée d'en haut et le malheureux chauffeur n'a même pas réalisé ce qu'il lui arrivait à cet instant même du choc. Il a été aussi précis en martelant, l'âme en peine:
«Le bruit du choc m'a fait croire que la voiture venait d'entrer en collision avec un tonneau. C'est triste, mais c'est comme cela que j'ai ressenti le choc. Le car était lancé et la route était pratiquement déserte à cette heure - ci du matin. Il était sept heures passées de quelques minutes... je...
-Vous rouliez vite et combien de passagers aviez-vous, ce matin-làà? interrompt le magistrat qui voulait obtenir quoi, puisque le procès -verbal était sous ses yeux et donc savait déjà les réponses de l'inculpé, serein comme tout, malgré les questions gênantes du tribunal. Et le chauffeur de répondre sans balbutier:
«Je crois savoir que je roulais à plus de 100 km/h et je...
-A plus de cent! Ce n'est pas une réponse qui satisfasse le tribunal! C'est combien au juste? Attention, nous avons sous les yeux le procès verbal, ce document qui le précise!» coupe à dessein le juge du siège dont on ne comprenait pas où il voulait en venir, en posant de telles questions. L'inculpé se frotte longuement le menton, avant de répondre sans trembler et sur un ton sûr:
«Je faisais 115 km/h et le minibus état vide!» Le tout prononcé, comme si l'inculpé était poussé à parler sur ce ton, un ton conciliant, gentil, à la limite de la supplication, comme quelqu'un qui demande l'aumône. Nous avions même eu l'impression que le bonhomme faisait la manche pour venir en aide à un grand malade à hospitaliser en urgence.
Le juge trouve la vitesse exagérée, car on était dans la capitale et le... Cette fois, c'est le chauffeur qui interrompt le magistrat qui va effectuer une sérieuse mise au point à l'inculpé attentif comme jamais il ne l'aura été et à toute l'assistance, restée franchement bouche bée:
«Inculpé! J'attire votre attention que nul n'a le droit d'interrompre le tribunal qui est le seul à accorder ce privilège. Bon! Qu'aviez-vous à dire tout à l'heure? Et la prochaine fois que vous voudriez intervenir, vous feriez mieux de demander la permission du tribunal, j'espère que c'est bien et compris, noté. Donc, je n'aurai plus à y revenir! Mais, qu'est-ce que c'est que cette mentalité qui consiste à ne pas s'imprégner des habitudes et des coutumes des juridictions!
-Je voulais simplement vous informer que le choc a eu lieu aux environs de six heures du matin et que la vitesse importait peu, puisque le défunt est tombé de la passerelle.
Vous comprenez que si je l'avais vu se préparer à sauter, donc à se suicider, j'aurais freiné à temps pour au moins l'éviter. Je dirai même que c'était trop tard:il s'est jeté sur le bus!» Le juge le fixe un moment avant de demander au procureur de requérir. Le parquetier n'ira pas plus loin que la loi! Il marmonne «l'application de la loi!». Sur ce, le président met l'affaire en examen pour la semaine suivante.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha