Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 29 °C
30
 Batna Min 12 °C Max 24 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
4
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 25 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
47
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Chroniques | Le revers de la médaille |

Angoisses

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Vivre, c´est avoir des soucis. Une vie qui s´écoulerait comme un long fleuve tranquille ne serait pas très intéressante. La nature humaine si perverse aime avoir des problèmes à régler, des difficultés à surmonter. Il n´ y a rien de plus exaltant que ce sentiment de fierté qu´on éprouve après avoir eu toutes les difficultés du monde à réaliser un projet, le voir aboutir et éponger sa sueur en pensant au repos réparateur! Et cela est vrai dans tous les domaines:la préparation d´un examen, la conquête d´un être cher, la construction d´une maison, la création d´une entreprise, la rédaction d´un livre...Ce sentiment d´orgueil qu´on éprouve est comparable à celui de l´alpiniste qui, après des souffrances insurmontables, arrive enfin à planter son drapeau au sommet longtemps convoité, lève les bras au ciel: il se sent dominer le monde. Après quelques instants d´euphorie, ses bras retombent et son esprit envisage déjà un autre sommet à conquérir. Toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus vite! L´homme est ainsi fait: jamais satisfait! Heureusement que dans la multitude des ambitieux qui se battent tous les jours pour avoir, soit une plus grande place au soleil, soit pour voir leur nom inscrit quelques instants éphémères sur une page d´histoire que le temps aura vite fait d´effacer, il y a des gens d´une simplicité déroutante qui se contentent d´accomplir chaque jour, à coups de gestes très simples, ce qui semble pour eux leur devoir premier: celui de père ou de mère de famille qui consiste à ramener tous les jours au nid la subsistance de leur progéniture. Il faut dire qu´en cette période de pénurie de lait en sachet, c´est toujours un exploit que d´arriver à la maison avec le fameux butin payé au prix syndical. Maintenant que l´alerte est passée (on ne sait pas pour combien de temps encore et surtout on ne sait pas si une autre catégorie aussi indispensable que la boulange ou la plomberie prendra le relais...) Bref, ce sont ces petits soucis qui sont le piment de la vie sans relief que mènent la majorité des gens. Mais il y a quand même des angoisses chez ces gens si simples et ce ne sont pas les angoisses habituelles qui consistent en l´attente d´un nouveau-né (sera-t-il X ou Y?) ou l´attente de factures trimestrielles, ou l´arrivée probable d´une lettre de licenciement... Non! Actuellement et surtout ces dernières 48 heures, depuis que le rideau est tombé sur la campagne électorale, c´est le choix fatidique qu´ils devront faire parmi toutes les nombreuse listes qui promettent le Paradis sur Terre: comment distinguer le bon grain de l´ivraie?
Vont- ils faire confiance, une fois de plus, à ceux qui prônent le changement alors qu´ils n´ont rien fait pour que cela change et qu´il pleut toujours où c´est mouillé et que toutes les recettes qu´ils présentaient comme des panacées finissent toujours en queue de poisson ou dans l´embrouille, si bien que le pauvre citoyen est malmené entre le désir de croire et celui d´abandonner et de chercher autre chose dans l´immense annuaire du système D. Ceux qui prônent le changement et qui n´ont jamais été au pouvoir, sont-ils vraiment aussi crédibles que ceux qui sont au pouvoir depuis des lustres et qui promettent tout autant? C´est à perdre son latin si jamais on a eu la malchance d´en faire! Qui résoudra vraiment l´énigme de la quadrature du cercle vicieux où tournent en permanence, dans le même sens, à la même vitesse, les 80 milliards de dollars et l´indigence d´un peuple? Qui redonnera l´espoir à ceux qui l´ont perdu? Qui trouvera les petites clés des menus problèmes? Prenons par exemple, le problème du logement qui demeure le talon d´Achille de tous les régimes qui se sont succédé dans ce magnifique pays: après la Cnep,il y a eu l´Eplf qui est venu lui tendre une main secourable, puis est venu, 20 ans après (comme dans un roman de Dumas!)la suprême tentatrice, la plantureuse Aadl avec ses terribles appâts: hélas! après quelques performances relayées par tous les médias, la majorité des soupirants sont renvoyés à cette bonne vieille Cnep qui ne semble pas avoir dit son dernier mot!
Il n´y a pas que le problème du toît puisque celui de l´emploi des enfants qui sont devenus adultes trop vite dans un pays qui ne cesse pas d´être jeune, se pose encore...
A côté de cela, il y a la qualité de la vie qui ne cesse de se dégrader: l´insécurité dominante empêche ceux qui ont la malchance de vivre hors des zones franches de se payer le luxe d´une veillée entre amis, dans une salle de théâtre ou de cinéma devenues trop rares, et avec la délinquance et la violence qui ont envahi les espaces publics, il devient aventureux de se promener à pied, à cheval ou en voiture hors des lieux protégés.
Ce sont tous ces menus problèmes qui agitent le petit père de famille qui se demande si, vraiment, le fait de jeter une enveloppe dans une caisse en bois va vraiment changer le cours de son destin. S´il vote et que les choses continuent à être ce qu´elles étaient, il se sentirait trompé quelque part (une fois de plus!) et s´il n´accomplit pas son constitutionnel devoir et que les choses commencent à bouger malgré tout, il s´apercevrait qu´il a fait fausse route, qu´il s´est trompé d´adresse et que c´est aussi grave que s´il avait été trompé par les professionnels de la démagogie, ceux qui n´ont pas honte de ressortir à chaque fois les mêmes clichés, les mêmes menaces (à peine voilées!), les mêmes sermons...
Pourvu que, pendant cette nuit du doute, l´ange du rêve vienne visiter les âmes tourmentées par des choix si ardus. Si le sommeil tarde à venir et si le cauchemar dure encore, pas de doute, le père de famille ira faire son marché comme à l´accoutumée!

arez1946@yahoo.fr

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha